Livres : un peintre-chasseur nommé Gustave Courbet

Publié le 25/02/2013 - 17:34
Mis à jour le 25/02/2013 - 18:24

Pour prolonger l’exposition du musée Gustave Courbet d’Ornans « Les chasses de Monsieur Courbet » qui s’achève ce lundi 25 février 2013, on peut se plonger, outre le catalogue de l’exposition, dans la passionnante étude de l’historienne Michèle Haddad, premier opus des « Cahiers de l’Ethnopôle  Pays de Courbet, pays d’artiste« . 

A la chasse avec Courbet

Première publication des "Cahiers de l’Ethnopôle Pays de Courbet, pays d’artiste*", "A la chasse avec Gustave Courbet" est l’étude par Michèle Haddad, décédée en 2011, de tous les tableaux de chasse de l’artiste ornanais. Pour cette historienne de l’art, spécialiste de l’œuvre de Courbet, ces toiles ne doivent pas se regarder séparément, mais comme constituant une série dans laquelle Courbet montre toutes les facettes de la chasse, comme elle l’explique, au début de l’ouvrage, dans son texte de présentation, indiquant notamment : "Chaque tableau décrit une action de l’animal, par exemple une de ses ruses pour échapper à la meute qui le poursuit. Ainsi la succession des actions représentées compose une vaste fresque moderne dans laquelle au silence de la forêt se mêle le silence de la mort. On passe de la marche solitaire du chasseur avec son chien dans l’immensité blanche, au froid combat des cerfs en rut, au change des chevreuils qui cherchent à tromper l’attention du chasseur. On s’arrête devant l’agonie du cerf qui se noie, on croise des animaux morts tombés dans leur course. Et l’on arrive enfin aux grandes toiles qui décrivent ce qui vient après, La Curée, L’Hallali, Le Repas de chasse, dans lesquels tout est ritualisé."

Dans ce livre, Michèle Haddad explore les liens des toiles de Gustave Courbet avec celles d’autres peintres de scènes de chasse (Delacroix, Desportes, Oudry…), regarde comment ses œuvres autour de la chasse se comprennent les unes par rapport aux autres, les replace dans le contexte de l’époque, raconte leur genèse sur la base des archives connues, analyse la composition, les animaux figurés ou l’absence de l’homme, rappelle comment ces œuvres ont étaient perçues par ses contemporains... 

 A lire aussi...

En complément de cet ouvrage, on peut également se plonger dans "Les chasses de Monsieur Courbet", le catalogue de l’exposition qui s’est tenue cet hiver au musée Courbet à Ornans. Il comprend plusieurs textes signés d’historiens de l’art, historien, ethnologue, chasseur et même professeur de psychiatrie/psychanalyste. 

Dommage que les œuvres présentées dans cette exposition soient reproduites, pour la plupart, en format vignette et non en pleine ou demi page comme c’est généralement le cas dans les catalogues d’exposition. Et que la qualité d’impression rende nombre de ces tableaux très sombres et empêche de bien en apprécier les détails ! 

* La collection "Les Cahiers de l’Ethnopôle", dirigée par Noël Barbe, ethnologue et chercheur, et Frédérique Thomas-Maurin, directrice et conservateur du musée Courbet, a pour objectif de publier des recherches autour de Gustave Courbet traitant des rapports entre arts et territoires, qu’il s’agisse de classiques (non encore traduits ou épuisés) ou d’inédits.

En pratique :

  • Michèle Haddad, "A la chasse avec Gustave Courbet", collection "Les cahiers de l’Ethnopôle", Les éditions du Sékoya, 2012, 128 pages, 18 euros.
  • "Les chasses de Monsieur Courbet", catalogue de l’exposition éponyme présentée au musée Gustave Courbet d’Ornans du 24 novembre 2012 au 25 février 2013, Les éditions du Sékoya, 2012, 152 pages, 29 euros.
 
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

Le Festival d’autres formes revient à Besançon dès le 27 mars 2024

Le Festival d’autres formes (art et technologie) fera son grand retour pour une troisième édition du 27 mars au 14 avril 2024 dans dix lieux différents de Besançon. Au cours de ces trois week-end, les visiteurs pourront profiter d’un “moment d'évasion technologique et poétique”, à travers une programmation tournée sur les thèmes de l’eau et de l’adolescence.

Radio campus Besançon lance la 4ème édition de son concours de podcast étudiant

Radio Campus Besançon a officiellement donné le coup d’envoi de la quatrième édition du concours régional de podcast étudiant. Les participants ont jusqu’au 15 avril 2024 pour soumettre leur production et tenter de remporter jusqu’à 500€. Cette année, le thème n’est autre que… “Espoirs”.

Un nouvel EP live pour le groupe Dead Chic

Vendredi 23 février 2024 le groupe franc-comtois Dead Chic sort un EP live de 8 titres au format digital. Enregistré lors de leur concert du 27 octobre 2023 au Boeuf sur le Toit, "The Venus Ballroom Live" propose une immersion dans ce qui fait l’ADN du groupe, la scène live.

The Prodigy, Royal Blood, David Guetta… La programmation complète des Eurockéennes dévoilée

Après l’annonce des premiers noms en décembre dernier, les Eurockéennes de Belfort viennent de lever le voile sur la programmation complète de l’édition 2024 qui aura lieu du 4 au 7 juillet sur la presqu’île du Malsaucy. En plus des David Guetta, Lenny Kravitz, Gazo et autres viennent s’ajouter de belles surprises telles que Prodigy ou encore Royal Blood. 

Le Bo district festival s’invite dans le pays de Montbéliard

En 2024, le pays de Montbéliard agglomération et ses 73 communes sont au centre du projet Capitale française de la culture. Pour l’occasion, le Moloco propose un tout nouveau festival : Bo district. Du 9 au 14 avril 2024, une vingtaine de concerts, de tous genres musicaux (électro, pop, rock, indie, rap…) ainsi que des ateliers culturels seront proposés au grand public dans différentes villes du territoire.

Pour la première fois, des Rencontres régionales du patrimoine en Bourgogne Franche-Comté

Jeudi 15 février 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté organise à la Cité internationale de la gastronomie et du vin, à Dijon, les premières Rencontres régionales du patrimoine, en présence de Marie- Guite Dufay, présidente de la Région, et de Nathalie Leblanc, vice-présidente à la culture et au patrimoine.

Disparition du chef d’orchestre japonais Seiji Ozawa : une illustre carrière commencée à Besançon

Le chef d’orchestre japonais Seiji Ozawa est décédé le 6 février dernier à l'âge de 88 ans. En 1959, il avait remporté, à tout juste 24 ans, le premier prix du Concours international de Besançon... Le début d’une remarquable carrière internationale.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.77
nuageux
le 28/02 à 15h00
Vent
2.7 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
81 %