Alerte Témoin

Montagnes du Jura mise sur "l’autre versant de la montagne"

Publié le 21/10/2013 - 15:19
Mis à jour le 16/04/2019 - 11:24

Créée il y a 10 ans, la marque Montagnes du Jura se donne de nouveaux moyens pour séduire encore plus de touristes français et étrangers et devancer les Vosges voisines et le Massif Central en matière de notoriété. Une nouvelle campagne de communication a été lancée le 17 octobre 2013 à destination de la clientèle urbaine de l’Ile de France et du Nord-Pas de Calais pour la France, de la Belgique et les Pays-Bas pour l’Europe. Avec un seul mot d’ordre : découvrir "l’autre versant de la montagne".

2013-10-20_campagne_montagnes_jura.jpg
©montagnes du jura

opération séduction

"En juillet 2013, on a fêté les dix ans du collectif Montagnes du Jura, qui fédère les départements du Doubs, du Jura et de l’Ain, les régions Franche-Comté et Rhône-Alpes, avec l’appui de l’Etat et de l’Europe, explique Emilie Rolandez, chef de projet Montagnes du Jura. La marque est née en 2003 d’un déficit de notoriété du massif du Jura qui était le dernier massif connu des Français. On a fait un petit retour sur ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. Pour la stratégie pour les 5 à 6 années prochaines, on a décidé de s’appuyer sur les nouveaux comportements des consommateurs vis-à-vis de la montagne et sur la crise".

Des réflexions a en effet surgi la nécessité de quitter une approche classique de la clientèle en fonction de son âge ou sa catégorie sociale pour s’adresser aux cibles touristiques potentielles en tenant plutôt compte de leurs critères de consommation, leurs affinités, leur ressenti. "On essaye de leur démontrer que le Massif du Jura est en phase avec leurs attentes", souligne-t-elle.

Une montagne à l’encontre des idées reçues

En 2003, le massif du Jura était le dernier nommé lorsqu’on demandait à un panel de la population de citer les massifs qu’il connaissait. Aujourd’hui, il en est de même, mais il est monté de 36% à 46% en matière de notoriété et l’écart avec les Vosges et le massif Central très important il y a dix ans s’est considérablement réduit. De quoi donner l’ambition à Montagnes du Jura de passer devant eux. Et pour ce faire, une nouvelle campagne de communication est lancée. Celle-ci s’articule autour de la signature "L’autre versant de la montagne". Comprenez, non pas son côté obscur, mais un aspect auquel on ne pense pas forcément, quelque chose allant à l’encontre des idées reçues qui bloquent certains consommateurs potentiels.

"Pour beaucoup, il y a le frein psychologique : « la montagne ce n’est pas pour moi » car c’est cher, on n'est pas sûr de la météo, il faut toujours sortir son porte-monnaie, il faut être bien looké, en hiver il faut avoir du matériel et des pneus neige, il y a des risques d’avalanche…, rapporte Emilie Rolandez. Nous voulons au contraire montrer que les Monts du Jura sont la destination idéale pour un premier séjour en montagne, car c’est une montagne douce, sans risque, facile, loin du côté frime, idéale pour une première piste de ski, une première descente en luge, une première rando, un premier morceau de comté dégusté dans une cave d’affinage, un premier jouet en bois…"

Un budget de 730.500 euros

Outre les "premières fois à la montagne", deux autres types de clientèles sont visées : les "esprits nordiques" qui recherchent de grands espaces, des activités, du développement durable, et les "voyageurs-découvreurs" adeptes du slow-tourisme et qui pourront picorer dans l’offre culturelle, gastronomique, patrimoniale...

Pour les inciter à choisir les Montagnes du Jura comme prochaine destination pour des vacances ou juste quelques jours d’itinérance, le collectif dispose en 2013 d’un budget de 730.500 euros. "C’est une très belle enveloppe budgétaire pour notre territoire, un budget important à l’échelle de la Franche-Comté", estime Emilie Rolandez, qui précise néanmoins, à titre comparatif, que celui de la marque Savoie-Monts Blanc est de 4 millions d’euros par an ou que celui de l’office de tourisme de Courchevel culmine à 10 millions d’euros. D’où la nécessité de cibler la communication pour tenter, en tant que Petit Poucet, de se faire entendre et capter de nouvelles clientèles ! Aussi, celle-ci se concentre-t-elle uniquement sur le marché urbain de l’Ile de France et du Nord-Pas de Calais pour la France, de la Belgique et les Pays-Bas pour l’Europe. 

