Les États-Unis vont exécuter le plus vieux de leurs condamnés à mort, âgé de 72 ans

Publié le 02/02/2016 - 11:30
Mis à jour le 02/02/2016 - 17:05

L'Etat américain de la Géorgie se prépare à exécuter ce mardi 2 février 2016 le plus âgé de ses prisonniers dans le couloir de la mort, un cas emblématique des travers de la peine capitale, selon ses détracteurs.

PUBLICITÉ

Brandon Jones doit recevoir une injection létale dans un pénitencier de la ville de Jackson à seulement quelques jours de son 73e anniversaire. Cet homme noir, meurtrier d'un commerçant en 1979, a passé plus de 36 ans derrière les barreaux.

Pour beaucoup, le sort judiciaire de cet homme symbolise la "double peine" à laquelle sont soumis aux Etats-Unis certains prisonniers, qui passent des décennies à l'isolement carcéral avec pour seule perspective leur mort à venir.

Dans un avis remarqué l'an dernier, le juge progressiste de la Cour suprême Stephen Breyer avait dénoncé ces "durées d'une longueur qui défie la raison et qui sapent le fondement punitif de la peine de mort".

Poulet, rutabagas et navets pour son dernier repas

Les autorités pénitentiaires de la Géorgie ont précisé dans un communiqué que Brandon Jones serait exécuté mardi à 19 heures (heure locale).

Il n'a pas souhaité choisir son dernier repas –une possibilité offerte aux condamnés à mort– et se verra donc servir du poulet accompagné de riz, rutabagas, navets, haricots, pain au maïs et pudding, le tout arrosé d'un jus de fruit.

Il y a actuellement 76 hommes dans le couloir de la mort en Géorgie, Etat du sud-est des Etats-Unis qui avait suspendu plusieurs mois en 2015 ses exécutions en raison de controverses sur le produit utilisé pour les injections létales.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.41
nuageux
le 23/10 à 0h00
Vent
1.53 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
95 %

Sondage