Les commentaires de Marlène Schiappa sur l' affaire Daval suscitent l'agacement

Publié le 01/02/2018 - 20:36
Mis à jour le 18/04/2019 - 12:32

Les commentaires de la ministre Marlène Schiappa sur l’affaire Alexia Daval suscitent l’agacement, y compris au sein du gouvernement, ravivant les critiques sur l’immixtion de l’exécutif dans les affaires judiciaires.

 ©
©

"Un ministre n'a pas à commenter une affaire judiciaire". Par ce simple rappel sur l'antenne de France Inter, flèche décochée à la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, le secrétaire d’État chargé des relations avec le Parlement Christophe Castaner a mis en lumière des approches divergentes au sein du gouvernement sur le sujet.

Au centre du débat, la réaction de Mme Schiappa mercredi à la défense de l'avocat de Jonathann Daval. Ce dernier a avoué le meurtre de son épouse Alexia, dont Me Randall Schwerdorffer a mis en avant la "personnalité écrasante".

"Nous dire: +elle a une personnalité écrasante, et c'est pour cela qu'elle aurait été assassinée+, je trouve ça proprement scandaleux", avait déclaré sur RTL Mme Schiappa, demandant également d'"arrêter de minimiser les violences conjugales, arrêter de trouver des excuses". Ces propos "ne sont pas adaptés", a répondu en retour Me Schwerdorffer.

"Je pense que les droits de la défense doivent être préservés et ce n'est pas son rôle", a abondé sur Sud Radio l'ancienne Garde des Sceaux Rachida Dati.

Schiappa soutenue

Mais Mme Schiappa a dans l'ensemble reçu l'appui de l'exécutif, à commencer par Matignon, où on estime qu'elle a "pris toutes les précautions nécessaires vis-à-vis de la présomption d'innocence".

"Elle ne commente pas une seconde l'affaire. Mais elle critique à juste titre tous ceux qui banalisent dans leurs propos des violences conjugales", insiste-t-on dans l'entourage du Premier ministre. Sur Europe 1, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a également estimé que Mme Schiappa n'était "pas intervenue dans le travail de la justice".

  • "Il y a évidemment le respect de la défense et il est parfaitement légitime qu'un avocat prenne la ligne de défense qu'il souhaite", a-t-il déminé.

Mme Schiappa a aussi été soutenue par le chef de file des députés de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon, qui a estimé qu'elle avait "eu raison" d'intervenir, et par la sénatrice PS Laurence Rossignol, ancienne ministre des Droits des femmes, pour qui Mme Schiappa est "dans son rôle" quand elle "pointe qu'on ne peut pas discuter de l'éventuelle responsabilité de la victime (...) uniquement sur la base des propos d'un avocat".

Polémiques récurrentes

La sortie de Mme Schiappa s'ajoute à celle de Nicole Belloubet qui dimanche avait commenté le comportement de Jawad Bendaoud, logeur présumé de jihadistes des attentats du 13-Novembre.

"Son attitude, qui est inqualifiable lors du procès, n'a aucune conséquence sur la sanction qui lui est appliquée", avait-elle déclaré, présageant ainsi d'une condamnation. Un commentaire qui a suscité "l'indignation" et "l'inquiétude" de l'avocat de M. Bendaoud. "Je n'ai pas souvenir qu'une garde des Sceaux ait commenté un procès en cours", avait dit Me Xavier Nogueras. 

"Le principe de séparation des pouvoirs s'oppose à ce qu'un membre de l'exécutif prenne position sur des affaires judiciaires en cours, a fortiori quand il s'agit de la ministre de la Justice, alors que les instructions individuelles (de la chancellerie au parquet, ndlr) ont été interdites", a rappelé jeudi Laurence Blisson, secrétaire générale du Syndicat de la magistrature (SM, gauche).

"C'est une habitude trop fréquente de la classe politique et il est temps que cela cesse", a-t-elle insisté. De telles polémiques sont effectivement récurrentes.

L'ancien président de la République Nicolas Sarkozy s'était pour sa part souvent attiré les foudres du monde judiciaire pour ses commentaires et immixtions. Il avait notamment provoqué une grève des magistrats en 2011 après avoir évoqué des "dysfonctionnements graves" de la justice après le meurtre de Laetitia Perrais à Pornic (Loire-Atlantique) le 19 janvier 2011, et promis des sanctions. Sans parler des "coupables", et non des prévenus, qui comparaissaient selon lui au procès Clearstream.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

affaire daval

“Je voulais qu’elle se taise”: sortie du livre de l’avocat de Jonathann Daval

Me Randall Schwerdorffer, l’avocat bisontin de Jonathann Daval, condamné pour le meurtre de sa femme Alexia, livre son récit et son analyse de « l’affaire Daval » dans un ouvrage coécrit avec le journaliste Frédéric Gilbert et qui paraît ce jeudi  14 octobre 2021.

Affaire Daval : plus de 800.000 euros réclamés par la famille d’Alexia

Mise à jour • La famille d’Alexia Daval a réclamé lundi 22 février 2021 devant la cour d’assises de la Haute-Saône plus de 800.000 euros de dommages et intérêts à Jonathann Daval, condamné à 25 ans de réclusion criminelle en novembre pour le meurtre de son épouse. La cour rendra sa décision le 25 mai 2021 à Vesoul.

La question des indemnités réclamées par la famille d’Alexia examinée lundi

Affaire Daval • « Justifiées » pour les parties civiles, « disproportionnées » pour la défense : la justice est saisie ce lundi 22 février 2021 à Vesoul de la question des indemnités réclamées par la famille d’Alexia à Jonathann Daval, condamné fin novembre à 25 ans de réclusion pour le meurtre de son épouse.

actualité

Nouvelle association “Cabordes en héritage” dans le Grand Besançon : un parcours pédestre le 23 juin

L’idée de la création de la toute nouvelle association "Cabordes en héritage" vient d’un constat : le patrimoine attaché aux collines de Besançon fait l’objet de bien des attentions de la part de plusieurs associations qui le préservent et le font vivre, qu’il soit viticole ou agricole. Il est cependant apparu à un certain nombre d’amateurs de ce patrimoine que les cabordes ne bénéficiaient pas, faute d’une structure spécifique et disponible, de mesures adaptées à la nécessité de plus en plus pressante de les sauvegarder.

Offre d’emploi : Responsable de salle de sport

OFFRE D'EMPLOI • Nous recherchons un responsable de salle de sport pour accompagner la mise en place d’un tout nouvel espace à Besançon dont l’ouverture est prévue pour le premier trimestre 2025 !
Sportif passionné, vous avez le goût du challenge et du développement ? Rejoignez-nous !

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.58
couvert
le 16/06 à 6h00
Vent
2.6 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
94 %