Le télétravail pourrait doper la productivité, selon un rapport

Publié le 16/05/2022 - 17:27
Mis à jour le 19/05/2022 - 16:39

Déployé massivement pendant la pandémie de Covid-19, le télétravail peut stimuler sur le long terme la productivité des entreprises s’il continue à être aussi répandu, souligne le Conseil national de la productivité (CNP) dans un rapport publié lundi.

"A la différence de beaucoup d'autres crises antérieures qui conduisaient à un ralentissement de la productivité tendancielle, l'accélération du recours au télétravail lié à la crise sanitaire pourrait finalement aboutir à un gain durable de productivité", avance l'organisme rattaché à Matignon.

Une progression d'un point du pourcentage de salariés en télétravail "améliorerait en moyenne la productivité globale des facteurs d'environ 0,45%", écrivent les auteurs, qui se basent sur une étude de la Banque de France.

"En extrapolant ce résultat au niveau global de l'économie française, le passage de la proportion de télétravailleurs d'environ 5% dans la période pré-Covid (4% de télétravailleurs réguliers en 2019, NDLR) à 25% à plus long terme" engendrerait un gain moyen de productivité de 5 à 9%.

Mais attention, "il s'agit d'une première estimation, qui mériterait d'être confirmée par d'autres études une fois la situation de télétravail stabilisée", avertit le CNP.

Dopé par la pandémie, le pourcentage de salariés en télétravail a en effet fluctué au gré des confinements et des assouplissements de restrictions sanitaires. "37% des salariés l'ont expérimenté, de manière régulière ou non, entre mars 2020 et janvier 2021", détaille le CNP. Mais en novembre 2021, seuls 21% des salariés disaient travailler à distance au moins un jour par semaine.

Par ailleurs, il faut savoir doser le recours au télétravail, souligne le CNP, afin "que ses effets positifs sur l'efficacité des travailleurs surpassent les pertes." Selon une enquête de l'OCDE citée par le rapport, la fréquence optimale du travail à distance se situerait "entre deux et trois jours par semaine".

Un mode de travail "hybride" qui complique la tâche des managers mis au défi de concilier les avantages du télétravail (réduction des coûts et des temps de trajet notamment) et leurs inconvénients (baisse des interactions entre salariés).

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Salon de l’agriculture : une nouvelle médaille d’or pour le Kirsch de Fougerolles AOC Peureux 

Le Kirsch de Fougerolles AOC Peureux a obtenu une nouvelle médaille d'Or le 27 février 2024 au Concours général agricole 2024. ”Une véritable fierté pour la Maison d'obtenir pour la deuxième année consécutive”, cette récompense pour cette eau-de-vie iconique de son terroir fougerollais, qui marque, en 2024, les 160 ans des Grandes Distilleries Peureux.

La Maison Loiseau ouvre un restaurant au Japon 

Blanche Loiseau, qui a travaillé en immersion une année au Japon en 2019-2020, avant d’assumer son premier rôle de cheffe à "Loiseau du Temps " à Besançon pendant une année, se rendra au Japon pour ouvrir "Loiseau de France". Son second, Léo Pujol, qu’elle forme depuis un an, deviendra son successeur à Besançon, apprend-on ce 1er mars 2024.

Salon de l’agriculture à Paris : la brasserie Les 2 Fûts veut “démocratiser” la bière artisanale

À l’occasion de la 60e édition du Salon international de l’agriculture à Paris qui se déroule en ce moment jusqu’au 3 mars 2024, l’équipe de maCommune.info a rendu visite ce mardi 27 janvier 2024 à Loïc Fusillier, co-fondateur de la micro-brasserie bisontine Les 2 Fûts.

SIA 2024 : l’agriculture en Bourgogne Franche-Comté est “aussi forte que la filière auto”

Comme chaque année, la Région Bourgogne - Franche-Comté élit domicile temporaire le Salon international de l’agriculture à Paris pendant neuf jours dans le but de promouvoir les produits, les producteurs et éleveurs de son territoire. C’est dans le pavillon 3 mardi 27 février 2024 que nous avons rencontré Christian Morel, vice-président de la Région en charge de l’agriculture, de la viticulture et de l’agroalimentaire.

Besançon : plus de 13.300 dépôts sauvages ramassés en 2023, près de 500 en 2024…

QUOI DE NEUF À BESAC ? • En 10 ans, le nombre de dépôts sauvages s’est multiplié par 10 à Besançon, comme partout en France, un fléau qui coûte très cher aux collectivités. C’est le sujet de notre rubrique Quoi de neuf à Besac ? de ce mois de février 2024, avec Marie Zéhaf, conseillère municipale déléguée à la Voirie.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.54
couvert
le 04/03 à 15h00
Vent
0.74 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
85 %