Pas de vacances pour le chantier du pôle Viotte

Publié le 16/07/2019 - 11:55
Mis à jour le 16/07/2019 - 11:30

Le pôle tertiaire Viotte à Besançon prend toute son ampleur durant cet été 2019 sur le secteur Sud de l'éco quartier. Les bâtiments A1 à A 5 qui accueilleront 800 agents des services de l'État ont pris de la hauteur le long des voies ferrées et le bâtiment B de la région (200 agents) est en cours d'élévation en parallèle de la rue de la Viotte. À mi-parcours, visite du chantier avec Bernard Bletton, directeur général de la Sédia Bourgogne Franche-Comté et de Territoire 25.

PUBLICITÉ

Un an et demi après le début des travaux en avril 2018 et un peu plus d’un an après la pose de la première pierre, les cinq bâtiments (A1 à A 5) longeant le chemin de fer sur environ 250 mètres ont tous pris de la hauteur.

« Nous sommes à peu près à mi-chemin du chantier avec deux objectifs : le clos couvert en fin d’année avec un geste inaugural mi-décembre, et une livraison du bâtiment, pour l’accueil de 800 agents des services de l’état en septembre 2020 » indique Bernard Bletton, directeur général de la Sédia Bourgogne Franche-Comté et de Territoire 25. « Juste en face, le long de la rue de la Viotte, le bâtiment B, second bâtiment signal est en cours d’élévation. il abritera mi-2021 200 agents de la région qui travaillent actuellement sur différents sites bisontins. Les personnes qui travaillent sur le site de Castan resteront à l’hôtel de région. »

Le pôle tertiaire s’étend sur 27.000 m2, dont 16.000 m2 pour les 800 agents de l’État regroupés sur le même site aux côtés de 200 agents du conseil régional. Tous pourront profiter d’un restaurant interadministration de plus de 800 m2.

Pôle Viotte : avancée du chantier

L’impressionnant chantier du pôle tertiaire Viotte avance et prend de la vitesse. D’une centaine de personnes sur le site, les travaux montent progressivement en puissance. Avec l’arrivée des corps d’état secondaire, plus de 250 ouvriers travailleront en même temps sur le site, nécessitant une organisation et une logistique spécifique dans un espace contraint.

Face à la gare Viotte, le septième étage du bâtiment « signal » A1 est en cours de finalisation. Les éléments de charpente pour les 15 logements (lien vers site SMCI) qui bénéficieront d’une des plus belles vues sur la ville s’élèveront à la fin de l’été.

200 mètres plus loin, un autre bâtiment accueillera la chaufferie à plaquette bois et un restaurant inter administratif de 800 m2. Ce bâtiment A5 a pris un peu de retard suite à une problème de fondation. « Nous avons eu un souci de portance du sol, il a fallu changer le dimensionnement des pieux prévus à proximité du poste d’aiguillage informatique (PAI), ce qui n’a pas été simple en raison du peu d’espace sur le site. Mais nous sommes toujours dans les temps. Nous prévoyons toujours une marge de manœuvre…  » précise Jean-Christophe Guerrin, en charge du projet Viotte pour la Sédia.

Toujours dans l’alignement, les trois autres bâtiments A2, A3 et A4, en ossature bois (entreprises Simonin et ALD), sont déjà bien avancées. Au R+1, des ouvriers s’affairent déjà au second œuvre.

Cette succession de bâtiments est un choix de l’architecte d’origine bisontine Brigitte Metra qui se rend sur le site tous les 15 jours pour faire le point. Pour s’intégrer parfaitement dans le quartier, des failles en verre relieront les bâtiments dans la continuité des rues perpendiculaires adjacentes (rue de l’industrie…)

© Sédia BFC

En parallèle, la seconde partie du secteur Sud est sur les rails. Le chantier de la superstructure de l’îlot B et des parkings souterrains a démarré le long de la rue de la Viotte. Ce second bâtiment signal est majoritairement dédié aux services de la région puisque sur 7200 m2 plancher, plus de 5.600 ont été achetés par la région. Livraison prévue au second trimestre 2021.

Trois questions à Bernard Bletton

Quelle est la particularité de ce chantier ?

