Les Suisses disent "Non" à l'expulsion automatique des criminels

Publié le 29/02/2016 - 08:09
Mis à jour le 29/02/2016 - 08:09

A 58,9%, les Suisses ont rejeté dimanche la proposition controversée de la droite populiste UDC d'expulser automatiquement les criminels étrangers.

PUBLICITÉ

En 2010, les Suisses avaient accepté, à 52,9%, une initiative de l’Union démocratique du centre (UDC, premier parti suisse) demandant le renvoi des criminels étrangers. Mais le Parlement avait ensuite ajouté une clause, permettant aux juges d’éviter l’expulsion automatique des condamnés dans certains cas.

Cette fois, les Helvètes étaient consultés sur une initiative beaucoup plus dure réclamant « le renvoi effectif des criminels étrangers ». Cette initiative de « mise en oeuvre » de l’automaticité élargissait la liste des motifs d’infraction entraînant l’expulsion.

Elle demandait le renvoi automatique de tout étranger ayant déjà été condamné au cours des 10 dernières années, qui serait reconnu coupable d’avoir commis des infractions mineures comme des « lésions corporelles simples » ou d’avoir participé à une rixe. Le gouvernement et le Parlement avaient jugé la proposition de l’UDC contraire aux « règles fondamentales » de la démocratie. Aucun autre parti national ne soutenait l’initiative.

Ce lundi matin, la presse romande relève l’échec sec de l’UDC selon le site lematin.ch et elle salue de la société civile

D’après l’Office fédéral de la statistique, la révision du code pénal adoptée l’an dernier par le Parlement aurait pu conduire en 2014 à l’expulsion de près de 3.900 personnes, contre 500 en moyenne. Avec l’initiative de l’UDC, ce chiffre aurait bondi à 10.200.

« C’est une déception, une déception pour les victimes », a déclaré la députée UDC Céline Amaudruz, à la télévision suisse. Elle a souligné que son parti prenait acte de la décision des citoyens mais qu’il n’allait pas en rester là. L’UDC va « s’assurer que cette marge d’appréciation, qui est laissée aux juges, soit appliquée de manière exceptionnelle et non constante », a-t-elle assuré.

 Coup d’arrêt pour l’UDC

Ce refus net des Suisses marque un coup d’arrêt pour l’UDC qui a fait ces dernières années de l’immigration son sujet phare. Le parti, connu pour ses campagnes contre l’immigration et l’Union européenne, a notamment bousculé le jeu politique en Suisse ces dernières années avec notamment des campagnes réussies pour interdire la construction de minarets et contre ce qu’elle a appelé « l’immigration de masse ». Cette fois, les « excès » de l’initiative avaient été vivement dénoncés par les opposants à l’initiative. Ils avaient mené une campagne virulente ces dernières semaines, en publiant notamment dans les gares une affiche polémique, représentant l’emblème suisse de la croix blanche sur fond rouge transformée en croix gammée et comparant la date du 28 février à celles de la nomination de Hitler comme chancelier allemand en 1933 et de l’introduction de l’apartheid en Afrique du Sud en 1948. 

Le taux de participation a été plus élevé que la moyenne habituellement enregistrée en Suisse (un peu plus de 40%), preuve que le sujet a suscité beaucoup d’intérêt. Fait rare, des files se sont formées dimanche matin devant les bureaux de vote dans plusieurs villes suisses, comme Lausanne, Berne et Bienne.

Il y a trois mois, les premiers sondages avaient pourtant donné le camp du oui gagnant, mais le dernier sondage publié deux semaines avant le vote laissaient présager un résultat très serré, avec un léger avantage pour les opposants, à 49%. « Le capital de soutien pour l’initiative s’est érodé. Ce n’est pas habituel », a souligné le politologue Pascal Sciarini, à la Télévision suisse.

Tous les trois mois, les Suisses votent sur des sujets divers.

Dimanche, ils ont ainsi dit oui à 57%  à la construction d’un deuxième tunnel routier sous le massif alpin du Saint-Gothard, principal axe Nord-Sud. Le gouvernement souhaite construire ce tunnel afin de pouvoir rénover le premier, qui date de 1980, sans interrompre le trafic routier.

