Affaire Daval : plus de 800.000 euros réclamés par la famille d'Alexia

Publié le 23/02/2021 - 08:30
Mis à jour le 23/02/2021 - 08:44

Mise à jour •

La famille d'Alexia Daval a réclamé lundi 22 février 2021 devant la cour d'assises de la Haute-Saône plus de 800.000 euros de dommages et intérêts à Jonathann Daval, condamné à 25 ans de réclusion criminelle en novembre pour le meurtre de son épouse. La cour rendra sa décision le 25 mai 2021 à Vesoul.

La famille Fouillot après l'énoncé du verdict à Vesoul le 21 novembre 2020 © TL
La famille Fouillot après l'énoncé du verdict à Vesoul le 21 novembre 2020 © TL

A l'audience, les avocats de Jonathann Daval ont jugé "disproportionnées" les sommes demandées par les parties civiles. Mais pour Me Jean-Hubert Portejoie, avocat des parents, de la soeur et du beau-frère de la victime, "ces demandes, aussi importantes soient-elles, tiennent compte de la médiatisation, de l'accumulation de drames vécus par les parties civiles et de leur liens fusionnels avec Alexia".

"La médiatisation et les mensonges successifs n'entrent pas en compte", a répliqué l'avocat de Jonathann Daval, Me Randall Schwerdorffer pour qui seul le "lien affectif" et "la souffrance de la perte d'un être cher" doivent être indemnisés. On ne peut pas se prévaloir d'un préjudice lié à la médiatisation quand on y a autant participé", a-t-il renchéri, "c'est un choix, personne n'a été obligé de s'exprimer".

Les parents de la jeune femme, Jean-Pierre et Isabelle Fouillot, ont demandé 365.000 euros, dont 60.000 euros de préjudice professionnel après la vente de leur bar-tabac à Gray.

"Le montant demandé par les parents nous interpelle, habituellement on est autour de 30.000 euros", a plaidé l'une des avocates de Jonathann Daval, Me Ornella Spatafora.

La défense a également jugé excessives les indemnités réclamées par la soeur et le beau-frère d'Alexia, soit 100.000 euros pour chacun d'entre eux et 30.000 euros pour leurs deux enfants, ainsi que celles demandées par une dizaine d'oncles et tantes.

"Le préjudice existe, mais on vous demande de le ramener à de plus justes proportions", ont plaidé Me Spatafora et Me Randall Schwerdorffer, soulignant l'absence de "démonstration" du lien affectif liant la plupart des parties civiles à Alexia.

Mais pour Me Portejoie, "faire croire que les parents d'Alexia tentent de battre monnaie, c'est extrêmement maladroit et faux, ça a choqué les partie civiles"."Chaque drame est différent et chaque partie civile réagit différemment au drame qui la touche", a-t-il relevé

Cette audience sur les intérêts civils est intervenue trois mois après le volet pénal de cette affaire ultra-médiatisée. Ni Jonathann Daval, ni les parties civiles n'étaient présents.

L'informaticien de 36 ans a été condamné le 21 novembre à 25 ans de réclusion pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017 à Gray-la-Ville (Haute-Saône), au terme d'une semaine de débats intenses.

Il avait alors été décidé de repousser cette audience qui se tient généralement dans la foulée du verdict. "Aucune somme ne pourra remplacer la perte d'une être aimé" mais "après un volet pénal apaisé, j'espère une décision qui sera apaisante pour l'ensemble des parties", a observé l'avocat général Emmanuel Dupic.

Quant à Jonathann Daval, qui est incarcéré à la maison d'arrêt de Dijon en cellule d'isolement en attendant son transfert en maison centrale, il  "va mieux, il a repris du poids, il a le moral", a confié sa mère sur les marches du tribunal de Vesoul.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

affaire daval

Meurtre d’Alexia : Jonathann Daval condamné à 25 ans de réclusion criminelle

Jonathann Daval, jugé depuis lundi pour le meurtre de sa femme Alexia qu'il reconnaît, a demandé à deux reprises "pardon" ce samedi 21 novembre 2020 aux parties civiles, avant que la cour d'assises de la Haute-Saône ne  se retire pour délibérer. Elle a finalement donné son verdict. Il est condamné à 25 ans de réclusion criminelle.

Meurtre d’Alexia : réclusion criminelle à perpétuité requise contre Jonathann Daval

L'avocat général Emmanuel Dupic a requis ce samedi 21 novembre 2020 devant les assises de la Haute-Saône la réclusion criminelle à perpétuité à l'encontre de Jonathann Daval, auteur d'un "crime presque parfait" parce que sa femme Alexia "voulait le quitter". Le verdict est attendu en fin d'après-midi ou en début de soirée.

Justice

Mutilations, subordination… Nouvelles mesures de suspension pour les centres Proxidentaire à Chevigny-Saint-Sauveur et Belfort

"Compte tenu de la gravité des manquements à la qualité et à la sécurité des soins" constatés dans les centres Proxidentaire de Chevigny-Saint-Sauveur et de Belfort, l'ARS Bourgogne Franche-Comté prend de nouvelles mesures de suspension à compter du 26 juillet 2021, a-t-on appris dans un communiqué.

Occupation d’un appartement par des mineurs isolés : Solmiré assignée au tribunal administratif de Besançon

Depuis avril 2021, Solmiré (Solidarité, Migrants Réfugiés) occupe un logement bisontin pour héberger des mineurs étrangers isolés. L'association est assignée au tribunal administratif par les Voies navigables de France (VNF), gestionnaire du bâtiment, ce mardi 27 juillet à 11 heures.

Une femme retrouvée morte près de Besançon : « très probablement » un féminicide 

Une femme a été retrouvée morte dans le coffre de sa voiture vendredi 23 juillet au soir à Guillon-les-Bains près de Besançon. Elle a "très probablement" été tuée par son compagnon, mortellement blessé ensuite par le tir d'un gendarme après s'être montré ultra-violent, a indiqué dimanche le procureur de la République de Besançon.

Magistrat qui proposait sa fille pour des rapports sexuels : vers un procès début 2022

Le procès du magistrat mis en examen pour avoir proposé sur internet à des inconnus d'avoir des relations sexuelles avec sa fille de 12 ans, récemment révoqué de la magistrature, devrait se tenir "début 2022", a indiqué ce vendredi 23 juillet 2021 le procureur de la République de Besançon, où est instruite l'affaire.

Eric Dupond-Moretti est mis en examen pour soupçons de prise illégale d’intérêts

Une première pour un ministre de la Justice en exercice : à l'issue de près de six heures d'interrogatoire à la Cour de justice de la République (CJR), Eric Dupond-Moretti a été mis en examen dans l'enquête sur de possibles conflits d'intérêts avec ses anciennes activités d'avocat ce vendredi 16 juillet.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.55
partiellement nuageux
le 30/07 à 6h00
Vent
1.14 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
100 %

Sondage