Le préfet de Saône-et-Loire rejette un projet de ferme aux 4.000 bovins

Publié le 04/05/2018 - 13:15
Mis à jour le 04/05/2018 - 17:09

Un projet de ferme, auquel s’opposaient notamment  la Confédération paysanne et les riverains, qui aurait pu accueillir plus de 4.000 bovins à Digoin, en Saône-et-Loire, a été rejeté par le préfet, ont indiqué ce vendredi 4 mai 2018 ses services à l’AFP.

 ©
©

[Mis à jour]

La demande de l'agriculteur "pour être autorisé à exploiter un élevage de  3.910 bovins destinés à l'exportation, 240 bovins à l'engraissement et 320  vaches allaitantes sur la commune de Digoin, est rejetée", selon l'arrêté daté  de jeudi pris par le préfet de Saône-et-Loire.

Des antécédents très défavorables de l'agriculteur

La préfecture s'appuie notamment sur l'avis du Conseil départemental de  l'environnement et des risques sanitaires et technologiques (Coderst), qui avait souligné des "antécédents très défavorables (de l'agriculteur) en matière de maîtrise des nuisances et de la capacité à respecter les obligations réglementaires applicables", précise le préfet dans son arrêté.

Des difficultés en matière de "respect du voisinage, de la sécurité et de la salubrité publiques" ou encore une distance trop faible de l'un des bâtiments avec le cours d'eau voisin ont aussi été pointés par la préfecture, qui s'inquiète notamment d'éventuelles nuisances olfactives ou d'une possible pollution des sols et des eaux.

Des objectifs troubles pour les autorités

La demande d'autorisation adressée en préfecture par l'éleveur, qui n'avait pu être joint vendredi, avait initialement pour but de régulariser un nombre de bovins déjà supérieur à ce qui était autorisé.

Mais le dossier avait "été établi moins dans un objectif de régularisation (...) que dans le but d'augmenter de manière manifestement disproportionnée (une) activité actuelle qui ne respecte déjà pas les dispositions réglementaires", avait critiqué le Coderst.

L'activité aurait consisté à "accueillir des bandes de jeunes bovins, pour mise en quarantaine sanitaire durant cinq semaines avant d'être exportés vers des centres d'engraissement en France ou à l'étranger", selon la demande d'autorisation, mentionnant les "pays du Maghreb (plus particulièrement 
Algérie, Maroc) et la Turquie
".

L'exploitant dispose désormais d'un délai de deux mois pour contester la décision du préfet devant le Tribunal administratif de Dijon.

"Des bâtiments de la honte" pour Brigitte Bardot

La direction régionale de l'environnement (DREAL) de Bourgogne Franche-Comté avait rendu en juillet dernier un avis favorable. Mais le projet avait reçu en novembre un avis contraire du commissaire enquêteur, après une enquête publique d'un mois qui a vu affluer les observations, dont une pétition de l'association Agir pour l'environnement qui a recueilli plus de 68.000 signatures.

Brigitte Bardot avait dénoncé au mois d'août "la concentration de milliers de bêtes dans ces bâtiments de la honte". "Ce centre d'allotement géant, suite logique à l'industrialisation des élevages et des abattoirs, n'est que de la poudre aux yeux des éleveurs", avait pour sa part pointé la Confédération paysanne, critiquant un projet qui "contribue à enfermer les éleveurs bovins dans un modèle qui a déjà conduit nombre d'entre eux au désastre".

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Un nouveau magazine sur la Haute-Saône débarque en kiosque

À travers son nouveau magazine "Haute-Saône authentique", Eric Lejeune rend hommage à la Haute-Saône. Disponible depuis vendredi 24 mai 2024 et jusqu’au mois de septembre chez les marchands de journaux du Doubs et de toute la Bourgogne – Franche-Comté, ce magazine de 100 pages décrit les différents aspects de ce département voisin.

“Le Tube à Essais” : qu’y a-t-il derrière ce nouveau projet du Hacking Health Besançon ?

En septembre 2024, Hacking Health Besançon lancera sa société coopérative d’intérêt collectif (SCIC), baptisée "Le Tube à Essais". C’est dans le bâtiment Bioinnovation de Temis Santé que ce projet prendra vie, déjà soutenu par de nombreux partenaires, du domaine public comme la Région Bourgogne – Franche-Comté ou du privé.

Flamme olympique dans le Doubs : un très lourd dispositif de sécurité prévu le 25 juin

À l’occasion du troisième comité de pilotage relatif à la sécurité du passage de la flamme olympique dans le Doubs le 25 juin 2024, l’équipe préfectorale a tenu une conférence de presse lundi 27 mai, en présence des représentants des forces de l’ordre, afin de présenter les mesures de sécurité mises en place sur les différents sites du parcours.

Une cérémonie pour “donner du sens à l’héritage de la Résistance” à la Citadelle

À l’occasion de la journée nationale de la Résistance, une cérémonie commémorative a eu lieu lundi 27 mai 2024 à la Citadelle de Besançon aux poteaux des fusillés de l’Esplanade Denise Lorach en présence de la sous-préfete, de la maire de Besançon, de la rectrice d’académie et de nombreux élus et membres de l’autorité. 

3e Coupe du monde des jeunes bergers : la Bourgogne – Franche-Comté, hôte de la compétition

Du 25 mai au 1er juin 2024, c’est en France que se dérouleront les épreuves de la troisième Coupe du monde des jeunes bergers. Vingt-neuf candidats issus de 17 pays du monde entier joueront le prix de champion sur plusieurs épreuves. Ces épreuves sont réparties sur des étapes itinérantes, dont une à Charolles, en Bourgogne - Franche-Comté.

Sondage – Pensez-vous que les Jeux olympiques et paralympiques de Paris sont une bonne chose pour la capitale et la France ?

Cet évènement international qui se tiendra pendant du 26 juillet au 11 août et du 28 août au 8 septembre 2024 à Paris est le sujet de nombreuses critiques et inquiétudes, comme c’était le cas avant les JOP de Londres, de Rio ou de Tokyo : transports en commun, eau potable, sécurité, prix des billets et des logements, pollution, impact sur la population parisienne, budget, gentrification, conditions des bénévoles, etc. Et vous, pensez-vous que les JOP à Paris sont une bonne chose pour la France ? C’est notre sondage de la semaine.

Journée internationale d’action pour la santé des femmes : quels services existent-ils au CHU de Besançon ?

Cinq mois avant l’ouverture de son hôpital de jour santé de la femme, le CHU de Besançon veut démontrer à nouveau son engagement en la matière. Célébrée depuis 1987, la journée internationale d'action pour la santé des femmes le 28 mai 2024 donne l’occasion d’un tour d’horizon des outils et dispositifs qui existent pour les accompagner, quel que soit leur parcours de vie, à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 14.43
légère pluie
le 29/05 à 21h00
Vent
4.79 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
96 %