Les pompiers mettent en garde contre les dangers hivernaux

Publié le 01/12/2022 - 14:27
Mis à jour le 01/12/2022 - 14:27

Le froid s’installe doucement dans le Doubs et les chauffages sont rallumés. Qu’ils’agisse d’une cheminée ou d’une chaudière, un mauvais entretien peut avoir de graves conséquences humaines et matérielles, pourtant évitables, dont les sapeurs-pompiers du Doubs sont régulièrement témoins.

 © Emile DERAY © SDIS25
© Emile DERAY © SDIS25

Feux de cheminée et intoxications au monoxyde de carbone sont des marronniers pour les soldats du feu lorsque les températures baissent. En 2021, cela a représenté près de 470 interventions pour le service départemental d’incendie et de secours du Doubs.

Le service départemental d'incendie et de secours du Doubs (SDIS 25) tient à rappeler quelques actions simples à effectuer mais essentielles pour éviter les accidents.

  • Faire régulièrement ramoner les cheminées. Cela est obligatoire une fois par an, par sécurité mais également pour préserver sa couverture d’assurance. Si les conduits ne sont pas bien entretenus, les flammes peuvent monter et tout s’embrase alors à l’intérieur.
  • Faire contrôler les appareils de chauffage. S’ils sont défectueux, ils peuvent dégager du monoxyde de carbone.
  • Installer des détecteurs de fumée dans les pièces. En avoir un, c’est bien, plusieurs c’est mieux. Il existe également des détecteurs de monoxyde de carbone.

La bonne conduite à tenir face au monoxyde de carbone 

Le monoxyde de carbone est un gaz incolore, inodore et insipide, c’est-à-dire qu’on ne le voit pas, qu’il n’a pas d’odeur et pas de goût. C’est un véritable piège mortel et il est important d’en connaître les premiers signes : maux de tête, nausées, vomissements. Le premier réflexe doit être d’aérer les locaux et de sortir, puis d’appeler les secours.

Et pour éviter que tout cela n’arrive, le mieux est encore de noter dès à présent la date des futurs entretiens des appareils de chauffage.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Le Sénat approuve l’inscription de l’IVG dans la Constitution, le Congrès réuni lundi

Les sénateurs ont largement voté mercredi 28 février 2024 en faveur de l’inscription de l’IVG dans la Constitution en des termes identiques à ceux de l’Assemblée, assurant de ce fait une "liberté garantie" aux femmes d’avoir recours à l’avortement. Cette modification de la Constitution doit désormais être soumise au Congrès qui se réunira dès lundi à Versailles.

Salon de l’agriculture à Paris : la brasserie Les 2 Fûts veut “démocratiser” la bière artisanale

À l’occasion de la 60e édition du Salon international de l’agriculture à Paris qui se déroule en ce moment jusqu’au 3 mars 2024, l’équipe de maCommune.info a rendu visite ce mardi 27 janvier 2024 à Loïc Fusillier, co-fondateur de la micro-brasserie bisontine Les 2 Fûts.

Salon du chiot à Besançon : la Ville “pas favorable à ce type d’événement”

AJOUT RÉACTION VILLE • Ce week-end à Micropolis se tiendra le Salon du chiot, qui proposera la vente de chiots et de chatons. Un événement qualifié de "foire à la souffrance" par les associations engagées dans la défense du bien-être animal qui dénoncent l’organisation d’un tel salon et demande son annulation. Une pétition a été lancée en ligne...

Le projet de Maison des femmes pour l’égalité à Besançon se concrétise

Dans le cadre de la future Maison des femmes pour l’égalité qui sera implantée à Besançon, le centre d’information sur les droits des femmes et des familles du Doubs et Solidarité Femmes organisent l'inauguration de l’association de préfiguration le dimanche 10 mars 2024 au Grand Kursaal de Besançon.

SIA 2024 : l’agriculture en Bourgogne Franche-Comté est “aussi forte que la filière auto”

Comme chaque année, la Région Bourgogne - Franche-Comté élit domicile temporaire le Salon international de l’agriculture à Paris pendant neuf jours dans le but de promouvoir les produits, les producteurs et éleveurs de son territoire. C’est dans le pavillon 3 mardi 27 février 2024 que nous avons rencontré Christian Morel, vice-président de la Région en charge de l’agriculture, de la viticulture et de l’agroalimentaire.

Besançon : plus de 13.300 dépôts sauvages ramassés en 2023, près de 500 en 2024…

QUOI DE NEUF À BESAC ? • En 10 ans, le nombre de dépôts sauvages s’est multiplié par 10 à Besançon, comme partout en France, un fléau qui coûte très cher aux collectivités. C’est le sujet de notre rubrique Quoi de neuf à Besac ? de ce mois de février 2024, avec Marie Zéhaf, conseillère municipale déléguée à la Voirie.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 
le 02/03 à 5h43
Vent
m/s
Pression
hPa
Humidité
%