Comment nous vivons l'école à la maison...

Publié le 02/04/2020 - 18:40
Mis à jour le 06/04/2020 - 18:16

#3 • Presque trois semaines de confinement et d’école à la maison. Déjà ! Et ce n’est pas terminé. Nous, petits confinés du collège Diderot à Besançon, n’avons pas tous la même perception. Certains apprécient. D’autres beaucoup moins.
Selon un sondage de nos professeurs, sur quatre classes de sixième et de troisième, même si nous parvenons à bien travailler à la maison à 66%, nous préférons à plus de 80 % travailler … au collège !

Quelques chiffres clés du mini-sondage de nos professeurs (48 réponses)

  • Classes de 6e et 3e du collège Diderot de Besançon
  • 81,3% préfèrent travailler au collège (après une semaine de confinement...)
  • 66,7% peuvent facilement travailler à la maison
  • 41,7 % travaillent sur un ordinateur - 25 % depuis un smartphone
  • 35,4 % ont ressenti de l'inquiétude à l'annonce de la fin des cours (14,6% du plaisir !)

©

©

Comment vivons-nous l'école à la maison ?

Marie-Lou

"C'est la troisième semaine de confinement et de travail à la maison et j'affectionne particulièrement ce nouveau train de vie. Plus besoin de me lever à 6h30 chaque matin, de passer beaucoup (trop) de temps dans les transports en commun. Rester chez soi pour une casanière comme moi est plutôt agréable. J'arrive facilement à me mettre au travail, j'aime bien cette autonomie.

J'ai suffisamment de devoirs pour travailler plusieurs heures chaque jour, mais j'ai tout de même le temps de profiter de ma famille, de jouer de la musique, de faire du sport plus souvent que d'habitude.Cette nouvelle façon d'aborder le travail me correspond bien, mais je pense que les inégalités entre les élèves sont accentuées en cette période particulière. Car tous les élèves n'ont pas un ordinateur pour eux seuls, n'habitent pas dans une maison avec leur propre espace de travail dans un cadre calme et propice à la concentration, tous les élèves n'ont pas des parents disponibles s'ils ont des difficultés, ils n'ont pas tous la même facilité à se lever le matin etc.

Dans notre classe, on utilise les réseaux sociaux pour communiquer entre nous, s'aider si quelqu'un a des difficultés pour un exercice, ou se remémorer le travail à faire. Je trouve ça bien qu'on ne nous ne soyons pas chacun de notre côté. C'est ce que je craignais un petit peu au début, mais je pense qu'il y a une bonne communication, que ce soit entre professeurs et élèves ou entre élèves uniquement.

Pour conclure, je me suis bien adaptée à cette nouvelle vie, mais je pense que faire cours avec un(e)professeur(e) et des élèves réellement présents ne va pas tarder à me manquer !"

Halima 

"Dès les premiers jours du confinement, j'ai tout de suite pris mon organisation très au sérieux. Alors j'ai organisé mes journées selon un planning précis !

Réveil à 8h30 et petit déjeuner,

9h à 12h : travail (enfin j’arrête plutôt 11h30 pour cuisiner)

12h à 13h30 :  pause

13h30 à 17h :  travail

17h à 17h30 : goûter

17h30 à 18h30 :  sport. La durée des séances dépend de mon humeur

Je réserve le soir pour la mise en place de ma future entreprise. J'aime bien rêver !

Cette organisation m'aide vraiment à "combattre" le confinement. Bien sûr il m'arrive d'avoir des baisses de motivation, mais il est plutôt dans ma nature de ne "pas lâcher" du coup je me lève quand même en me disant que cela me donnera la force de conquérir le monde 😉

C'est comme ça que je vis le confinement (du moins en ce moment), mais il n'en demeure pas moins que j'ai vraiment hâte de reprendre les cours et la vie normale." 

Serife  

"Quand Emmanuel Macron a dit : "Dès demain et jusqu'à nouvel ordre, les crèches, les écoles, les collèges, les lycées et les universités seront fermés " plein de notifications snap, insta avec la vidéo du président qui disait ça, sont apparues sur mon téléphone.

Au début, on était trop content, on n'avait plus cours, c'était comme des vacances, mais sans sortir avec les copines, sans voir les cousines, la famille.

Plus les jours passaient et plus je voulais sortir et partir en cours pour pouvoir travailler de façon organisée, car à la maison les exercices nous tombent dessus comme la pluie !"

 Ajla

"Quand j'ai appris qu'on n'aurait plus cours, j'étais déçue parce que tous les profs disaient qu'on allait travailler à la maison et je n'avais vraiment pas envie d'avoir cours à la maison.

Je me suis dit que je n'avais pas le choix et que j'allais quand même devoir faire le travail chez moi, mais je trouve ça quand même compliqué de bien s'organiser. Au début c'était pas si mal parce qu'on faisait nos devoirs quand on voulait, mais maintenant je préfère quand même l'école parce que c'est beaucoup plus simple avec les profs qui nous expliquent et nous aident."

Gabin

"Le jour où j’ai appris que je n’allais plus aller en cours, je me suis dit : “Super ! On va pouvoir dormir ! On va pouvoir  se reposer !” Mais loin de là.... Les profs nous donnent deux fois plus de travail.

