Les prix de l’alimentation vont augmenter en 2022, une première en huit ans

Publié le 03/03/2022 - 17:47
Mis à jour le 04/03/2022 - 11:27

Le prix des produits alimentaires payés aux industriels va augmenter de l’ordre de 3 % en France en 2022 après des négociations annuelles difficiles avec les distributeurs, une première depuis 2014 sous l’effet de l’inflation.
 

©Alexane Alfaro ©
©Alexane Alfaro ©

Ces tractations, qui fixent pour l'année le prix des produits commercialisés, se sont pour certaines achevées tôt mercredi matin, avec un taux de signature dépassant les 80 % dans la plupart des enseignes, au lendemain de la clôture. Des blocages subsistent toutefois au niveau de deux grands distributeurs, que le gouvernement n'a pas souhaité nommer.

La hausse exacte n'est pas encore connue, mais le ministère de l'Agriculture confirme qu'elle sera de l'ordre de 3 % après huit ans de déflation (0,1 % en 2021, 0,3 % en 2020), avec des différences en fonction des filières. Pour répercuter l'inflation qui pèse sur les matières premières agricoles et les coûts industriels (énergie, emballages, transport), la principale organisation de l'agroalimentaire, l'Ania, avait réclamé une hausse des prix de vente d'environ 6 %.

Un"effet Egalim 2"

Le ministère de l'Agriculture a salué un"effet Egalim 2" sur ces négociations, en référence au texte de loi adapté de justesse fin 2021 pour rétribuer correctement les producteurs face aux hausses des coûts agricoles, et corriger ainsi le manque d'efficacité de la loi Egalim 1."Sans Egalim 2, ce serait un désastre au moment où on se parle", avait estimé mardi le ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie.

Le médiateur des relations commerciales agricoles a pour sa part été saisi d'une soixantaine de dossiers d'entreprises n'étant pas parvenues à un accord, un nombre un peu plus élevé que l'an passé. En cas de rupture de contrat avec un fournisseur,"j'invite les directeurs généraux des enseignes de la grande distribution à faire connaître leur position sur les prix à appliquer en 2022", indique-t-il à l'Agence France-Presse.

Il craint en effet que les enseignes ne maintiennent les mêmes prix qu'en 2021 pendant une période de préavis qui peut durer jusqu'à douze mois, une attitude"déloyale" par rapport à celles qui ont signé des accords.

Une hausse qui pourrait s'intensifier à cause de la guerre en Ukraine

L'équilibre de ces négociations commerciales, menées chaque année, est délicat : il doit permettre aux agriculteurs de vivre de leur travail, aux industriels de continuer à produire et investir, le tout sans malmener le budget des ménages.

L'accélération de l'inflation sur 2021 (+ 1,6 %), va encore s'aggraver à la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, qui a fait s'envoler en l'espace d'une semaine les cours mondiaux des céréales et oléagineux à des niveaux historiquement élevés, les deux pays représentant 30 % du commerce mondial du blé.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

“Chambre d’hôtes référence” : six hôtes du Doubs récompensés

Le 4 juin 2024, certaines chambres d’hôtes du département du Doubs se sont vu remettre la qualification "Chambre d’hôtes référence". Cette action nationale a été déployée depuis 2023 par Doubs Tourisme dans le département permettant à l’époque de qualifier deux premières chambres d’hôtes.

Le sport au service de l’emploi pour recruter autrement à Montbéliard

Après le succès des précédentes éditions qui se sont déroulées sur plusieurs villes de la région, le Comité Olympique Paris 2024, l'Agence Nationale du Sport, la Fédération Française d’Athlétisme et France Travail, ont proposé l’opération "Du stade vers l’emploi" (DSVE) dans sa version "Athlétisme" ce jeudi 13 juin 2024 à Montbéliard. 

Base de loisirs d’Osselle : qui sont les deux chefs bisontins à la tête du nouveau restaurant ?

Suite à un appel d’offres lancé par Grand Besançon Métropole en février dernier pour trouver les gérants du snack et du restaurant de la base de loisirs d’Osselle, le projet de deux chefs bisontins, déjà bien connus, a été retenu. Celui d’Adrien Rognon, gérant de la Pizzeria Piano et de Sylvain Piguet, gérant de LÔ à Besançon.

En colère, les commerçants mènent une action rue de Vesoul à Besançon

C’en est trop pour les commerçants de rue de Vesoul à Besançon... Ils ont décidé de mener une action pour se faire entendre mardi 4 juin 2024 en couvrant symboliquement le panneau lumineux indiquant la fermeture de la route. Une communication qu’ils déplorent depuis l’effondrement de la rue survenu le 25 février dernier. Ils dénoncent également un manque de concertation "au détriment de la santé financière des entreprises". Le tout sans "qu’aucune aide" ne leur ait encore été accordée…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 20.63
couvert
le 16/06 à 15h00
Vent
1.57 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
81 %