Loire: une maire interdit à ses administrés de mourir le week-end...

Publié le 07/12/2019 - 13:58
Mis à jour le 07/12/2019 - 14:00

Défense de mourir le week-end.  La maire de La Gresle (Loire) a pris un arrêté interdisant aux habitants de sa commune de décéder à leur domicile les samedis, dimanches et jours fériés, pour dénoncer la pénurie de médecins.

"Il est interdit aux habitants de décéder à domicile sur le territoire communal les samedis, dimanches et jours fériés pour une durée indéterminée", précise cet arrêté publié vendredi soir.

"Un décès récent un dimanche midi a apporté la preuve de l'absurdité d'un système auquel le maire répond par un arrêté absurde", indique dans un communiqué Isabelle Dugelet, maire de ce village d'environ 850 âmes.

Le 1er décembre, elle avait mis 02H30 à trouver un médecin pour faire constater le décès d'un résident de l'Ehpad local, précise le quotidien Le Progrès qui a révélé l'information. "C'est un manque de respect pour le défunt et pour les familles", a-t-elle déclaré à l'AFP.

L'édile a ajouté avoir pris cet arrêté pour dénoncer plus globalement "une situation sanitaire catastrophique" dans sa commune et les communes avoisinantes. Le secteur est dépourvu de garde médicale car les médecins, trop peu
nombreux, en sont dispensés.

"Les gens ont du mal à se faire soigner, à trouver un médecin traitant et sont obligés de faire parfois des kilomètres. Conséquence: ils sont mal remboursés car ils ne sont pas dans un parcours de soins", détaille-t-elle. "Il y a beaucoup d'inquiétude à ce sujet dans ma commune, la santé est l'enjeu majeur des zones rurales et j'interpelle les politiques depuis des années à ce sujet, mais rien n'évolue", a-t-elle également souligné.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Covid-19 : pas d’amélioration de la situation sanitaire en Bourgogne Franche-Comté

L'agence régionale de santé indique que le ralentissement de la circulation du virus "marque le pas" dans la région où "les indicateurs épidémiologiques se maintiennent à un niveau encore bien trop élevé." En moyenne, près de 80 personnes sont hospitalisées pour des formes graves de la COVID-19, entre 10 et 11 en réanimation.

Premiers tests antigéniques pour les personnels de l’éducation en Franche-Comté

+ de 150 personnels dépistés • La campagne des tests antigéniques a démarré dans les établissements scolaires de l'académie de Besançon à l'adresse des personnels qui le souhaitent. Une cinquantaine d'infirmiers se sont portés volontaires au sein de teams "tests antigéniques" qui vont se déployer dans un premier temps jusqu'aux vacances de Noël.

Gestes barrière, attroupement, masque… Les ambassadeurs santé à la rencontre des Bisontines et des Bisontins jusqu’à Noël

Depuis la réouverture des commerces le 28 novembre dernier, des professionnels de santé, surnommés les ambassadeurs santé de la Ville de Besançon, déambulent dans le centre-ville afin de prévenir la population des gestes barrière pour éviter une troisième vague de la covid-19 pendant les fêtes.

J. Castex appelle les Français à se faire vacciner, « un acte altruiste »

+ jauge recommandée pour les fêtes • Jean Castex a appelé jeudi 3 décembre 2020 les Français à être "les plus nombreux possible" à se faire vacciner, "un acte altruiste", en exposant la stratégie vaccinale contre le Covid-19, une marche décisive que l'exécutif ne veut pas rater dans la lutte contre l'épidémie, après avoir trébuché sur les masques et les tests.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.07
couvert
le 05/12 à 6h00
Vent
1.56 m/s
Pression
997 hPa
Humidité
97 %

Sondage