Loire: une maire interdit à ses administrés de mourir le week-end...

Publié le 07/12/2019 - 13:58
Mis à jour le 07/12/2019 - 14:00

Défense de mourir le week-end.  La maire de La Gresle (Loire) a pris un arrêté interdisant aux habitants de sa commune de décéder à leur domicile les samedis, dimanches et jours fériés, pour dénoncer la pénurie de médecins.

PUBLICITÉ

"Il est interdit aux habitants de décéder à domicile sur le territoire communal les samedis, dimanches et jours fériés pour une durée indéterminée", précise cet arrêté publié vendredi soir.

"Un décès récent un dimanche midi a apporté la preuve de l'absurdité d'un système auquel le maire répond par un arrêté absurde", indique dans un communiqué Isabelle Dugelet, maire de ce village d'environ 850 âmes.

Le 1er décembre, elle avait mis 02H30 à trouver un médecin pour faire constater le décès d'un résident de l'Ehpad local, précise le quotidien Le Progrès qui a révélé l'information. "C'est un manque de respect pour le défunt et pour les familles", a-t-elle déclaré à l'AFP.

L'édile a ajouté avoir pris cet arrêté pour dénoncer plus globalement "une situation sanitaire catastrophique" dans sa commune et les communes avoisinantes. Le secteur est dépourvu de garde médicale car les médecins, trop peu
nombreux, en sont dispensés.

"Les gens ont du mal à se faire soigner, à trouver un médecin traitant et sont obligés de faire parfois des kilomètres. Conséquence: ils sont mal remboursés car ils ne sont pas dans un parcours de soins", détaille-t-elle. "Il y a beaucoup d'inquiétude à ce sujet dans ma commune, la santé est l'enjeu majeur des zones rurales et j'interpelle les politiques depuis des années à ce sujet, mais rien n'évolue", a-t-elle également souligné.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Opioïde : les ordonnances du Tramadol bientôt limitées à 3 mois

Le tramadol ne pourra bientôt plus être prescrit que pour une durée maximum de trois mois au lieu d'un an auparavant, a décidé l'Agence du médicament (ANSM) pour limiter les risques de mauvais usage de ce médicament de la famille des opioïdes. Cette mesure entrera en vigueur le 15 avril 2020, précise l'agence sanitaire.

Sclérose en plaques : le CHU de Besançon recherche des patients atteints de la maladie pour une étude

Financée par le CHU de Besançon, cette étude est menée par le Docteur Béreau afin d’ouvrir de nouvelles voies thérapeutiques. L'hôpital recherche des patients atteints d’une sclérose en plaques (SEP) au stade initial, âgés entre et 18 et 60 ans, et n’ayant pas encore reçu de traitement par cortisone.

Urssaf : le point sur la réforme de la sécurité sociale des Indépendants

Depuis le 1er janvier 2018, la protection sociale des indépendants est progressivement confiée au régime général de la Sécurité sociale. Cette mise en œuvre progressive prend fin à partir de ce 1er janvier 2020, date à laquelle les collaborateurs de l’ex-RSI intègrent les organismes du régime général.

Qualité de l’air à Planoise : un dispositif de surveillance installé depuis vendredi

Comme il avait été annoncé en conférence de presse par le préfet jeudi dernier, dispositif de suivi environnemental et sanitaire a été mis en place au niveau du parking extérieur du CCAS de la ville de Besançon ce 3 janvier 2020 suite à l'incendie de la fourrière de Planoise. Une cellule de suivi poursuivra son activité et se réunira à nouveau lundi 6 janvier en préfecture.

Anne-Laure Moser à la direction de l’organisation des soins de l’ARS Bourgogne Franche-Comté

Nominations • Changement d'organigramme au sein de l'ARS avec le décloisonnement entre le champ sanitaire et la sphère médico-sociale. Au 1er janvier 2020, Anne-Laure Moser prendra la tête de la direction de l’organisation des soins de l’ARS Bourgogne-Franche-Comté. Damien Patriat est nommé directeur de l’autonomie. Enfin, depuis le 10 décembre 2019, Véronique Tisserand a pris la responsabilité de la délégation départementale de Haute-Saône.