Occupation du local Bol d'R : la décision une nouvelle fois reportée

Publié le 27/03/2018 - 14:59
Mis à jour le 27/03/2018 - 17:36

La justice devait statuer de l'avenir du local Bol d'R ce mardi 27 mars 2018 à Besançon qui accueille des migrants depuis octobre 2017. La décision est finalement reportée à mardi 3 avril. Hier, le Collectif de Défense des droits et libertés des étrangers (CDDLE) publiait une tribune intitulée  "pour une autre politique d'accueil des étranger-es, migrant-es, réfugié-es…".

BoldRpalaisdejusticesolmire004.JPG
©Alexane Alfaro

Cela fait maintenant cinq fois que le tribunal de Besançon reporte sa décision concernant l'occupation des locaux de la SAIEMB par le collectif solmiré (Solidarité Migrants-Réfugiés).

Depuis le 14 octobre 2017, le Collectif dans l'objectif d'offrir un accueil de jour aux nombreux demandeurs d'asile non-pris en charge par les services de l'Etat, a investi un local vacant, propriété de la SAIEMB (société HLM dont la ville est l'actionnaire majoritaire), situé au 26 rue d'Arènes à Besançon. Plusieurs organisations soutiennent le collectif.

Une tribune "pour une autre politique d'accueil des étranger-es, migrant-es, réfugié-es…" 

Ce lundi 26 mars, le Collectif de Défense des droits et libertés des étrangers (CDDLE) publiait une tribune intitulée  "pour une autre politique d'accueil des étranger-es, migrant-es, réfugié-es…". Signée par 90 personnes issues de la politique, du milieu syndical, de la médecine, de l'enseignement supérieur, des arts et des lettres, cette tribune interpelle à la fois l'Etat, les institutions et les citoyens.

Info +

Tous nos articles sur le Bol d'R disponibles ci-dessous...

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Affaire Narumi : le suspect interrogé dans la chambre de l’étudiante

Nicolas Zepeda, Chilien de 29 ans soupçonné d'avoir tué son ex-petite amie en 2016 à Besançon (Doubs), l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, a été interrogé ce mercredi 21 octobre 2020 sur le campus universitaire pour "confronter ses déclarations à la réalité des lieux", a annoncé dans la soirée le parquet de Besançon à l'AFP.

Disparition d’Estelle Mouzin : Monique Olivier confirme l’implication de Fourniret

Michel Fourniret et son ex-épouse Monique Olivier sont arrivés, jeudi 15 octobre 2020 au soir, pour une reconstitution, à Guermantes, commune de Seine-et-Marne, sur les lieux où le tueur en série est accusé d'avoir kidnappé en 2003 Estelle Mouzin, alors âgée de 9 ans, avant de la séquestrer puis de la tuer. L'avocat du père d'Estelle Mouzin a révélé, à l'issue de cette reconstitution de six heures, que Monique Oliver, ex-épouse de Michel Fourniret, a confirmé « l'implication » du tueur en série dans la disparition de sa fille.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.44
nuageux
le 25/10 à 9h00
Vent
5.09 m/s
Pression
1007 hPa
Humidité
60 %

Sondage