Bernard Bletton : « Au niveau de son ampleur, tout d’abord : 27.000 m2 d’un seul tenant. Il faut remonter assez loin, à la Cité des Arts de mémoire pour un chantier d’une telle envergure. Cette opération représente plus de 40 millions d’euros de travaux purs.

 Nous étions sur une friche, nous reconstruisons la ville sur elle-même (…) Il faut reconstituer également une circulation à l’intérieur d’un site qui était complètement fermé. Seconde particularité : nous sommes donc en plein secteur urbain. La troisième difficulté tient au fait que nous avons un vaste projet composé d’une dizaine d’opérations, cinq bâtiments pour l’état, un pour la région, des parkings, des espaces extérieurs, etc. Le tout dans un espace limité pour les entreprises qui interviennent. Dans le cahier des charges, nous avons œuvré avec la ville de Besançon pour ne pas avoir de nuisances exagérées malgré ce chantier important et complexe.

C’est une opération mixte dans les usages – tertiaire, commerce, habitat – et mixte dans son montage. Nous travaillons avec les services de la région, mais aussi avec la SMCI, un partenaire naturel de la Sédia pour les opérations d’habitat.

Enfin la SAS Viotte  regroupe la Caisse des Dépôts, Aktya, la Caisse d’Épargne et le Crédit Agricole. Ensemble, ces partenaires portent l’immobilier qui sera loué à l’État. »

C’est en effet un chantier inédit pour l’État…

« Oui, cette opération est très suivie au niveau national et qui servira de référence pour le regroupement de plusieurs services de l’état, près d’un pôle d’échange multimodal. Au-delà, c’est aussi et surtout la mutualisation de services (accueil, services informatiques, flotte automobile…). L’État veut donc en faire une opération pilote. » ( NDLR l’État estime à 400.000 € par les économies réalisées tous les ans par le regroupement de plusieurs services)

Quelles sont les spécificités des bâtiments ?

« Nous avions une contrainte : 40 % d’énergies renouvelables. Nous serons largement au-dessus. Nous sommes classés HQE excellent (Haute Qualité environnementale / RT 2012 – 20%) nous évitant d’installer la climatisation.

 L’idée, c’est de ne pas faire entrer la chaleur en été et de ne pas trop mettre d’énergie pour le chauffage. Nous aurons donc un bâtiment à forte inertie. Sur les vitrages, les bâtiments seront dotés de nombreuses occultations extérieures. En hiver, une chaufferie bois à plaquette unique est prévue pour l’ensemble du secteur. »

Info +

Les services de l’état qui intégreront le pôle tertiaire Viotte

  • Direction départementale des territoires-DDT,
  • Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations-DDCSPP, Direction de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale DRDJSCS,
  • Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt-DRAAF,
  • Direction de l’environnement, de l’aménagement et du logement-DREAL)
  • ARS

 

 

Le pôle tertiaire Viotte

Construite en1885, la gare de Besançon s’est transformée en 1962 avec la création de souterrains. Située à quelques mètres, halle Sernam sera fermée en 2001. Cette friche ferroviaire fait l’objet d’un projet global de reconquête menée par la Ville de Besançon depuis 2008.

Une première mutation s’opère de 2012 à 2014 avec la création du pôle d’échange multimodal et l’ouverture de la gare Viotte vers le nord.

En juillet 2016, Métra + Associés architecte remporte le concours d’architecture de requalification du pôle sud, et notamment de l’ancienne halle Sernam, en écoquartier accueillant le futur pôle tertiaire. Dans le même temps, la Ville a confié une concession d’aménagement à la société publique locale Territoire 25.

Le projet

« Deux tours de (bâtiment A1 : R+8 – bâtiment B : R+ 5 ) forment une porte vers le quartier Viotte. De tailles différentes, mais de même « famille », elles instaurent un dialogue avec la ville, la citadelle et le Doubs. Leur « toiture signal », dont la teinte rappelle la couleur bleue-grise de la pierre de Chailluz avec laquelle la majorité des bâtiments du centre ancien sont construits, s’oriente vers le cœur historique de la cité.?

Le maximum sera fait pour conserver la halle et sa volumétrie. Les toitures, restaurées ou reconstituées, seront percées de « boîtes vitrées ».

 La largeur de l’existant permet de créer une rue intérieure, ponctuellement plantée, baignée de lumière zénithale et sur laquelle s’ouvriront les bureaux« .

