Méningite à Dijon : une nouvelle campagne de vaccination cible les jeunes de  17 à 24 ans

Publié le 21/09/2018 - 15:27
Mis à jour le 15/04/2019 - 15:52

Après deux cas de méningite mortels fin 2016 et  une vaste campagne de vaccination à l'université, la maladie est réapparue à Dijon, faisant un mort. Les autorités sanitaires lancent ce vendredi 21 septembre 2018 une nouvelle campagne ciblant cette fois tous les jeunes de 17 à 24 ans.

vaccin_grippe.jpg
©dfuhlert via pixabay
PUBLICITÉ

Environ 40.000 personnes sont concernées sur plus de 150 communes des bassins de vie de Dijon et de Genlis, à une vingtaine de kilomètres, selon l’Agence régionale de santé (ARS).

Un décès au mois de décembre

« Suite au foyer épidémique (fin 2016), il n’y a eu aucun cas pendant un an. On a vu réapparaître le méningocoque W en décembre 2017 », a indiqué à l’AFP Olivier Obrecht, directeur général adjoint de l’ARS. Cinq nouveaux cas se sont ensuite déclarés en six mois dans le département, dont quatre dans la zone ciblée. L’un d’eux, un jeune homme de 23 ans, est décédé dès le mois de décembre.

Deux seulement étaient des étudiants et les autorités sanitaires ciblent désormais tous les jeunes « résidant, travaillant ou étudiant dans ces bassins de vie ». « Ce n’est pas une nouvelle épidémie. Pour autant, comme c’est exactement la même souche à chaque fois, il a été décidé de lancer cette campagne », qui démarre le 1er octobre, a précisé M. Obrecht.

Après trois cas, dont deux mortels, survenus fin 2016, près de 14.000 personnes avaient été vaccinées début 2017 sur le campus de Dijon, dont plus de 10.000 étudiants, soit 41% de l’objectif.

« La souche était toujours présente »

« Visiblement, la souche était toujours présente et a continué à circuler de façon inapparente dans cette population de jeunes », dont la tranche d’âge est la plus concernée par la maladie, selon M. Obrecht.

« En France, cette campagne est une première en population générale contre le méningocoque W », souligne l’ARS dans un communiqué. Elle doit s’étendre jusqu’en mars mais « sa durée pourra être réajustée ».

« des infections relativement rares »

Les infections invasives à méningocoque sont relativement rares en France, avec 546 cas notifiés en 2017 ayant causé 62 décès, selon des données de l’organisme Santé publique France, qui relève une augmentation de l’incidence du sérogroupe W depuis 2015.

L’ARS, qui table sur un budget de 500.000 à 900.000 euros en coûts directs, insiste sur « la gravité des infections dont cette souche est responsable (taux de mortalité de 32% en 2017 en France) » et « l’efficacité du vaccin ».

Les étudiants vaccinés en 2017, protégés pour cinq ans, ne sont en revanche pas concernés.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Peut-ont vacciner contre le cancer ?

Peut-ont vacciner contre le cancer ?

recherche • C’est l’enjeu de recherches menées depuis dix ans déjà par le Professeur Olivier Adotévi et l’UMR 1098 Inserm/EFS/UFC de Besançon. L’équipe qu’il dirige a mis en place un vaccin thérapeutique anti-cancer universel, et non préventif,  appelé UCPVax, breveté en 2012. Les premiers essais cliniques ont été engagé depuis la fin de l'année 2016 au CHRU de Besançon

15 août : une semaine de dons en Franche-Comté

15 août : une semaine de dons en Franche-Comté

Pour l’EFS, le jour férié du 15 août représente 600 pochettes de sang en moins, rien qu’en Franche-Comté. Pour pallier à ce manque, il organise une semaine du don, jusqu'au 17 août, à Besançon, Belfort et dans plusieurs villages de la région. Un masseur sera même aux Hauts-du-Chazal...

Neuf astuces pour éviter les piqûres de moustiques…

Neuf astuces pour éviter les piqûres de moustiques…

Le soleil, la chaleur… Que de bons côtés dans l’été qui nous feraient presque oublier que cette saison est également synonyme d’invasion de moustiques. Chaque année, les femelles moustiques (car oui, ce sont elles qui nous piquent !) sont responsables de millions de boutons qui démangent. Après avoir essayé les prises ou les sprays, nous nous sommes demandés quels étaient les remèdes naturels anti-moustiques...

Ambroisie : Comment en venir à bout ?

Ambroisie : Comment en venir à bout ?

Depuis quelque temps, une tache d'ambroisie, plante très allergisante, a été repérée à Besançon. Elle sera rapidement arrachée par les autorités compétentes. Que doit-on faire si l'on est confronté à cette plante sur son terrain ? Un agent de Fredon Franche-Comté nous répond.

Santé : évitez l’hydrocution

Santé : évitez l’hydrocution

Choc thermique • L'été est chaud, c'est donc l'occasion de profiter des lacs et des piscines des environs pour se rafraîchir et se détendre. Mais attention à l'hydocution ! Après un bon barbecue et quelques verres de rosé au soleil, on pourrait avoir envie courir dans l'eau pour se rafraîchir... Les professionnels de la santé vous diront que c'est une très mauvaise idée ! Voici quelques précautions à prendre avant de plonger.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 27.13
ciel dégagé
le 24/08 à 9h00
Vent
0.49 m/s
Pression
1020.4 hPa
Humidité
59 %

Sondage