L'ex-ambassadeur Boris Boillon jugé pour fraude fiscale et blanchiment

Publié le 22/05/2017 - 09:37
Mis à jour le 22/05/2017 - 16:45

Boris Boillon, le diplomate originaire de Pontarlier interpellé à l'été 2013 avec 350.000 euros et 40.000 dollars en liquide est jugé ce lundi 22 mai 2017 devant le tribunal correctionnel de Paris.L'ex Sarko-boy comparait notamment pour blanchiment et fraude fiscale.

1298555812.jpg
©
PUBLICITÉ

Nommé ambassadeur en Irak en 2009, puis ambassadeur en Tunisie en 2011, ce spécialiste du Moyen-Orient s’était fait remarquer pour son tempérament fougueux mais aussi ses gaffes. A Tunis, il avait été contraint de présenter des excuses publiques, après avoir répondu à la presse tunisienne d’une manière jugée agressive.

Reconverti dans le privé, Boris Boillon est interpellé le 31 juillet 2013 à la Gare du Nord à Paris. Alors qu’il s’apprête à prendre le train pour la Belgique, les douaniers découvrent qu’il est en possession de liasses de billets. 350 000 euros et 40 000 dollars en liquide.

L’ancien conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy, a tenté de convaincre les enquêteurs, sans pouvoir le prouver, que ces espèces provenaient d’Irak, où il était alors en affaire.

Outre la non-déclaration des sommes, la justice le soupçonne de les avoir éludées au Trésor public et d’avoir aussi produit un faux document pour justifier ces prestations. Boris Boillon, 46 ans, qui a repris son activité de diplomate devra répondre sur le banc des prévenus de blanchiment de fraude fiscale, de faux, d’usage de faux et de manquement à l’obligation déclarative de transfert de capitaux.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Meurtre à Fuans : déjà condamné, le suspect était en permission de sortie

Meurtre à Fuans : déjà condamné, le suspect était en permission de sortie

Un homme de 22 ans a été mis en examen et placé en détention provisoire lundi 26 août 2019 pour avoir mortellement frappé son demi-frère aîné âgé de 33 ans samedi matin à Fuans dans le Haut-Doubs. Il était en permission de sortie au moment des faits, purgeant une peine dans la Meuse après des actes de violence. 

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 18.46
peu nuageux
le 19/09 à 9h00
Vent
5.19 m/s
Pression
1024.34 hPa
Humidité
49 %

Sondage