Noël pour les commerces du centre-ville de Besançon : « entre 20 et 40% de baisse du chiffre d’affaires »

Publié le 26/12/2018 - 16:33
Mis à jour le 27/12/2018 - 15:04

Au niveau national, les comptes font état de 2 milliards d'euros de pertes pour les commerces. Et au centre-ville de Besançon ? Nous avons posé nos questions à Cécile Girardet, président de l'Union des commerçants pour dresser un premier bilan.

PUBLICITÉ

Globalement, le bilan chiffré est « très mitigé » pour une période de Noël « très particulière » dans une ambiance « peu festive en cette fin d’année » selon Cécile Girardet.

Contrairement aux années précédentes, les consommateurs ont fait leurs achats de Noël très tardivement. « Nous avons eu énormément de monde la dernière semaine avant Noël jusqu’au 24 décembre à 18 heures », précise la présidente de l’UCB, « les clients ont décalé leurs achats suite aux mouvements sociaux, ils ont dû se rattraper sur la fin ».

Entre 20 et 40% de baisse de chiffre d’affaires

Si la dernière semaine avant Noël fut fructueuse, elle n’a pas pour autant rempli les caisses de tous les commerces. « C’est très variable d’un commerce à l’autre », précise Cécile Girardet, « mais on a entre 20 et 40% de baisse de chiffre d’affaires par rapport à décembre 2017 ».

Quels facteurs en cause ?

Pour Cécile Girardet, deux principaux facteurs expliquent cette baisse : la mobilisation des Gilets jaunes et l’attentat de Strasbourg. « C’est vrai que ça a plombé les gens qui n’ont pas eu envie de faire du shopping et de faire la fête dans ce climat », a-t-elle constaté. « Avoir une ambiance morose comme ça, ça déteint forcément sur le moral, les clients nous le disaient eux-mêmes qu’ils n’avaient pas la tête dans Noël ».

Les soldes d’hiver, particulièrement attendus

Les soldes d’hiver se dérouleront du 9 janvier au 19 février 2019 à Besançon. La présidente de l’UCB explique que « Pour tous les commerces qui vendent des vêtements, les soldes sont une période pendant laquelle il est possible de rattraper le coup. Quand on a une trésorerie qui est malade comme celle qu’on a aujourd’hui parce qu’on a perdu trop sur une période aussi importante que Noël, effectivement, les soldes sont attendus avec impatience. Il est grand temps de recombler la trésorerie, mais ça va être compliqué ».

« J’ai peur pour janvier »

Si la présidente de l’UCB attend les soldes d’hiver avec impatience elle nous confie cependant : « Ce qui me fait surtout peur c’est l’après, c’est janvier : est-ce que tout le monde s’en sortira financièrement de ces deux mois catastrophiques dans une période aussi importante que Noël ? Qui va rester ? Qui va plonger ? » se demande-t-elle.

Et de conclure : « Ce serait bien que les Gilets jaunes ne manifestent pas samedi, mais j’ai des doutes. »

 

 

2 Commentaires

et la diminution du pouvoir d'achat d'un certain nombre de clients
Publié le 28 décembre 2018 à 09h22 par • Membre
El la diminution du pouvoir d(achat d'un certain nombre de clients
Publié le 28 décembre 2018 à 09h24 par • Membre

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Prime Macron : les salariés francs-comtois parmi les moins gâtés en France

L’Urssaf Franche-Comté dresse un premier bilan de la prime exceptionnelle versée par les entreprises en décembre 2018 et janvier 2019. 15,3 millions d’euros ont été versés à près de 32 000 salariés en Franche-Comté (soit 11,1 % des salariés et 53% des salariés des établissements versant la prime). Voici le détail...

GE Belfort : « Etudier toutes les pistes industrielles possibles pour maintenir l’emploi » (Le Maire)

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a affirmé ce vendredi 22 mars 2019 qu'il allait "étudier toutes les pistes industrielles possibles pour maintenir l'emploi" à Belfort, alors que les syndicats de l'usine General Electric (GE) s'inquiètent de l'annonce prochaine d'un vaste plan de suppressions de postes.

PSA « ne peut pas laisser tomber » le site d’Hérimoncourt, estime Le Maire

Le groupe automobile PSA "ne peut pas laisser tomber" son usine historique à Hérimoncourt (Doubs), menacée par un transfert d'activités vers Vesoul, et doit "trouver une nouvelle activité" pour les salariés du site, a estimé ce vendredi 22 mars 2019 le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

Le prix de l’eau va-t-il augmenter dans ma commune et pourquoi ?

Thème : l'eau #2 • Du 1er janvier 2019 au 31 décembre 2017, le prix de l'eau et de l'assainissement vont fluctuer dans le Grand Besançon selon les communes. Une harmonisation  pour arriver progressivement en 2028 et pour tous les habitants de l'agglomération à un prix  de 3,30 € TTC (hors inflation). Quel est le prix de l'eau dans les 73 communes du Grand Besançon. Va-t-il augmenter dans votre commune ? Pourquoi ?  Réponses.

Marie-Guite Dufay souhaite implanter la production de « batteries électriques » dans la région

Marie Guite Dufay, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, souhaite avec 50 signataires (élus, industriels, chercheurs et constructeur) accueillir la première usine de batterie "made in France". Pour cela, la présidente a exposé ses arguments ce 18 mars 2019 dans une lettre destinée au chef de l'État.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.25
ciel dégagé
le 23/03 à 3h00
Vent
1.32 m/s
Pression
1029.88 hPa
Humidité
78 %

Sondage