Méningite à Dijon : une nouvelle campagne de vaccination cible les jeunes de  17 à 24 ans

Publié le 21/09/2018 - 15:27
Mis à jour le 15/04/2019 - 15:52

Après deux cas de méningite mortels fin 2016 et  une vaste campagne de vaccination à l'université, la maladie est réapparue à Dijon, faisant un mort. Les autorités sanitaires lancent ce vendredi 21 septembre 2018 une nouvelle campagne ciblant cette fois tous les jeunes de 17 à 24 ans.

vaccin_grippe.jpg
©dfuhlert ©

Environ 40.000 personnes sont concernées sur plus de 150 communes des bassins de vie de Dijon et de Genlis, à une vingtaine de kilomètres, selon l'Agence régionale de santé (ARS).

Un décès au mois de décembre

"Suite au foyer épidémique (fin 2016), il n'y a eu aucun cas pendant un an. On a vu réapparaître le méningocoque W en décembre 2017", a indiqué à l'AFP Olivier Obrecht, directeur général adjoint de l'ARS. Cinq nouveaux cas se sont ensuite déclarés en six mois dans le département, dont quatre dans la zone ciblée. L'un d'eux, un jeune homme de 23 ans, est décédé dès le mois de décembre.

Deux seulement étaient des étudiants et les autorités sanitaires ciblent désormais tous les jeunes "résidant, travaillant ou étudiant dans ces bassins de vie". "Ce n'est pas une nouvelle épidémie. Pour autant, comme c'est exactement la même souche à chaque fois, il a été décidé de lancer cette campagne", qui démarre le 1er octobre, a précisé M. Obrecht.

Après trois cas, dont deux mortels, survenus fin 2016, près de 14.000 personnes avaient été vaccinées début 2017 sur le campus de Dijon, dont plus de 10.000 étudiants, soit 41% de l'objectif.

"La souche était toujours présente"

"Visiblement, la souche était toujours présente et a continué à circuler de façon inapparente dans cette population de jeunes", dont la tranche d'âge est la plus concernée par la maladie, selon M. Obrecht.

"En France, cette campagne est une première en population générale contre le méningocoque W", souligne l'ARS dans un communiqué. Elle doit s'étendre jusqu'en mars mais "sa durée pourra être réajustée".

"des infections relativement rares"

Les infections invasives à méningocoque sont relativement rares en France, avec 546 cas notifiés en 2017 ayant causé 62 décès, selon des données de l'organisme Santé publique France, qui relève une augmentation de l'incidence du sérogroupe W depuis 2015.

L'ARS, qui table sur un budget de 500.000 à 900.000 euros en coûts directs, insiste sur "la gravité des infections dont cette souche est responsable (taux de mortalité de 32% en 2017 en France)" et "l'efficacité du vaccin".

Les étudiants vaccinés en 2017, protégés pour cinq ans, ne sont en revanche pas concernés.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Covid-19 : une lente décrue en Bourgogne Franche-Comté

2e vague • Le pic de la seconde vague a été plus élevé cet automne par rapport au printemps 2020 en Bourgogne Franche-Comté avec 1.899 personnes hospitalisées le 23 novembre pour des formes graves du Coronavirus contre 1.380 le 17 avril 2020. Dimanche, on dénombrait toujours plus de 1.700 patients hospitalisés dans la région qui reste dans une situation sanitaire "fragile" selon l'agence régionale de Santé.

Stations de ski : "Monsieur le Président, ne tuez pas la montagne Française"

Grogne •

Une manifestation samedi à Gap, un courrier à Emmanuel Macron. Alors que la Suisse, l'Autriche et la Bulgarie ont décidé d'ouvrir leurs stations  en décembre, des élus exhortent le Président à revenir sur la décision de fermer les remontées mécanique. Dans cette polémique, le régionaliste Jean-Philippe Allenbach y va de son laïus. "Si nous étions un canton suisse, nos stations de ski seraient ouvertes" en Franche-Comté.

Covid-19 : "Être plus vigilant en Bourgogne-Franche-Comté qu’ailleurs"

Point de situation • Le préfet de la Région Bourgogne-Franche-Comté a établit un nouveau point de situation ce vendredi 27 novembre 2020 après l’allocution d’Emanuel Macron sur le déconfinement progressif en trois étapes et conditionné par la situation épémiologique en France. La circulation du virus reste cependant très intense en Bourgogne-Franche-Comté est la deuxième région la plus touchée par la Covid derrière Auvergne-Rhône-Alpes. Les départements de l’Yonne et du Doubs (notamment le secteur de Pontarlier) sont aujourd’hui le plus impactés par la circulation du virus.

Commerces, vacances de Noël… Quelles mesures Emmanuel Macron devrait-il annoncer mardi soir ?

Le chef de l'Etat s'exprimera lors d'une allocution mardi 24 novembre 2020 à 20h pour annoncer le "cap" de ces prochaines semaines, de ces prochains mois et les premières mesures "d'allègement des contraintes" qui devraient prendre effet à partir du 1er décembre. Quelles seront-elles ?
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 0.97
nuageux
le 02/12 à 6h00
Vent
2.2 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
98 %

Sondage