Alerte Témoin

Morteau saucisse : les fameux "20 cm de pur bonheur" dans le métro parisien

Publié le 17/02/2014 - 08:00
Mis à jour le 23/01/2019 - 16:14

Après avoir interpellé les Bisontins avec ses 20 centimètres de pur bonheur bien il y a trois ans sur 200 abris-bus, la saucisse de Morteau traditionnelle Jean-Louis Amiotte s'invite dans le métro de Paris. Objectif : faire connaître cette spécialité que les Francs-Comtois aiment tant aux parisiens grâce à 350 panneaux publicitaires et promouvoir sa fabrication traditionnelle...

morteau_metro_campagne_2014-2.jpg
©Dartagnan

publi-info

L'entreprise artisanale de la saucisse de Morteau a été créée par Jean Amiotte-Suchet, charcutier, en 1939 dans l'Est de la France, proche de la frontière Suisse au milieu des montagnes franc-comtoises du Jura et du Haut-Doubs. C'est en 1967 que Jean-Louis Amiotte-Suchet, le fils, succède à son père et développe l'entreprise. Depuis, la saucisse de Morteau s'exporte dans d'autres régions françaises. Le label régional Franche-Comté, protégeant la saucisse de Morteau dans sa zone historique de fabrication à 700 mètres d'altitude dans le Haut-Doubs a été créé en 1974. 

Deux médailles d'or au salon de l'agriculture 2013 

C'est en 1998 qu'Arnaud et Carole Amiotte-Suchet prennent la relève et continuent à perpétrer la tradition à travers les frontières de notre région, notamment le fumage de la saucisse qui se réalise en tuyé. "Cette étape s'effectuera toujours exclusivement en tuyé, ce qui donne son goût inimtable" souligne Thierry Belin, directeur commercial de la société Jean-Louis Amiotte. D'ailleurs, la Morteau saucisse a reçu deux médailles d'or au salon de l'agriculture à Paris lors du concours général agricole national en 2013.

"Offrez-vous 20 centimètres de pur bonheur" dans le métro parisien…

Après quelques recherches, l'entreprise Morteau Saucisse Jean-Louis Amiotte a constaté que la région parisienne était "sous-consommatrice" de la spécialité charcutière par rapport au nord et au sud-est de la France, (sans parler de la Franche-Comté où la saucisse se consomme très bien d'après Thierry Belin). L'objectif de la campagne est aussi de "cibler des consommateurs plus jeunes". En effet, selon le directeur commercial de la société, les plus grands consommateurs ont 50 ans et plus.

Par ailleurs, l'entreprise tente de démontrer que la saucisse de Morteau, fabriquée dans la tradition, n'est pas mauvaise pour la santé : "Je n'en peux plus d'entendre dire dans les médias que la charcuterie est mauvaise pour la santé" raconte Thierry Belin, "surtout quand on sait que sur 100 ménages français, 70 consomment des knacks et seulement 15 consomment de bons produits d'appellation contrôlée. Une knack est composée de 72% de viande et 18% d'eau. Nous, avec 100 kg de viande on fait 100 kilos de saucisses". C'est dit !

Ecouter le spot radio de la Morteau saucisse Jean-Louis Amiotte...

L'entreprise Jean-Louis Amiotte sera présente au prochain salon de l'agriculture à Paris du 22 février au 2 mars 2014.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Concours Talents des Cités : déposez votre candidature !

Ce concours a pour objectif de repérer, récompenser et accompagner les initiatives des entrepreneurs issus des quartiers prioritaires de la ville. Il a été créé à l'initiative du ministère chargé de la Ville et du Logement et de Bpifrance, et organisé dans toute la France par BGE. Dépôt des candidatures avant le 31 juillet 2020...

L’enseigne de prêt-à-porter Naf Naf en redressement judiciaire

Si de nombreux secteurs subissent de plein fouet la crise économique liée à la crise sanitaire du covi19, les enseignes de prêt-à-porter ne sont pas épargnées dont Naf Naf. L'entreprise est en redressement judiciaire depuis le 15 mai. Deux magasins de la marque sont installés à Besançon depuis de nombreuses années.

Auriez-vous envie de tout casser pour vous détendre à Besançon ?

C'est l'idée de Clément Ducret, 24 ans, et Lucas Chartier, 25 ans, deux jeunes entrepreneurs bisontins : créer un lieu où tout le monde pourrait venir se défouler dans le but d'évacuer son stress… Ce concept de salle de défoulement existe aux États-Unis, au Canada, et dans des grandes villes de France . Avant de lancer le concept à Besançon, les deux entrepreneurs lancent un questionnaire à la population…

« La réussite de la prochaine rentrée de l’apprentissage dépendra de la capacité des entreprises à proposer des contrats aux jeunes alors qu’elles n’auront pas encore surmonté la crise »

Face à la crise du Coronavirus, le secteur de la métallurgie a subi un violent coup d’arrêt en Franche-Comté, région très industrielle dans laquelle l’interdépendance entre les différents secteurs d’activité est forte. Pour le président de l’UIMM Franche-Comté, Jean-Luc Quivogne, "la réussite de la reprise de l’activité dans cette nouvelle période de sortie progressive du confinement est donc vitale pour toutes nos entreprises et c’est par l’engrangement des commandes qu’elles pourront se relever. Le futur plan national de relance du Gouvernement sera déterminant".

EMCO à Dampierre : « C’est une véritable révolution technologique qui se dessine »

LA PAROLE AUX ENTREPRISES • La Communauté de commune de Jura Nord propose une série d’articles sur "l’après-crise" et donne la parole aux entrepreneurs et acteurs associatifs. Ce lundi 25 mai, la collectivité publie une interview du leader européen du tapis d’entrée dont le siège français est basé à Dampierre, la société EMCO France, dont nous nous faisons le relais. Cette entreprise a subi de plein fouet la crise sanitaire avec un arrêt brutal et total de son activité le 17 mars dernier. Son directeur général, Anselme Hoffmann, mise aujourd’hui sur la commande publique pour rebondir et retrouver au plus vite de la croissance. Pour lui, il faudra intégrer plus de télétravail dans les process d’entreprises, enseignement essentiel à tirer de ce marasme sans précédent.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 21.84
nuageux
le 27/05 à 15h00
Vent
4.11 m/s
Pression
1029 hPa
Humidité
35 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune