Alerte Témoin

L'intersyndicale de GE Belfort met en demeure le gouvernement

Publié le 19/07/2019 - 09:46
Mis à jour le 19/07/2019 - 09:46

L'intersyndicale de General Electric (GE) à Belfort a mis en demeure ce jeudi 18 juillet 2019 le gouvernement de faire respecter par l'industriel américain ses engagements pris lors du rachat du pôle énergie d'Alstom en 2014 et d'exiger la suspension de son plan social, a-t-on appris vendredi auprès des syndicats.

general electric power belfort
© GE Power
PUBLICITÉ

Dans un courrier envoyé jeudi soir au ministère de l'Economie et dont l'AFP a obtenu une copie, l'intersyndicale demande à Bruno Le Maire de "faire respecter, par tout moyen, l'accord du 4 novembre 2014" et d'exiger de GE qu'il suspende la mise en oeuvre du plan social "tant que l'accord du 4 novembre ne sera pas appliqué".

Fixer l'indemnisation des salariés pour préjudice

L'intersyndicale demande également l'organisation en urgence d'une réunion du Comité de pilotage de suivi des engagements pris et la fixation d'une indemnisation des salariés "pour le préjudice causé par la carence de l'Etat à avoir fait respecter par GE ses engagements du 4 novembre 2014, lesquels auraient permis d'éviter la restructuration et le PSE présentés par GE".

GE a annoncé fin mai son intention de supprimer environ 1.050 postes en France, dont presque 800 dans l'entité turbines à gaz du site de Belfort, soit la moitié de ses effectifs.

Une promesse non tenue

Lors de la vente du pôle énergie d'Alstom à GE en 2014, le géant industriel américain avait promis de créer 1.000 emplois nets, promesse non tenue pour laquelle il doit payer des pénalités, et s'était aussi "engagé à maintenir l'essentiel des activités turbines à gaz de 50 Hertz de Belfort et à maintenir le centre de décision mondiale (de cette activité) à Belfort", a rappelé le 9 juillet le député Olivier Marleix (LR), ex-président de la commission d'enquête à l'Assemblée sur la politique industrielle de la France, à l'issue d'une réunion avec l'intersyndicale et d'autres élus.

La guerre économique

"A présent, on va partager (cette mise en demeure) avec les collectivités et on demande qu'elles la soutiennent comme c'était prévu", a indiqué vendredi à l'AFP Francis Fontana, délégué Sud Industrie.

"GE n'a pas le droit de se moquer de la France et Bercy doit agir dans l'intérêt national en faisant respecter les accords signés avec des investisseurs étrangers", a dit Philippe Petitcolin, délégué syndical CFE-CGC

"La guerre est maintenant économique et la France a renforcé ses moyens de sanctions avec la mise en application de la loi Pacte. Elle doit maintenant les utiliser pour sauver les compétences et les capacités industrielles uniques du site de Belfort, indispensables dans la politique industrielle de transition énergétique", a ajouté M. Petitcolin.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

La recette des beignets de Mamie Rolande

Mardi 25 février 2020 : c'est "Mardi Gras". C'est l'heure des beignets (ou bugnes). Rolande Barthod-Malat est une grand-mère bisontine, née à Aubonne en 1937 qui "aime gâter" ses petits-enfants ! Chaque année, elle respecte les périodes pendant lesquelles elle fait des crêpes, des gaufres, des galettes, etc. Elle nous livre sa recette de beignets de carnaval qu'elle propose à sa famille depuis plus de 40 ans…

Quelle place les grands-parents prennent-ils dans les familles du Doubs ?

L'UDAF (union départementale des associations familiales) du Doubs vient de publier ce 24 février 2020 une étude sur le rôle des grands-parents dans le département du Doubs. Cette dernière a été menée par l'observatoire de la famille en partenariat avec caisse nationale des allocations familiales et l’union nationale des associations familiales

Station de Métabief

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 0.41
chutes de neige
le 26/02 à 9h00
Vent
5.68 m/s
Pression
1007 hPa
Humidité
90 %

Sondage