Alerte Témoin

Abdelhamid Hakkar : « Il y a encore des gens qui craignent sa sortie 27 ans après »

Publié le 17/03/2012 - 14:32
Mis à jour le 17/03/2012 - 14:33

Le Bisontin Abdelhamid Hakkar, un des plus anciens détenus de France actuellement incarcéré à Ensisheim près de Mulhouse, sortira de prison mardi prochain après 27 ans passés derrière les barreaux. A Il vivra et travaillera à Besançon. Selon son avocate, tout le monde ne voit pas sa sortie de prison d’un bon œil.

PUBLICITÉ

Abdelhamid Hakkar, franco-algérien de 56 ans, est incarcéré depuis 1984 pour le meurtre d'un policier à Auxerre, un crime qu'il a toujours nié. A sa sortie de prison mardi, il sera placé sous bracelet électronique au sein de sa famille à Besançon et travaillera dans une association de réinsertion de détenus.

Il a été condamné à trois reprises à la perpétuité pour le meurtre d'un policier à Auxerre en 1984, puisqu'il avait notamment obtenu de la Cour européenne des droits de l'homme d'être rejugé après un procès où ni lui ni son avocat n'étaient présents.

Durant sa détention, il aussi été condamné à quatre reprises pour des tentatives d'évasion. Cela lui a notamment valu de passer 12 ans à l'isolement et d'être transféré à 45 reprises.

"Au début, il essayait de s'évader, après il s'est battu au niveau juridique", a noté son avocate, en rappelant les innombrables recours déposés par son client. Celui-ci s'était aussi signalé en signant en 2006 en compagnie de neuf autres détenus de Clairvaux (Aube) un texte réclamant "le rétablissement de la peine de mort", qu'ils disaient préférer à la "perpétuité réelle" les faisant "crever à petit feu".

En 2008 il avait également observé une grève de la faim durant 42 jours pour "dénoncer l'acharnement de la justice française contre lui".

"Cela fait plus d'une dizaine d'années que rien ne se passe normalement concernant Abdelhamid Hakkar", a encore regretté Me Canu-Bernard. "Sans être fan de la théorie du complot, on sait que M. Hakkar n'est pas apprécié du fait de ses nombreuses procédures. Et il y a encore des gens qui craignent qu'il sorte 27 ans après", a-t-elle ajouté. "Lui ne demande qu'une chose, être paisible pour sa réinsertion", a-t-elle assuré.

(avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Suspicion de destruction illégale de Lynx dans le Jura : des associations interrogent le Procureur de la République

Le 6 février 2020, un collectif d’associations* a décidé d’écrire un courrier au Procureur de la République de Lons-le-Saunier concernant l’affaire des ossements d’animaux découverts par des spéléologues dans le gouffre du Prévalot à Fontenu le 13 novembre 2019. Parmi les nombreux ossements retrouvés, un crâne aurait été identifié comme étant celui d’un lynx et présente plusieurs blessures évoquant fortement une destruction illégale. Une lettre a été envoyée au procureur de la République pour l'interroger sur l’existence d’une enquête judiciaire.

Quatre ans de prison pour Stan Maillaud, « gourou » d’un prétendu groupe antipédophile

Un ancien gendarme devenu "gourou" d'un groupuscule complotiste, qui projetait d'enlever à leur père des enfants menacés, selon lui, de pédophilie, a été condamné vendredi 31 janvier 2020 à quatre ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Saintes. Il avait été recherché en 2012 dans le Doubs après s'être enfui lors d'un contrôle de la gendarmerie.

Besançon : 15 ans de réclusion criminelle pour le meurtre du videur du Styl

Un homme de 26 ans a été condamné ce vendredi 18 janvier 2020 par la cour d'assises du Doubs à 15 ans de réclusion criminelle pour avoir mortellement poignardé un videur de discothèque qui avait refusé l'accès à l'un de ses amis, complice, qui a été condamné à 10 ans de réclusion. Quatre autres accusés, reconnus coupables de "complicité de meurtre", ont  écopé de peines allant de 3 à 8 ans de prison.

Station de Métabief

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 0.32
ciel dégagé
le 22/02 à 3h00
Vent
1.49 m/s
Pression
1031 hPa
Humidité
66 %

Sondage