Pauvreté en Franche-Comté : qui est concerné ?

Publié le 10/11/2019 - 17:34
Mis à jour le 23/12/2019 - 11:27

Depuis 20 ans, le Secours catholique mène une étude statistique annuelle sur l’état de la pauvreté en France. Le 7 novembre dernier, l’organisation met en lumière la situation de précarité des migrants, des femmes seules et des enfants… Nous avons rencontré Antoine Aumonier, délégué de Franche-Comté au secours catholique.

L'étude a été menée durant l'année 2018 sur un panel de 1.347.500 personnes  (716.500 adultes et 631.000 enfants), dont 22.000 ménages en Bourgogne-Franche-Comté.

Qui est le plus touché par la pauvreté ?

Selon l'étude, les femmes, notamment les mères isolées (pour 39,2%) sont toujours la population la plus fréquemment rencontrée au Secours catholique (56.4 %). Les hommes restent néanmoins "fragiles" : 47 % sont des hommes d'origine française et 40 % sont d'origine étrangère.

Les tranches les plus actives (25 à 50 ans) concentrent près de deux tiers des adultes accompagnés. Dans cette catégorie d'âge, quatre femmes sur cinq vivent au sein d'une famille avec enfants et la moitié est des mères isolées.

Même si les plus de 60 ans sont sous-représentés dans les accueils, leur indice de fragilité en augmentation traduit une précarisation des conditions de vie des séniors.

Les enfants représentent 46 % de l'ensemble des personnes rencontrées par l'intermédiaire de la personne de référence de leur ménage, la moitié vivant au sein d'une famille monoparentale.

Remarque : Le revenu médian en France est autour de  1.700 €. Le seuil de pauvreté est à environ 1.000 €.  Selon Antoine Aumonier, délégué de Franche-Comté au secours catholique, les personnes rencontrées au secours ont pour salaire médian 535 € (en baisse de 15 € par rapport à l'année dernière).

Quelles sont les zones les plus touchées par la précarité en Franche-Comté ?

Antoine Aumonier : "Même si nous avons une zone très rurale, la précarité se cache. Cela concerne souvent des personnes âgées ou qui entrent en retraite avec des minimas sociaux ou avec des retraites trop faibles. On n'entend pas souvent parler d'elles. Elles ne sont pas dans les manifestations, mais poussent la porte du Secours catholique. Nous avons également peu de centres urbains, mais ils concentrent beaucoup de précarité et notamment ceux qui ont dû quitter leur pays et qui ne trouvent pas d'accueil".

Y a-t-il une évolution ces dernières années ?

Antoine Aumonier : "Il y a des choses qui évoluent 'mal', c'est-à-dire sur le nombre de familles accueillies. Sur 1.300.000 personnes qui ont été rencontrées l'année dernière, il y a 630.000 enfants. Ils ne sont bien sûr jamais interviewés sur la situation de précarité de leurs parents, mais la subissent au quotidien (pas de vacances, regard porté par les camarades sur leurs vêtements…) Ce sont des souffrances qui sont encore peu connues et sur lesquelles nous sommes assez vigilants".

"Le nombre de migrations en famille et le nombre de femmes seules avec enfant (et un emploi précaire) commencent à augmenter année après année.  30% de ces personnes sont également en logement précaire (+ 10% depuis 2010). Cela signifie être chez des amis, dans sa famille, des squats, des hôtels et centres d'hébergement".

Quelle est la solution pour accompagner les immigrés ?

Antoine Aumonier : "L'immigration est un sujet en Franche-Comté (même s'il l'est moins que certains autres départements). On peut faire un accompagnement individuel. L'important est de tisser le lien pour construire une intégration. Nous avons d'ailleurs fait un mur de selfie avec le slogan "on n'est plus tous seul les deux. Pour nous, la solution est la rencontre, le temps passé ensemble et l'ouverture sur une vie normale".

L'étude montre-t-elle paupérisation du travail ?

"On voit une augmentation du taux de chômage non indemnisé. Nous sommes à 3,1 ans de temps pendant lequel on est dans cette catégorie. Cette partie est inactive et il est difficile de revenir sur le marché du travail".

