Les intermittents toujours mobilisés en Franche-Comté

Publié le 23/04/2014 - 22:03
Mis à jour le 24/04/2014 - 08:20

Durant la venue du président du Medef, les intermittents du spectacle francs-comtois ont prouvé que leur mobilisation était toujours d’actualité. Sans avoir pu échanger avec lui, ils ont dit être prêts à aller plus loin.

Prochaine étape : les festivals ?

Alors qu'ils attendaient l'arrivée de Pierre Gattaz devant la CCI à Besançon, ils ont eu l'occasion de discuter avec un représentant du Medef local et ont exprimé à nouveau leur mécontentement. "Pour l'instant, vous avez une bande de personnes qui tape gentiment sur des tambours. Demain, il n'est pas dit que nous n'irons pas su les festivals pour les fermer et alors, il y aura peut-être uen réaction autour des répercussions que cela peut enegendrer", a lancé l'un d'entre eux.

Précariser l'emploi

"Les 507 heures de travail effectif que tout le monde nous envie, il faut savoir qu'on en fait au moins autant en dehors autour de la recherche de contrat", ajoutait un autre intermittent. Bien décidés à ne pas laisser passer ces nouvelles mesures, ils partageaient donc le pavé avec d'autres mécontents. Parmi lesquels, la jeunesse communiste.

"Tout ce que fait Pierre Gattaz, c'est précariser l'emploi pour les plus jeunes mais aussi les anciens, les intérimaires...", expliquait John Vaurs. "Nous ce que l'on voudrait au contraire, c'est qu'il augmente le Smic, un jeune aura plus tendance à consommer qu'à épargner avec ce pouvoir d'achat en plus, ce qui générera de l'activité derrière." Ils avaient bloqué toutes les entrées mais cela n'aura pas suffit et ils n'ont finalement pas pu interpeller le président du Medef.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

“Fibra”, une exposition qui invite à repenser l’architecture au Musée des maisons comtoises

Installée au musée des maisons comtoises de Nancray jusqu’au 3 novembre 2024, l’exposition "Fibra" montre des types très variés de construction dans le monde aussi bien dans la forme que dans les matériaux utilisés. Florence Coutier, conservatrice du patrimoine au musée, nous en parle…

Législatives 2024 : à Besançon comme en France, les lieux de musiques actuelles appellent à faire barrage à l’extrême droite

Dans un communiqué de la Fédération des lieux de musiques actuelles (Fedelima) diffusé vendredi 14 juin 2024, le monde des arts et de la culture appellent à se mobiliser aux élections législatives pour ”faire barrage à l’extrême droite”. Un texte relayé notamment par La Rodia et Le Bastion à Besançon.

Fête de la musique 2024 : le programme des festivités à Besançon

Cette année encore, le 21 juin 2024 les rues et places de Besançon accueilleront musiciens et visiteurs à l’occasion de la fête de la musique. Concerts sur scène, ou dans les rues, les conséquences sur la circulation au centre-ville, voici tout ce qu’il faut savoir sur cette Fête de la musique 2024 à Besançon !

80 ans du Débarquement en Normandie : un Bisontin est sur place…

Quelques jours après la remise de documents historiques au musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon, Nicolas Guillaume-Lamarre a reçu une invitation du ministère de la Défense et des Armées pour assister à la grande cérémonie internationale commémorative du 80e anniversaire du Débarquement en Normandie. Il partage, avec nous, ses photos de l'évènement qui s’est tenu jeudi 6 juin 2024.

Ce qui change à Détonation 2024...

VIDÉO • L’équipe de La Rodia s’est réunie mardi 4 juin 2024 pour dévoiler la programmation, mais aussi les grands changements de la 11e édition de son festival Détonation qui se déroulera pendant trois jours en septembre prochain. Voici tout ce que vous devez savoir sur le nouveau chapitre de cet évènement incontournable de la rentrée bisontine.

Habemus Bastard, la BD pas très catholique d’un curé en cavale dans le Jura

L’auteur bisontin Jacky Schwartzmann a récemment collaboré avec l’auteur, scénariste et illustrateur Sylvain Vallée pour sortir une nouvelle bande dessinée intitulée Habemus Bastard. En librairie depuis le 3 mai 2024, celle-ci raconte l’histoire d’un homme de main qui n’a rien trouvé de mieux qu’une soutane pour passer incognito et se cacher des hommes qui veulent lui faire la peau. Dans ce premier tome, la plume de Schwartzmann et la palette de Vallée s’associent pour délivrer la bonne parole et partager l’écriture de ce polar aussi original que drôle. 

Où sortir cet été dans le Grand Besançon ?

Ce lundi matin, il était encore difficile à croire que l’été approche avec son lot d’animations de plein air… Et pourtant ! Anne Vignot, présidente de Grand Besançon Métropole, Pierre Contoz, président du musée des Maisons comtoises, Benoît Vuillemin, vice-président de GBM en charge de l’attractivité et du tourisme, Patrice Hennequin, président de l’Office de tourisme et des congrès de GBM et François Bousso, conseiller communautaire GBM délégué à l’éco-tourisme, se sont réunis pour lancer officiellement la saison touristique estivale du territoire.

Tag de “L’Origine du monde” de Gustave Courbet : l’organisatrice de l’action mise en examen…

La performeuse franco-luxembourgeoise Deborah de Robertis, qui avait revendiqué être à l’origine d’une action début mai au Centre Pompidou-Metz où cinq œuvres, dont le tableau "L’origine du monde" de Courbet, ont été taguées et une autre dérobée, a été mise en examen, a-t-on appris lundi 3 juin 2024 auprès du parquet de Metz.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.04
forte pluie
le 15/06 à 3h00
Vent
5.03 m/s
Pression
1008 hPa
Humidité
96 %