Métra et Associés

©B.Métra_Gare Viotte

©B.Métra Pôle Viotte

Reconversion de la friche ferroviaire

Superficie de 3,1 ha

  • Secteur Nord : 1,1 ha (aménagement d’ici trois à quatre ans)
  • Secteur Sud : 2 ha
    • 33.000 m2 de plancher, dont 23.000 m2 tertiaires

Investissement

  • Territoire 25 (aménagement) : 15 M€ (acquisition, études, réalisation d’un parking en infrastructure de 320 places)
  • Promoteur Sédia : 58 M€ (bâtiment État + Région + commerces et services)
  • Investisseurs Aktya / Caisse des Dépôts / Banques : 41 M€ (acquisition en Vefa du pôle tertiaire auprès de Sédia)

 

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Coût de la vie étudiante : 805 € par mois à Besançon selon l’Unef

Coût de la vie étudiante : 805 € par mois à Besançon selon l’Unef

Pour la 15ème année consécutive, l’UNEF publie son classement des villes selon le coût de la vie pour les étudiants. Augmentation des loyers, restauration universitaire plus onéreuse, "explosion" des frais pour les étudiants étrangers: étudier en France coûtera plus cher l'année prochaine, a calculé le syndicat étudiant Unef. Sur 42 villes analysée, Besançon arrive en 34e position. Dijon, en 28e position est une ville plus chère pour les étudiants selon la même étude.

LEO & Associés recrute à Besançon, Saint-Vit, Maîche et Pontarlier !

LEO & Associés recrute à Besançon, Saint-Vit, Maîche et Pontarlier !

OFFRES D'EMPLOI • Envie de rejoindre un environnement qui bouge ? Intégrez une équipe de 50 collaborateurs au sein d’une entreprise tant grandissante que stimulante et découvrez de nouvelles possibilités avec LEO & Associés ! Plusieurs postes sont à pourvoir : Commercial clientèle Particuliers et/ou Professionnels, Chargé de clientèle Entreprise, Gestionnaire sinistres spécialisé ou non (flottes, construction), Gestionnaire administratif assurance et Assistant(e) polyvalent(e) d’accueil.

Barbecue américain Traeger : « faire de la cuisine élaborée au barbecue »

Barbecue américain Traeger : « faire de la cuisine élaborée au barbecue »

Pour celles et ceux qui ont peur de ne pas réussir leurs saucisses, brochettes ou autres viandes, "il n'y a plus de soucis à avoir avec le barbecue Traeger", selon Aurélien Philippe, vendeur en électroménager au magasin Boulanger à Besançon qui précise que "cela ne peut pas brûler, car on ne met pas directement les aliments en contact avec la chaleur".

Du bio et du frais à la case de Sophie

Du bio et du frais à la case de Sophie

Depuis le mois de mai 2019, un nouveau salon de thé a ouvert ses portes au marché couvert Beaux-Arts au centre-ville de Besançon. La case de Sophie propose crêpes, galettes, tartes, salades et autres produits frais et issus de l’agriculture biologique.

Soyez prêts à la rentrée avec IKEA Dijon exceptionnellement ouvert le 15 août

Soyez prêts à la rentrée avec IKEA Dijon exceptionnellement ouvert le 15 août

publi-info • Fin août approche. C’est le moment où jamais de vous demander si vous êtes prêts pour la rentrée, qu’il s’agisse d’aménager la chambre du dernier qui rentre au CP ou d’aider la plus grande qui prend un appartement. Alors, pour être certain de ne rien oublier, IKEA Dijon vous ouvre exceptionnellement ses portes le 15 août 2019, de 10 à 19 heures.

Sécheresse : la série noire continue pour les agriculteurs

Sécheresse : la série noire continue pour les agriculteurs

Après l’année noire de 2018, les agriculteurs de Franche-Comté subissent une nouvelle fois les aléas météo. L’année 2019 a été marquée par le froid de mai et la canicule de juin. Un nouveau coup de massue pour les exploitants, qui pourraient ne pas résister à une troisième année consécutive dans ces conditions.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.79
couvert
le 20/08 à 21h00
Vent
1.35 m/s
Pression
1027.89 hPa
Humidité
92 %

Sondage