Sur ce point, l'étude montre que contrairement à la France en générale, la Bourgogne-Franche-Comté a connu une baisse de nombre d'emplois salariés de 0,7 %. Le Territoire de Belfort est le plus touché par le chômage avec 9,1% (le Jura est le moins impacté avec 6,3%).

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Trois dolois créent une nouvelle plateforme pour vendre et acheter des fruits et légumes… sans être un professionnel

Après deux années de travail, Oly a vu le jour ce mois de septembre 2022 dans le paysage franc-comtois. Il s’agit d’une plateforme créée par trois jeunes dolois, Rémi Vandelle, Théo Reffay et Adrien Berthenet, permettant de vendre et d’acheter des fruits, des légumes et des produits travaillés sans pour autant être primeur ou épicier.

Camaïeu met définitivement la clé sous la porte

Ce mercredi 28 septembre, le tribunal commercial de Lille a prononcé la liquidation judiciaire de Camaïeu. 514 magasins vont donc mettre la clé sous la porte et 2.600 emplois seront supprimés. Une dizaine de magasins en Franche-Comté et quatre dans le Grand Besançon sont concernés.

Quatorze PME intègrent la troisième promotion de l’Accélérateur PME Bourgogne-Franche-Comté 

La Région Bourgogne-Franche-Comté et Bpifrance ont donné le coup d’envoi de la troisième promotion de l’Accélérateur PME Bourgogne-Franche-Comté ce mercredi 28 septembre à la Tonnellerie Rousseau à Gevrey-Chambertin en Côte-d'Or. Ce programme d'accompagnement personnalisé d’une durée de 24 mois compte 14 nouvelles PME à fort potentiel cette année.

Yann Le Guilloux nommé au directoire de la Caisse d’Épargne de Bourgogne Franche-Comté

Le Conseil d’orientation et de surveillance (COS) de la Caisse d'Épargne de Bourgogne Franche-Comté a nommé, sur proposition de Jérôme Ballet, président du directoire, et Eric Fougère, président du COS, Yann Le Guilloux, en qualité de membre du directoire en charge du Pôle Banque de Détail (BDD). 

Burger King ouvre à Valdahon

Le fast-food ouvrira ses portes et ses grills jeudi 29 septembre 2022 dans la commune de Valdahon. Malgré des difficulté d’embauche de son personnel, Burger King est finalement parvenu à trouver du personnel "nombreux issus de la ville et des communes alentour".

Camaïeu joue sa survie devant le tribunal de commerce : trois boutiques menacées à Besançon

Camaieu et ses 2.600 salariés sur le fil : deux ans après un premier sauvetage, le géant nordiste du prêt-à-porter féminin va tenter mercredi 28 septembre de convaincre le tribunal de commerce de Lille qu'il peut échapper à la liquidation, mais les syndicats craignent le pire. Besançon et le Grand Besançon comptent trois boutiques de l'enseigne.

16e édition du concours régional de l’économie sociale et solidaire : les inscriptions sont ouvertes

Cette année, pour la 16e édition, la Région Bourgogne-Franche-Comté organise le concours régional de l'économie sociale et solidaire. Vous êtes une association, une entreprise et vous portez un projet ou une initiative conforme aux valeurs de l'économie sociale et solidaire ? Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 5 octobre !

Considérez-vous votre emploi comme un « travail-plaisir » ou comme un « travail alimentaire » ?

À la suite du premier confinement en raison de la crise de la Covid-19, nombreuses et nombreux sont celles et ceux qui se sont posés des questions sur leur vie professionnelle. En France, la pandémie a bouleversé le marché de l’emploi. Les démissions, y compris de postes en CDI, ont été particulièrement nombreuses ces derniers mois pour un changement de vie, d'activité, etc. Et vous, comment considérez-vous votre emploi comme un "travail plaisir" ou comme un "travail alimentaire" ?

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 6.02
peu nuageux
le 30/09 à 21h00
Vent
1.74 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
95 %

Sondage