LGV Rhin-Rhône: Nicolas Sarkozy pousse le TGV jusqu’à Mulhouse

Publié le 08/09/2011 - 14:36
Mis à jour le 18/04/2019 - 09:46

En inaugurant ce jeudi la première partie de la ligne à grande vitesse Rhin-Rhône, le président de la République a fait l’éloge de l’industrie ferroviaire française et annoncé la signature d’un protocole de financement de la seconde tranche entre Belfort et Mulhouse.

« Le train n’appartient à aucun camp politique, à aucune faction, c’est la France. Sur le ferroviaire, on ne travaille pas que pour soi. On va investir comme jamais dans ce domaine », a promis le président de la République lors de son périple inaugural de la première partie (140 km) de la banche-est de la ligne à grande vitesse Rhin-Rhône.

Dès sa première halte à la nouvelle gare de Besançon, Nicolas Sarkozy a donné le ton de cette importante de journée de communication à laquelle des milliers de personnes avaient été conviées. Pas question donc de polémiquer à propos du fleuron de la technologie que constitue le TGV depuis 30 ans et qui a transporté deux milliards de passagers « sans accident majeur ». Le président s’est d’ailleurs longuement montré à Besançon avec le sénateur Jean-Pierre Chevènement considéré, bien au-delà de son camp politique, comme le père du Rhin-Rhône.

Marie-Guite Dufay « satisfaite »

Dans son discours belfortain, dans l’autre nouvelle gare, le président de la République a poursuivi son déploiement de bonne manière politique. En demandant « aux ministres  en charge des transports de veiller à ce qu’un protocole d’intentions puisse être signé entre tous les financeurs d’ici à la fin de cette année », Nicolas Sarkozy a donné une suite favorable à la demande pressante des trois présidents de Région (Alsace, Bourgogne, Franche-Comté) qui lui avait demandé dans un communiqué publié lundi d’acter la poursuite des travaux de la seconde tranche, notamment celle reliant Belfort à Mulhouse dont le coût est désormais estimé à 850 millions d’euros.

Ce qui n’est pas rien après les 2,32 milliard d’euros investis dans la première tranche. « Il s’agit que nous nous donnions ainsi les moyens de parvenir à un commencement des travaux au plus tard en 2014 », a-t-il précisé en annonçant son intention d’investir « comme jamais » dans le ferroviaire.

La présidente socialiste du conseil régional de Franche-Comté s’est déclarée satisfaite de cette annonce. « C’est à quoi j’ai travaillé avec l’Alsace et la Bourgogne. C’était un bon moment. On est sur une volonté partagée d’aller de l’avant », a estimé Marie-Guite Dufay qui « rame » depuis plusieurs mois pour faire avancer le dossier. Cette dernière a également relevé avec beaucoup d’intérêt l’allusion faite par le président à la réouverture de la Belfort-Delle à l’échéance 2015.

Pas question de lever le pied

En s’adressant à Besançon aux salariés de Réseau Ferré de France (RFF), Nicolas Sarkozy a fait l’éloge du « travail bien fait ». « Pas n’importe qui peut fabriquer des ouvrages comme celui là. On ne le met pas assez en évidence». Et, à Belfort, fief d’Alstom, il a salué la réussite industrielle du TGV. « Au total, depuis 30 ans, plus de 670 rames ont été vendues par Alstom. Avec plus de 20000 emplois, la France dispose de la troisième industrie ferriviaire au monde ».

Pas question de lever le pied a fait comprendre le président de la République en annonçant des assises du ferroviaire et sa participation, à la fin du mois, à la pose de la première pierre du TGV Rabat-Tanger au Maroc. Mot de la fin de Nicolas Sarkozy: « Le ferroviaire est une priorité ». Pourtant, il n’a soufflé mot sur la branche-sud, entre Dijon et Lyon, qui fait pourtant partie intégrante du projet Rhin-Rhône. A chaque jour sa peine ?

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

LGV Rhin Rhone

Le Sénat vote en faveur de l’achèvement de la branche Est de la LGV Rhin-Rhône

Marie-Guite Dufay peut avoir le sourire. Après de nombreux atermoiements, le dossier de la seconde phase de la branche-est reprend des couleurs sous l’impulsion des sénateurs Jean-François Longeot (Doubs) et Jérôme Durain (Saône-et-Loire). Un vote favorable qui « rectifie » selon la présidente de l’association Trans Europe TGV Rhin-Rhône-Méditerranée les conclusions du rapport du Conseil d’orientation des infrastructures.

Jugé “non prioritaire”, la suite du chantier de la LGV Rhin-Rhône est repoussée après 2038…

Philippe Duron, chargé du rapport du Conseil d’orientation des infrastructures, a annoncé jeudi 1er février 2018 que la deuxième phase de la LGV Rhin-Rhône sera repoussée après 2038, soit dans plus de 20 ans. Il est jugé « non-prioritaire » selon un rapport  remis à la ministre des Transports. 

TGV Rhin-Rhône : Marie-Guite Dufay lance un livre blanc pour “poursuivre la dynamique” dans l’Est

Marie-Guite Dufay, présidente de l’Association Trans Europe TGV Rhin-Rhône-Méditerranée et présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, a lancé un livre blanc appelant à mettre en œuvre des actions collectives pour poursuivre la dynamique du TGV Rhin-Rhône mercredi 11 octobre 2017. 

Branche Est de la LGV Rhin-Rhône : MG Dufay relance l’État sur le financement de la deuxième phase

Suite aux études d’optimisation restituées à Dijon ce jeudi 16 mars 2017, la président de Bourgogne Franche-Comté et présidente de l’association Trans Europe TGV Rhin-Rhône-Méditerranée explique que des économies de l’ordre de 100 millions son réalisables sur la section Belfort-Mulhouse de la  2e phase de la branche Est de la LGV Rhin-Rhône.