Libérez votre côté sauvage  

Déclinée en quatre saisons et avec un vocabulaire sensitif ayant la volonté de révéler les instincts premiers, la campagne de trois mois, lancée le 17 octobre, se concrétise par des publicités dans la presse, un affichage dans le métro parisien, une forte présence sur internet par l’achat de mots-clés et de bannières, etc. Un jeu "The Wild expérience, libérez votre côté sauvage" sera aussi mis en ligne fin novembre sur les réseaux sociaux (Instagram, Vine, Twitter, Facebook) avec la ferme intention de faire le buzz :"Nous invitons les urbains à crier leur ras-le-bol de la vie citadine et leur envie de venir dans les Montagnes du Jura", indique Emilie Rolandez. Avec à la clé, un séjour à gagner.

 * ce budget est co-financé par l’Etat (FNADT) à 11%, le CRT (Comité régional de tourisme) Franche-Comté à 30%, l’Europe (Feder) à 29% et les trois conseils généraux du Doubs, du Jura et de l’Ain, chacun à hauteur de 10%.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Entreprises et Covid-19 : de nouvelles mesures mises en place par l’Urssaf Franche-Comté

L’Urssaf accompagne les entreprises depuis le début de la crise sanitaire en leur permettant de reporter le paiement de leurs cotisations, de façon simple et sans aucune pénalité. Cet accompagnement continue et évolue avec la mise en place de nouvelles mesures d’accompagnement adaptées, est-il précisé ce mois d'août 2020.

Vrabiloc, une épicerie ambulante de produits en vrac, bio et locaux sillone le Grand Besançon…

Après avoir travaillé dans la restauration, Alexandra, 38 ans, a décidé de se mettre à son compte en septembre 2019 en ouvrant une épicerie itinérante dans le Grand Besançon : Vrabiloc. Son concept : proposer des produits locaux et artisanaux, frais ou sec et sans déchet. Le truc en + de son épicerie : elle est 100% autonome grâce à des panneaux solaires. Interview.

Rachat de Bombardier Transport par Alstom : « la Bourgogne Franche-Comté doit tirer son épingle du jeu » (MG Dufay)

La Commission européenne a autorisé sous conditions vendredi 31 juillet 2020 le rachat par Alstom de la branche transports du canadien Bombardier, qui donnera naissance à un géant du rail, un an et demi après le mariage avorté du groupe français avec Siemens."C’est toute la filière ferroviaire régionale qui en sort gagnante notamment pour les trois sites Alstom que compte notre territoire" a commenté Marie-Guite Dufay, la présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté.

16 % des ménages de Bourgogne-Franche-Comté se chauffent au fioul

Alors que le gouvernement vient d'annoncer qu'à partir de 2022, les Français ne pourraient plus installer chez eux de chaudière à fioul ou charbon, l'Insee Bourgogne Franche-Comté explique que 206.300 ménages se chauffent au fioul, soit 16,1% des ménages de la région. La Bourgogne Franche-Comté se place devant les régions Grand-Est et Bretagne (15 %) bien loin devant l'île-de-France (6%) et la Corse (3%).

Relocalisation du Meltblown pour la fabrication de masques en France :  une entreprise de Montbéliard se distingue…

Créée en juin 2020 à Montbéliard, la société Meltblo France a été retenue par l'État pour produire du meltblown, une matière filtrante utilisée pour la fabrication de masques chirurgicaux et de masques FFP2 et FFP3. Le projet d'investissement de Meltblo France s'élève à 4,5 M€. La Région Bourgogne Franche-Comté a décidé de soutenir la société à hauteur de 1,1 M€. La future ligne de production de meltblown devrait être opérationnelle au printemps 2021.

Le marché automobile français continue de se redresser en juillet, aidé par les mesures de soutien

Les immatriculations de voitures particulières neuves en France ont progressé de près de 4% en juillet, a annoncé samedi le comité des constructeurs CCFA, se félicitant que les mesures de soutien déployées par le gouvernement en faveur du secteur "aient bien fonctionné". Si le groupe  Renault affiche de très bon chiffres (+33%), PSA est en recul de 5 %.

Comme un nouveau souffle chez le concessionnaire Savy à Besançon

PUBLI-INFO • Depuis le 1er juillet 2020, Jérôme Pruvot et Régis Guillon sont arrivés chez le concessionnaire Savy à Besançon. Respectivement directeur général et responsable commercial de Savy Franche-Comté, ces deux passionnés d'automobile qui en ont fait leur métier ont pour objectif de donner un nouveau souffle à la concession. L'occasion d'aborder les nouveautés BMW, Mini et BMW Motorrad.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     19.57
    légère pluie
    le 13/08 à 6h00
    Vent
    1.41 m/s
    Pression
    1016 hPa
    Humidité
    67 %

    Sondage