Manifestation contre l’antisémitisme à Besançon : qui vient, qui ne vient pas ?

Publié le 10/11/2023 - 12:02
Mis à jour le 10/11/2023 - 13:51

Jeudi 9 novembre, la Licra Besançon - Franche-Comté a lancé un appel à manifester dimanche 12 novembre à 15h00 à Besançon contre l’antisémitisme, comme à l’appel de la présidente de l’Assemblée nationale et du président du Sénat. Depuis l’annonce, plusieurs politiques ont exprimé leur volonté d’y participer… ou pas.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

Cet article est susceptible d’être mis à jour régulièrement jusqu’à dimanche.

À Paris, certains politiques et partis refusent de marcher aux côtés du Rassemblement national et n’y participeront donc pas. Et à Besançon, qui viendra et qui ne viendra pas. Voici un point sur les dernières informations que nous avons en local.

Le cabinet de la maire de Besançon a fait savoir jeudi soir que Anne Vignot et les élus de la majorité municipale (EELV - PS - PC) rejoignent ”l’appel à un rassemblement républicain initié par la présidente de l’Assemblée nationale et le président du Sénat”. Et d’ajouter : ”Comme ailleurs, des actes antisémites ont sali notre ville. Ils doivent être combattus de toutes nos forces et par l'ensemble de notre société, de même que tout acte raciste ou homophobe, qui alimente la haine de l’autre. Nous appelons les citoyens à nous rejoindre.”

Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon Maintenant au conseil municipal de Besançon et vice-président du conseil départemental du Doubs, a indiqué sur sa page Facebook, en relayant le communiqué de la Licra, qu’il sera présent dimanche.

Les députés du Doubs Laurent Croizier et Eric Alauzet (Renaissance) ont informé, dans leurs communiqués respectifs, de leur présence dimanche. 

Eric Alauzet souligne que ”le département du Doubs, et plus particulièrement la ville de Besançon, n’ont pas été épargnés, avec notamment des tags honteux et abjects sur les murs de la ville. Ces actes lâches et ces menaces larvées constituent une insulte à la France parce qu’ils bafouent notre Histoire, nos valeurs, la laïcité et notre humanité.”

De son côté, Laurent Croizier écrit : ”Notre responsabilité collective, celle de chaque citoyen Français, est de nous unir pour dire notre rejet de l’antisémitisme, notre rejet du racisme et de tous les actes qui bafouent nos valeurs républicaines.” Il appelle ”l’ensemble des citoyens à s’unir pour la République, contre les actes de racisme et d’antisémitisme” dimanche.

Myriam El Yassa, première secrétaire fédérale du Parti socialiste du Doubs, affirme s’associer à l’appel de la Licra à Besançon. ”L’antisémitisme n’est pas une opinion, mais un délit qui peut conduire au crime. Notre histoire récente en conserve la trace sanglante. S’élever contre le poison de l’antisémitisme, c’est s’opposer à l’importation d’un conflit, c’est refuser toute confusion et amalgame. L’antisémitisme d’où qu’il vienne, de l’extrême droite ou de l’islamisme radical, n'est pas le problème des seuls Français juifs ; il est le problème de la République tout entière.” La première secrétaire précise : ”Nous considérons qu’au vu de son identité, de ses positions, et des propos tenus encore dimanche dernier par son Président qui refuse de reconnaître l’antisémitisme du fondateur de son parti, la présence du RN à cette marche est illégitime.”

Séverine Véziès, membre de la coordination nationale de la France insoumise, a indiqué sur sa page Facebook que LFI avait participé à un rassemblement contre l’antisémitisme, le racisme et le fascisme jeudi 9 novembre à Paris, rassemblement en mémoire des victimes de la ”Nuit de Cristal” pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Contactée vendredi en début d'après-midi, Séverine Véziès nous a expliqué suivre la ligne nationale de LFI et ne participera pas à la manifestation de dimanche en raison d'un "manque de clarté" dans cet appel de la présidente de l'Assemblée nationale et du président du Sénat. "On part du principe que la première façon de lutter contre l'antisémitisme est d'avoir un message de paix, et d'appeler au cessez-le-feu à Gaza. On participera à tous les appels à manifester contre l'antisémitisme et pour la paix à partir du moment où le message sera clair et exclura le Rassemblement national, qui est un parti fondé par des nazis et qui n'a pas changé son fond de commerce haineux, sinon c'est participer à un processus de respectabilité du RN, or, ce n'est pas un parti respectable, qui n'est pas républicain, fondé par des SS (...). En tout état de cause, si cet appel n'exclut pas le RN, je considère qu'on ne lutte pas contre l'antisémitisme avec un parti antisémite."

Toutefois, Séverine Véziès participera à la manifestation prévue samedi à Besançon à 14h00 pour un cessez-le-feu à Gaza "et dont les mots d'ordre sont aussi la lutte contre l'antisémitisme et toute les formes de racisme et d'homophobie, c'est aussi un lieu où on peut exprimer ce message de paix et de fraternité."

Jacques Ricciardetti, conseiller régional bisontin (Rassemblement national) n’a pas publié d’information sur les réseaux sociaux. Nous avons tenté de le joindre ce vendredi, mais notre question sur sa présence dimanche à Besançon est, à cette heure, encore sans réponse.

Jean-Jacques Bougault, délégué régional Territoires de progrès Bourgogne Franche-Comté, appelle à ”venir défiler en masse” dans les manifestations contre l’antisémitisme organisées dimanche 12 novembre en précisant :”Dans ces temps troublés, toute passivité serait une faute très lourde. Contre l’antisémitisme, soyons unis et déterminés à faire Nation, ensemble.”

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Religion

Manifestation contre l’antisémitisme à Besançon : qui vient, qui ne vient pas ?

Jeudi 9 novembre, la Licra Besançon - Franche-Comté a lancé un appel à manifester dimanche 12 novembre à 15h00 à Besançon contre l’antisémitisme, comme à l’appel de la présidente de l’Assemblée nationale et du président du Sénat. Depuis l’annonce, plusieurs politiques ont exprimé leur volonté d’y participer… ou pas.

Une congrégation catholique condamnée pour travail dissimulé

La congrégation Famille missionnaire Donum Dei a été condamnée à Épinal pour travail dissimulé de femmes étrangères. Les Travailleuses missionnaires de l’immaculée étaient réparties sur les sites de Marseille, La Grâce-Dieu, Domrémy-la-Pucelle, Lisieux, Menton, Ars-sur-Formans, Lourdes, Toulon et Besançon.

François Hollande à Besançon : “Anne Hidalgo doit présenter le plus vite possible ses propositions”

Ce mercredi 15 décembre, François Hollande était à la librairie L’Intranquille à Besançon pour dédicacer son livre Affronter (Éd. Stock). Il en a profité pour échanger avec des jeunes, particulièrement nombreux au rendez-vous, sur l’expérience d’être candidat à l’élection présidentielle et conseillé à la candidate du PS Anne Hidalgo de présenter « le plus vite possible » ses propositions.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 2.01
légère pluie
le 25/04 à 0h00
Vent
1.95 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
92 %