Le Maire appelle "un maximum de Français" à retravailler le 11 mai

Publié le 30/04/2020 - 13:30
Mis à jour le 30/04/2020 - 12:18

Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a appelé mercredi un « maximum de Français » à reprendre le travail à partir du 11 mai, date prévue pour le déconfinement, et à se mobiliser pour soutenir une économie asphyxiée par la crise du coronavirus.

 © D Poirier
© D Poirier

"Mon message est très simple: il faut que nous nous retroussions les manches tous ensemble", a affirmé sur LCI M. Le Maire, au lendemain de la présentation du plan de déconfinement par le Premier ministre Edouard Philippe. "Il faut reprendre le travail et il faut qu'un maximum de Français reprennent le travail", a-t-il insisté.

Dans son discours mardi, M. Philippe a mis en garde contre "le risque de l'écroulement" de l'économie française si le déconfinement n'était pas mis en oeuvre. Mais il a aussi demandé un déconfinement réalisé "progressivement, prudemment", au point que des représentants du monde des entreprises sont restés sur leur faim.

Mercredi matin, M. Le Maire a certes appelé, comme M. Philippe mardi, à "poursuivre le télétravail" dans "les entreprises où il y a beaucoup de salariés et où il est encore possible". Mais il s'est montré aussi très désireux de voir un redémarrage au plus vite de l'économie française, martelant que la "nation" devait se mobiliser.

Pour cette année, le gouvernement table sur une forte récession avec une chute du PIB de 8%, la dégringolade la plus brutale depuis 1945. Il a mis en place un plan de 110 milliards d'euros de soutien à destination des entreprises et des salariés pour atténuer l'impact.

"multiplication des faillites"

Mais malgré ces dispositifs, "il faut être lucide sur le fait qu'une fois que le choc a été absorbé" il y a un risque de "multiplication des faillites" d'entreprises, d'impact "sévère" sur l'emploi, et de perte de marchés à l'export de la France, a prévenu M. Le Maire, auditionné dans l'après-midi à l'Assemblée nationale.

Les inscriptions à Pôle emploi ont déjà connu une hausse historique en mars, avec 246.000 demandeurs d'emplois supplémentaires inscrits en catégorie A, soit un retour à un niveau proche de celui de septembre 2017.

Le ministre de l'Economie a souhaité transmettre "un message d'optimisme et de volontarisme" aux entrepreneurs et aux salariés: "Nous allons préparer ça bien et nous allons réussir cela ensemble."

M. Le Maire a également tenu à souligner que le gouvernement travaillait de manière "totalement solidaire" pour faire face à la crise, démentant à son tour l'existence de tensions au sein de l'exécutif, comme l'avait déjà fait la veille le président Emmanuel Macron.

"Personne ne comprendrait, pas un Français, que nous ne soyons pas tous mobilisés au gouvernement, dans la majorité pour aider les Français et soutenir la France", a souligné le ministre, dont le nom circule dans la presse comme successeur éventuel de M. Philippe à Matignon.

Un membre du gouvernement a toutefois confié à l'AFP en début de semaine que "les grenouillages divers et variés et la volonté de prendre la place du copain" étaient "plus exacerbés dans la période", en visant en filigrane l'offensive médiatique récente de M. Le Maire.

Plan de relance à la rentrée

Concernant les mesures pour relancer l'économie française, M. Le Maire a estimé que le gouvernement ne présenterait "certainement pas" avant la rentrée son plan de relance, assurant qu'il fallait avancer étape par étape.

Devant les députés, il a rappelé que ce plan de relance reposerait sur le soutien à l'investissement des entreprises, la relance de la consommation des ménages dont l'épargne a explosé depuis le début de la crise, et des soutiens "spécifiques" aux secteurs les plus à la peine, comme l'aéronautique, l'automobile ou le tourisme.

Le ministre a insisté en outre sur le besoin d'un plan de relance européen: "Rien ne serait pire que d'avoir la France qui prend certaines dispositions pour son plan de relance et l'Allemagne qui ne prendrait pas des dispositions similaires".

