Meurtre de Cécile Zaretti : 18 ans de prison pour Anthony Rosset

Publié le 22/03/2013 - 18:22
Mis à jour le 22/03/2013 - 18:22

Le meurtrier présumé de Cécile Zaretti, revendeuse d’héroïne, dont le corps avait été retrouvé dans un bois près de Vandoncourt en octobre 2010, a été condamné ce vendredi 22 mars 2013 à 18 ans de réclusion par la cour d’assises du Doubs.

assises du doubs

L'avocat général avait requis 18 à 20 ans à l'encontre d'Anthony Rosset, 33 ans. La défense avait plaidé l'acquittement, Anthony Rosset niant avoir tué Cécile Chardon-Zaretti, 27 ans et mère de deux enfants.

Elle avait été portée disparue en octobre 2010 après avoir quitté son domicile de Vandoncourt en disant vouloir aller nourrir les chats du quartier. En réalité, elle avait rendez-vous avec ce sans-emploi domicilié dans le secteur de Montbéliard, pour lui vendre un gramme d'héroïne.

A la cour d'assises, Anthony Rosset a affirmé avoir découvert le corps de la jeune femme ensanglanté, gisant dans une rue. Il a prétendu que c'est par peur d'être accusé du meurtre qu'il avait caché le cadavre sous des branchages, dans un bois voisin.

La cour d'assises n'a pas été convaincue par ses explications.

La victime a été tuée de trente à quarante coups assénés à l'aide d'un marteau brise-glace, comme celui qu'elle gardait en permanence dans son sac à main, selon le médecin légiste.

Sa disparition, signalée par la famille, avait donné lieu en octobre 2010 à d'importantes recherches dans les environs de ce village. Le corps n'avait été retrouvé qu'au bout d'une douzaine de jours.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Attaque à la machette à Besançon : un père de famille interpellé

Alexia Marquis, substitut du procureur à Besançon et David Tognelli, chef de la filière judiciaire (DIPJ), sont revenus jeudi 27 juin 2024 sur les faits commis vendredi dernier. Une commerçante avait été gravement blessée non pas la machette, mais au couteau vers 05h10 du matin Avenue Denfert-Rochereau à Besançon. Quelques minutes plus tôt, c’est un homme qui a échappé de peu à une agression similaire rue de Belfort…

Tag de “L’Origine du monde” de Gustave Courbet : l’organisatrice de l’action mise en examen…

La performeuse franco-luxembourgeoise Deborah de Robertis, qui avait revendiqué être à l’origine d’une action début mai au Centre Pompidou-Metz où cinq œuvres, dont le tableau "L’origine du monde" de Courbet, ont été taguées et une autre dérobée, a été mise en examen, a-t-on appris lundi 3 juin 2024 auprès du parquet de Metz.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 18.67
peu nuageux
le 16/07 à 09h00
Vent
4.94 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
80 %