Le jour où j’ai appris qu’un nouveau virus venait de faire son apparition…

Publié le 31/03/2020 - 19:26
Mis à jour le 01/04/2020 - 21:33

Mardi 30 mars •

Nous sommes les élèves de 3F et 3G du collège Diderot à Besançon. À la manière d’un journal de bord, avec l'aide de nos professeures de français, nous allons essayer pendant ce temps de confinement de vous faire part de nos réflexions, de nos humeurs et de notre quotidien de "Petit confiné". Suivez-nous !

© Macha ©
© Macha ©

Comment les élèves ont-il appris l'existence du Coronavirus ? Comment ont-ils vécu l'annonce de leur confinement. Des élèves de 3e G  du collège Diderot de Besançon s'expriment

Maria

"Au début ce virus était en chine, cela me semblait très lointain et jamais je n'aurais pensé qu’il allait arriver jusqu’en France. Et puis est arrivé ce jour : alors que j’étais dans mon salon, on a allumé la télé car notre président Macron devait faire un discours - jusque là rien de spécial - et petit à petit, plus on l’écoutait parler et plus  on se rapprochait du moment que tout le monde voulait ou redoutait d'entendre : l’arrêt des cours !

Au  début, j’étais contente car je n’allais plus me lever tous les jours à  6h du matin. Sauf que très vite, j’ai eu un nouveau code Pronote et maintenant je comprends qu’il faut travailler deux fois plus pour comprendre les sujets donnés par nos professeurs… Pas facile quand on est tout seul devant un écran. Mais il y a aussi les cours virtuels, en direct, notamment les cours de français, et j’aime beaucoup ça.

Au début, on en a ri de ce virus car la situation ressemblait plus à un film apocalyptique mais maintenant, en voyant les hôpitaux saturés,  on ne le prend  plus du tout à la légère…"

Halima

"Le jour où j'ai su qu'il y avait un virus qui se promenait de l'autre côté du monde, j'ai d'abord été assez surprise mais tout cela était loin pour moi. Puis un jour, j'ai vu à la télévision les premiers gestes barrière à effectuer afin d'éviter la contamination. C’est à ce moment là que j’ai commencé à comprendre que c'était quelque chose qui me toucherait plus que ce que je ne le pensais.

Et le soir que je n'aurais jamais imaginé vivre un jour est arrivé : notre président annonce le confinement. Je sortais de mon entraînement lorsque je l'ai appris. J'ai d'abord sauté de joie à l'idée de ne plus aller au collège puis j'ai pensé que je n'allais plus revoir mes amies et j'ai fini par me dire que je pourrais peut-être enfin faire toutes les choses que je n'ai jamais le temps de faire.

Maintenant, ce que je pense c'est que ce confinement nous aura appris à beaucoup plus apprécier toutes les choses banales que nous faisons sans nous en rendre compte – aujourd’hui,  j'ai même regretté de ne pas avoir pu sortir la poubelle !

Enfin j'aimerais finir avec une pensée pour toutes les familles en deuil car derrière ces chiffres terribles annoncés chaque jour, il y a des personnes…"

Hong-Zhong

"Le jour où j’ai appris qu’un virus en provenance de Wuhan inquiétait toute la communauté scientifique,  je n’étais pas vraiment inquiet parce que c’était tellement loin de la France…

Mais j’étais même un peu énervé car je commençais à entendre un peu partout beaucoup de messages racistes, pas uniquement contre moi directement, mais contre toute personne qui semblait asiatique.

Et puis, le moment où cela  m’a le plus inquiété c’est quand on a appris que le virus était arrivé en Italie puis en France.  J’étais surtout inquiet pour mes parents car il sont plus vieux que moi donc c’était plus dangereux pour eux… jusqu’au confinement.
Mes parents sortent moins maintenant. Cela me rassure.  Et puis,  il paraît qu’en Corée le nombre de malades baisse donc c’est positif pour la suite."

Éniada

"Les premiers jours de février se déroulaient très normalement jusqu’à ce jour : alors que j’étais en train de regarder des vidéos sur Tik Tok, j’ai  entendu parler du coronavirus pour la première fois.  Tik tok est un réseau social où tout est une blague, donc quand j’ai entendu parler du coronavirus pour la première fois, c’était sous la forme d’une blague.
Puis, comme j’entendais beaucoup de personnes parler de ce virus, j’ai fait moi-même mes « petites » recherches. J’ai lu beaucoup d’articles et quand j’ai compris que ce virus était en Chine, je ne me suis pas inquiétée pour moi car le virus n’était ni en Europe ni en France.  Je me sentais tranquille.

Puis le mois de mars est arrivé. Les premiers cas arrivaient en Italie disaient les journaux. C’est là que j’ai pris conscience qu’on était en danger. Le virus avait « pris » l’avion. Il était maintenant en Europe.

Aujourd'hui, je continue à lire des articles  et à regarder les journaux. Sans mentir, c’est un peu inquiétant car les scientifiques n’on toujours pas trouvé de remède contre ce virus."

Logos réalisés par les élèves 

A propos du "Petit Confiné"

Le Petit Confiné est un journal de bord tenu par les élèves de 3e F et 3e G du collège Diderot de Besançon. Dans le cadre du confinement en vigueur et du dispositif "Nation apprenante", les collégiens sont invités tous les jours à s'exprimer librement  et sans complexe sur maCommune.info 

Objectifs pédagogiques :

  • Faire tenir un journal de bord aux élèves relayé par un média local
  • Faire écrire les élèves de façon régulière et répétée pour maintenir un lien au sein de la classe dans le cadre de la continuité pédagogique
  • Permettre aux élèves par l'écriture d'exprimer leurs sentiments et émotions sur la situation vécue
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Le Petit Confiné

Elève confiné, ce qui me manque le plus…

En cette période inédite de confinement, des élèves de 3e du Collège Diderot à Besançon nous parlent aujourd'hui  de ce qui leur manque le plus au quotidien et surtout de la façon  dont ils gèrent ce manque. Retour en enfance pour la plupart. Et cela n'a pas l'air de leur déplaire...