Parfois même quand on n’a pas cours avec eux et ils nous font imprimer des tonnes de feuilles... Ce qui est parfois très long. Je  me disais aussi : “Je peux toujours sortir faire un tour dans la rue.” Mais ce n’est quasiment plus possible, car il faut écrire une attestation de sortie, c’est plus long à écrire que la sortie en elle-même !

Alors, conclusion, je reste cloîtré chez moi. J’espère que l’on va pouvoir bientôt sortir parce que cette situation  commence vraiment à me taper sur le système".

©

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Le Petit Confiné

Elève confiné, ce qui me manque le plus…

En cette période inédite de confinement, des élèves de 3e du Collège Diderot à Besançon nous parlent aujourd’hui  de ce qui leur manque le plus au quotidien et surtout de la façon  dont ils gèrent ce manque. Retour en enfance pour la plupart. Et cela n’a pas l’air de leur déplaire…

Le Petit Confiné : humeurs de collégiens

Cinquième semaine de confinement et de travail à la maison pour nos élèves du petit Confiné. A la veille des vacances scolaires, certains d’entre eux ont choisi de partager, en mots ou  en images,  en prose ou en vers, leurs états d’âme. Entre ennui, colère, exaspération,  sur-activités ou contemplation, chacun vit et ressent ce confinement bien à sa façon…

Reprise des cours le 11 mai : qu’en pensent les élèves du collège Diderot ?

La reprise progressive des cours a été annoncée par Emmanuel Macron lors de son allocution du lundi 13 mai. Ce qui n’a pas manqué de faire réagir les premiers concernés : les élèves.
Voici le résultat d’un sondage réalisé par la rédaction du « Petit Confiné » auprès de quatre classes du collège Diderot . 77 élèves ont répondu

Des collégiens racontent leur confinement au quotidien…

Alors que commence cette quatrième semaine de confinement, les élèves journalistes en herbe du « Petit Confiné » partagent une part de leur quotidien. Comment vivent-ils cette situation inédite en France et dans le monde ? Comment occupent-ils leur journée ? Que ressentent-ils ? Témoignages, parfois tout en poésie…

“J’ai appris que je ne passerais pas d’épreuves finales pour mon brevet… “

Le ministre de l’éducation nationale Jean-Michel Blanquer l’a annoncé ce matin : les élèves valideront leur brevet ou leur baccalauréat sur le seul contrôle continu. Qu’en pensent les principaux intéressés  ? Les élèves de 3e du collège Diderot du « Petit Confiné » s’expriment…

"Le Petit Confiné" : journal de bord de collégiens

Mardi 30 mars • Nous sommes les élèves de 3F et 3G du collège Diderot à Besançon. À la manière d’un journal de bord, avec l’aide de nos professeures de français, nous allons essayer pendant ce temps de confinement de vous faire part de nos réflexions, de nos humeurs et de notre quotidien de « Petit confiné ». Suivez-nous !

Education

L’ENIL de Mamirolle finaliste du premier concours culinaire de la région

La remise des prix du premier concours régional "Tous à table" à destination des équipes de cuisine des lycées de Bourgogne-Franche-Comté a eu lieu ce mercredi 5 juin au lycée François Mitterrand à Château-Chinon en Bourgogne. Seul représentant comtois, l’ENIL de Mamirolle a été devancé par les lycées bourguignons. 

Classement QS World : l’Université de Franche-Comté progresse au classement mondial

Dans un communiqué du 6 juin 2024, l’université de Franche-Comté indique qu’elle fait partie des rares universités françaises à progresser cette année dans le prestigieux classement qui distingue 1.500 établissements à travers le monde et parmi lesquels figurent seulement 35 français.

Derrière le lion, le réseau des Alumni comtois…

PUBLI-INFO • Parce que nous avons besoin de liens durables dans une société en pleine mutation, découvrez la plateforme digitale innovante que l’université de Franche-Comté a souhaité mettre à la disposition de ses étudiants, anciens et actuels et ses partenaires, un outil utile, performant et à la pointe de l'innovation. D’ores et déjà, il a rapproché des milliers de membres et a développé leurs échanges professionnels.

Parcoursup : Ouverture de la phase d’admission ce jeudi 30 mai

La phase d’admission Parcoursup débutera ce jeudi 30 mai à 19h pour les 945.000 candidats qui ont validé au moins 1 vœu dans l'enseignement supérieur sur Parcoursup. La plateforme sera disponible en mode consultation dans un premier temps puis plus tard dans la soirée, les élèves pourront répondre aux propositions d’admission.

Groupes de niveau au collège : les parents d’élèves de Valdahon appellent à manifester

Le mercredi 29 mai 2024, les parents d’élèves du collège Edgar Faure de Valdahon appellent les autres parents à ne pas mettre leurs enfants au collège en vue d'une action "collège mort". La raison ? Montrer leur indignation face au fait que les élèves des classes de 6ème et 5ème seront triés par groupe de niveau dès la rentrée prochaine. Une manifestation est prévue dans la matinée du mercredi 29 mai.

À Sancey, une action “collège mort” pour dénoncer les groupes de niveau

Une action "collège mort" aura lieu au collège Henri Fertet de Sancey mercredi 29 mai 2024. Les parents d’élèves sont invités à ne pas envoyer leurs enfants au collège ce jour-là  et à se rassembler devant l’établissement à 10h. Une journée nationale de mobilisation contre la réforme du "choc des savoirs" aura également lieu le samedi 25 mai à 10h30 à Besançon. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.66
peu nuageux
le 15/06 à 21h00
Vent
1.96 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
83 %