Dans cette période de crise, M. Le Maire a également annoncé le renforcement des mesures de contrôle des investissements étrangers. Le seuil de déclenchement du contrôle des investisseurs non européens prenant des parts dans une grande entreprise française sera abaissé de 25% à 10% jusqu'à la fin de l'année et le contrôle sera élargi au secteur des biotechnologies.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Déconfinement

Gestes barrière, attroupement, masque… Les ambassadeurs santé à la rencontre des Bisontines et des Bisontins jusqu’à Noël

Depuis la réouverture des commerces le 28 novembre dernier, des professionnels de santé, surnommés les ambassadeurs santé de la Ville de Besançon, déambulent dans le centre-ville afin de prévenir la population des gestes barrière pour éviter une troisième vague de la covid-19 pendant les fêtes.

Bons plans, petits prix et voyages gratuits* sur les TER en Bourgogne Franche-Comté et partout en France cet été

Pour relancer la fréquentation des trains, 11 régions de France métropolitaine (hors Ile-de-France et Corse) et la SNCF a lancé le 12 juin une grande opération de promotion « TER de France » : petits prix, offres tarifaires, Pass’ pour voyager gratuitement jusqu’à fin août avec un abonnement annuel.

Cartes bleues et consommation électrique : des indicateurs pour analyser la reprise d’activité

En juin 2020, l’activité en Bourgogne Franche-Comté a été inférieure de 12% par rapport à la normale selon une note de conjoncture de l’Insee qui utilise de nombreuses données pour analyser la reprise : de la consommation électrique des entreprises jusqu’aux montants des transactions par carte bancaire qui retrouvent un niveau (presque) habituel…

Economie

Base de loisirs d’Osselle : qui sont les deux chefs bisontins à la tête du nouveau restaurant ?

Suite à un appel d’offres lancé par Grand Besançon Métropole en février dernier pour trouver les gérants du snack et du restaurant de la base de loisirs d’Osselle, le projet de deux chefs bisontins, déjà bien connus, a été retenu. Celui d’Adrien Rognon, gérant de la Pizzeria Piano et de Sylvain Piguet, gérant de LÔ à Besançon.

En colère, les commerçants mènent une action rue de Vesoul à Besançon

C’en est trop pour les commerçants de rue de Vesoul à Besançon... Ils ont décidé de mener une action pour se faire entendre mardi 4 juin 2024 en couvrant symboliquement le panneau lumineux indiquant la fermeture de la route. Une communication qu’ils déplorent depuis l’effondrement de la rue survenu le 25 février dernier. Ils dénoncent également un manque de concertation "au détriment de la santé financière des entreprises". Le tout sans "qu’aucune aide" ne leur ait encore été accordée…

Où sortir cet été dans le Grand Besançon ?

Ce lundi matin, il était encore difficile à croire que l’été approche avec son lot d’animations de plein air… Et pourtant ! Anne Vignot, présidente de Grand Besançon Métropole, Pierre Contoz, président du musée des Maisons comtoises, Benoît Vuillemin, vice-président de GBM en charge de l’attractivité et du tourisme, Patrice Hennequin, président de l’Office de tourisme et des congrès de GBM et François Bousso, conseiller communautaire GBM délégué à l’éco-tourisme, se sont réunis pour lancer officiellement la saison touristique estivale du territoire.

Une trentaine d’entreprises de la filière horlogère réunies à Besançon ce jeudi 30 mai 2024

A l'occasion d'un événement fondateur organisé à Besançon dans les locaux de Francéclat, France Horlogerie a convié, ce jeudi 30 mai 2024, des entreprises de la chaîne de valeur horlogère française (marques de montres, fabricants de composants, sous-traitants, détail...). L'objectif ? Lancer la démarche des grappes d'entreprises.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.19
peu nuageux
le 12/06 à 21h00
Vent
0.53 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
90 %