Le Petit Confiné : humeurs de collégiens

Cinquième semaine de confinement et de travail à la maison pour nos élèves du petit Confiné. A la veille des vacances scolaires, certains d'entre eux ont choisi de partager, en mots ou  en images,  en prose ou en vers, leurs états d'âme. Entre ennui, colère, exaspération,  sur-activités ou contemplation, chacun vit et ressent ce confinement bien à sa façon...

Reprise des cours le 11 mai : qu’en pensent les élèves du collège Diderot ?

La reprise progressive des cours a été annoncée par Emmanuel Macron lors de son allocution du lundi 13 mai. Ce qui n’a pas manqué de faire réagir les premiers concernés : les élèves. Voici le résultat d’un sondage réalisé par la rédaction du "Petit Confiné" auprès de quatre classes du collège Diderot . 77 élèves ont répondu

Des collégiens racontent leur confinement au quotidien…

Alors que commence cette quatrième semaine de confinement, les élèves journalistes en herbe du "Petit Confiné" partagent une part de leur quotidien. Comment vivent-ils cette situation inédite en France et dans le monde ? Comment occupent-ils leur journée ? Que ressentent-ils ? Témoignages, parfois tout en poésie...

« J’ai appris que je ne passerais pas d’épreuves finales pour mon brevet… « 

Le ministre de l’éducation nationale Jean-Michel Blanquer l’a annoncé ce matin : les élèves valideront leur brevet ou leur baccalauréat sur le seul contrôle continu. Qu’en pensent les principaux intéressés  ? Les élèves de 3e du collège Diderot du "Petit Confiné" s'expriment...

Comment nous vivons l’école à la maison…

#3 • Presque trois semaines de confinement et d'école à la maison. Déjà ! Et ce n'est pas terminé. Nous, petits confinés du collège Diderot à Besançon, n'avons pas tous la même perception. Certains apprécient. D'autres beaucoup moins. Selon un sondage de nos professeurs, sur quatre classes de sixième et de troisième, même si nous parvenons à bien travailler à la maison à 66%, nous préférons à plus de 80 % travailler ... au collège !

Education

Parcoursup’ : il est encore temps de passer à la vitesse supérieure avec l’Institution Notre-Dame Saint-Jean

Salles innovantes, outils numériques, posture de l’étudiant, l’Institution Notre-Dame Saint-Jean vous propose son projet. Acteur incontournable de l’Enseignement Supérieur à Besançon, l’Institution accueille 450 étudiants dans des formations de BAC+1 à BAC+3. Celles-ci sont proposées sous statut scolaire mais aussi par la voie de l’apprentissage ou dans le cadre de la Formation Professionnelle ou Continue.  

Mobilisation inédite au collège de Pouilley-les-Vignes

Même si l'établissement a lui aussi son lot de "cas contacts", ce n'est pas en raison de la Covid-19 que la grande majorité des cours ont été annulés au collège de Pouilley-les-Vignes ce jeudi 4 mars 2021. Soutenu par les représentants des parents d'élèves, le personnel était en grève pour dénoncer une baisse de moyens constante depuis 2018 : des classes surchargées... au point de refuser des élèves du secteur.

Variant sud-africain : une troisième classe fermée au collège des Clairs Soleils à Besançon

Une classe de 6e et une de 5e sont fermées depuis vendredi 26 février 2021 au collège Clairs-Soleils à Besançon jusqu'à vendredi suite à des cas contacts signalés. On apprend désormais qu'une classe de 4e est fermée depuis ce jeudi 4 mars 2021 et jusqu'à mercredi en raison d'un élève testé positif au variant sud-africain.

Parents d’élèves « en colère » et grève des enseignants ce lundi à l’école de Geneuille

Carte scolaire • La fermeture d'une classe et le passage de deux à trois niveaux par classe envisagés par l'inspection académique du Doubs pour la rentrée ne passent pas à Geneuille. Les parents d'élèves se sont mobilisés à 16h30 vendredi dernier pour faire part de leur incompréhension. Ce lundi 1er mars 2021, le personnel enseignant et périscolaire était appelé à faire grève. Les parents d'élèves ont pique-niqué devant l'inspection académique dans l'attente des résultats des concertations...

Les tests salivaires à l’école réalisés par des « personnels de santé », assure Blanquer

Les tests salivaires déployés à l'école pour lutter contre la propagation de l'épidémie de Covid-19 seront réalisés par des "personnels de santé" et non par des enseignants, a assuré lundi le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer lors d'un déplacement dans une école de Lavoncourt en Haute-Saône.

Tests salivaires dans les écoles du Doubs : l’inspection académique compte sur la responsabilité des parents

Lors d'une conférence de presse jeudi 25 février 2021, le préfet du Doubs Joël Mathurin et le directeur de l''inspection académique de l'Education nationales (Dasen) du Doubs Patrice Durand ont annoncé le déploiement des tests salivaires dans les écoles pour détecter les cas positifs à la Covid-19 et les variants dès lundi 1er mars. Les enfants doivent avoir l'autorisation écrite de leur parent pour pouvoir se faire tester.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.83
partiellement nuageux
le 07/03 à 15h00
Vent
2.01 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
48 %

Sondage