Une autre initiative « Pour le couple et la famille », défendue par le Parti démocrate-chrétien (PDC, centre), mais rejetée par le gouvernement, réclame une égalité de traitement devant l’impôt des couples mariés et des concubins, qui sont actuellement moins taxés. Le non l’emporte de justesse à 50,8%.

 

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Municipale : Karim Bouhassoun, candidat « libre et indépendant » à Besançon

Municipale : Karim Bouhassoun, candidat « libre et indépendant » à Besançon

Mouvement "Bisontines - Bisontins" • Karim Bouhassoun, cofondateur du mouvement "Bisontine Bisontins" , a annoncé mardi 17 septembre 2019 à 18h sa  candidature "comme une évidence" à l'élection municipale de Besançon afin de "rendre la Ville aux habitants". Karim Bouhassoun veut inscrire sa campagne sous l'égide du renouveau et de la proximité autour d'une liste citoyenne et libre. "Nous devons rompre avec certaines pratiques et refonder la vie citoyenne à Besançon" a-t-il déclaré.

Le téléphérique imaginé par Besançon Métropole 2020 n’est pas « une simple desserte de la Citadelle »

Le téléphérique imaginé par Besançon Métropole 2020 n’est pas « une simple desserte de la Citadelle »

Alexandra Cordier, référente de La République En Marche dans le Doubs et membre du collectif Besançon Métropole 2020, formulait en juin dernier trois propositions dans le cadre de sa candidature à l'investiture LREM. Ce 12 septembre 2019, elle a tenu a éclaircir le projet de téléphérique proposé par le collectif.

Besançon Planoise et Montbéliard – Bethoncourt labellisées cités éducatives

Besançon Planoise et Montbéliard – Bethoncourt labellisées cités éducatives

Le gouvernement a dévoilé la liste des  80 "cités éducatives", inspirées du rapport Borloo. Ces quartiers vont se partager une enveloppe de 100 millions d’euros de crédits par an sur trois ans dans le but de mieux coordonner les actions au sein et en dehors des établissements scolaires. Le préfet du Doubs, Joël Mathurin, et le recteur de l’académie de Besançon, Jean-François Chanet, se félicitent de l’annonce de cette labellisation pour Besançon et Montbéliard Bethoncourt.

Une liste dissidente « En Marche » à Besançon ?

Une liste dissidente « En Marche » à Besançon ?

Alexandra Cordier va-t-elle mener une liste dissidente face à Éric Alauzet, candidat officiellement investi par LREM le 10 juillet dernier pour l'élection municipale à Besançon ? La question est posée depuis le début de la semaine. La référente départementale "En Marche" dit actuellement ne pas être dans cet état d'esprit et espère qu'Éric Alauzet rassemblera "tous les marcheurs" bisontins.

Municipales 2020 : Jean-Louis Fousseret déclare pouvoir aider au rassemblement

Municipales 2020 : Jean-Louis Fousseret déclare pouvoir aider au rassemblement

municipales 2020 • À sept mois des élections municipales, l’ancienne majorité plurielle du maire sortant est plus divisée que jamais. Comme un message à Éric ALauzet, le candidat officiellement investi par En Marche, le maire LREM de Besançon estime qu’aucun candidat ne peut gagner seul... Jean-Louis Fousseret, qui a toujours déclaré qu’il ne repartirait pas pour un quatrième mandat, se pose aujourd’hui en rassembleur. Une rencontre est prévue avec Éric Alauzet samedi...

Des élus demandent un arrêté anti-pesticides à Besançon

Des élus demandent un arrêté anti-pesticides à Besançon

L'intergroupe EELV- PC  Société civile de l'ancienne majorité plurielle demande au maire de Besançon de prendre  un arrêté interdisant les pesticides à Besançon, à l'instar de la décision du maire de Boussières dans le Grand Besançon. Jean-Louis Fousseret réaffirme ce mercredi matin qu'il est contre les pesticides, mais estime qu'il ne faut pas confondre "courage et démagogie".

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 7.83
ciel dégagé
le 21/09 à 3h00
Vent
2.13 m/s
Pression
1019.39 hPa
Humidité
73 %

Sondage