La LGV Rhin Rhône et la ligne Belfort Delle enfin connectée

Les deux premiers tabliers d’un nouveau pont ferroviaire de 80 mètres ont été mis en place dans la nuit du 16 au 17 août 2016 au-dessus de quatre oies en gare de Belfort Montbéliard TGV. Avec cette opération « La connexion de la ligne Belfort-Delle à la Ligne à grande vitesse Rhin-Rhône devient réalité » se réjouit la SNCF.

SNCF : quatre tunnels entre Besançon et Belfort en travaux pour mieux accueillir la LGV Rhin-Rhône

La SNCF entreprend des travaux de mise en gabarit des tunnels ferroviaires entre Besançon et Belfort jusqu’en octobre 2016. L’objectif est de disposer d’un itinéraire de délestage pour les TGV duplex circulant sur la Ligne à Grande Vitesse (LGV) Rhin-Rhône en les détournant sur le réseau ferré classique entre Besançon et Belfort. 

Et l’on reparle de la 2e phase de la branche Est de la LGV Rhin-Rhône…

Après l’annonce en juillet  de l’avenir incertain de l’exploitation de la LGV Rhin-Rhône et des freins liés à la poursuite du projet, l’association « Trans Europe TGV Rhin-Rhône-Méditerranée » a adopté à Dijon le 13 avril 2015 une résolution demandant l’engagement de la 2e phase de la branche Est de la LGV Rhin-Rhône

LGV Rhin-Rhône : L’équilibre économique des TGV n’est atteint sur aucune des deux routes

Trois ans après le lancement de la nouvelle ligne à grande vitesse Rhin-Rhône, la SNCF a publié un premier bilan ce mardi 10 février 2015. 30 millions de billets auraient été vendus. La SNCF indique également que la gare Besançon Franche-Comté TGV est « particulièrement dynamique » avec « plus de 700.000 clients par an » tandis qu’environ 1,1 million de voyageurs étaient attendus par an. 

Transports

À Besançon, un irréductible horodateur perdure rue Gambetta malgré l’absence de places de stationnement pour les voitures

Après de longs mois de travaux, la partie supérieure de la rue Gambetta est désormais terminée. Toutefois, un horodateur est toujours en place ce vendredi 1er mars 2024 malgré l'absence de place de parking pour les automobilistes et donc de coût de stationnement à s'acquitter. Désormais au chômage technique, le dispositif interroge quant à sa présence dans la rue.  

La ligne TGV Paris-Lyon sera fermée quatre jours pour travaux du 9 au 12 novembre (SNCF Réseau)

La ligne TGV Paris-Lyon, la plus fréquentée en Europe, sera fermée pendant quatre jours entre le samedi 9 et le mardi 12 novembre 2024 inclus, pour préparer la mise en service d'un nouveau système de signalisation, a indiqué jeudi SNCF Réseau. Les train de Bourgogne-Franche-Comté sont concernés.

Effondrement à Besançon : la rue de Vesoul sera fermée plusieurs semaines à la circulation…

Anne Vignot, la maire de Besançon, a tenu à faire un point mercredi 28 février 2024 suite à l’effondrement de la rue de Vesoul à Besançon. De nombreux services sont mobilisés afin de traiter au mieux ce gouffre de 4 à 5 mètres de profondeur… Du côté du calendrier, aucune date de réouverture de la rue ne peut être communiquée pour l’instant, nous précise-t-on.

À Besançon, une brigade de police intervient désormais dans les transports en commun

À l’occasion du lancement du dispositif de Force d’action républicaine (FAR) le mardi 26 février 2024 à Besançon, la police nationale a présenté la nouvelle Brigade de sécurité des transports en commun (BSTC) mise en place depuis janvier 2024 dans la capitale comtoise. Les agents affectés à cette brigade auront pour principales missions de sécuriser les transports et rassurer la population.

6 M€ d’euros pour moderniser la voie en gare d’Andelot-en-Montagne et des Longevilles-Mont-d’Or 

Du 26 février au 15 juin 2024, SNCF Réseau, gestionnaire du réseau ferré national, réalise des travaux de modernisation de la voie en gare d’Andelot-en-Montagne (39) et des Longevilles-Mont-d’Or (25). Cette opération vise à contribuer à la performance du réseau en garantissant des conditions optimales de régularité et de sécurité des circulations ferroviaires.

Les aides à l’achat d’un vélo prolongées jusqu’en 2027

Vélo classique, à assistance électrique ou encore cargo… Tous sont éligibles au bonus vélo dont la prolongation vient d'être étendue jusqu'en 2027 par le gouvernement. Alors qu'il ne concernait jusque-là que les vélos neufs, le bonus vélo s’ouvre à présent aussi aux vélos d’occasion. On fait le point avec le site du service-public sur les aides disponibles pour l’achat d’un vélo électrique.

Lutte contre les ilots de chaleur : la végétalisation des arrêts de bus et tram’ a commencé à Besançon

Afin d’améliorer le confort des usagers des bus et des tramways à Besançon, notamment en cas de fortes chaleurs, la Ville de Besançon et Grand Besançon Métropole a décidé de planter des arbres à proximité des arrêts les plus exposés. Le premier arbre a été planté à la station Léo Lagrange vendredi 23 février 2024 en fin de matinée par Anne Vignot, maire de Besançon et présidente de Grand Besançon Métropole, et Fabienne Brauchli, adjointe à la maire, déléguée à la Transition écologique, aux Espaces verts et à la Biodiversité.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.43
couvert
le 02/03 à 3h00
Vent
4.3 m/s
Pression
1005 hPa
Humidité
75 %