Alerte Témoin

Pauvreté en Franche-Comté : qui est concerné ?

Publié le 10/11/2019 - 17:34
Mis à jour le 23/12/2019 - 11:27

Depuis 20 ans, le Secours catholique mène une étude statistique annuelle sur l'état de la pauvreté en France. Le 7 novembre dernier, l'organisation met en lumière la situation de précarité des migrants, des femmes seules et des enfants… Nous avons rencontré Antoine Aumonier, délégué de Franche-Comté au secours catholique.

L'étude a été menée durant l'année 2018 sur un panel de 1.347.500 personnes  (716.500 adultes et 631.000 enfants), dont 22.000 ménages en Bourgogne-Franche-Comté.

Qui est le plus touché par la pauvreté ?

Selon l'étude, les femmes, notamment les mères isolées (pour 39,2%) sont toujours la population la plus fréquemment rencontrée au Secours catholique (56.4 %). Les hommes restent néanmoins "fragiles" : 47 % sont des hommes d'origine française et 40 % sont d'origine étrangère.

Les tranches les plus actives (25 à 50 ans) concentrent près de deux tiers des adultes accompagnés. Dans cette catégorie d'âge, quatre femmes sur cinq vivent au sein d'une famille avec enfants et la moitié est des mères isolées.

Même si les plus de 60 ans sont sous-représentés dans les accueils, leur indice de fragilité en augmentation traduit une précarisation des conditions de vie des séniors.

Les enfants représentent 46 % de l'ensemble des personnes rencontrées par l'intermédiaire de la personne de référence de leur ménage, la moitié vivant au sein d'une famille monoparentale.

Remarque : Le revenu médian en France est autour de  1.700 €. Le seuil de pauvreté est à environ 1.000 €.  Selon Antoine Aumonier, délégué de Franche-Comté au secours catholique, les personnes rencontrées au secours ont pour salaire médian 535 € (en baisse de 15 € par rapport à l'année dernière).

Quelles sont les zones les plus touchées par la précarité en Franche-Comté ?

Antoine Aumonier : "Même si nous avons une zone très rurale, la précarité se cache. Cela concerne souvent des personnes âgées ou qui entrent en retraite avec des minimas sociaux ou avec des retraites trop faibles. On n'entend pas souvent parler d'elles. Elles ne sont pas dans les manifestations, mais poussent la porte du Secours catholique. Nous avons également peu de centres urbains, mais ils concentrent beaucoup de précarité et notamment ceux qui ont dû quitter leur pays et qui ne trouvent pas d'accueil".

Y a-t-il une évolution ces dernières années ?

Antoine Aumonier : "Il y a des choses qui évoluent 'mal', c'est-à-dire sur le nombre de familles accueillies. Sur 1.300.000 personnes qui ont été rencontrées l'année dernière, il y a 630.000 enfants. Ils ne sont bien sûr jamais interviewés sur la situation de précarité de leurs parents, mais la subissent au quotidien (pas de vacances, regard porté par les camarades sur leurs vêtements…) Ce sont des souffrances qui sont encore peu connues et sur lesquelles nous sommes assez vigilants".

"Le nombre de migrations en famille et le nombre de femmes seules avec enfant (et un emploi précaire) commencent à augmenter année après année.  30% de ces personnes sont également en logement précaire (+ 10% depuis 2010). Cela signifie être chez des amis, dans sa famille, des squats, des hôtels et centres d'hébergement".

Quelle est la solution pour accompagner les immigrés ?

Antoine Aumonier : "L'immigration est un sujet en Franche-Comté (même s'il l'est moins que certains autres départements). On peut faire un accompagnement individuel. L'important est de tisser le lien pour construire une intégration. Nous avons d'ailleurs fait un mur de selfie avec le slogan "on n'est plus tous seul les deux. Pour nous, la solution est la rencontre, le temps passé ensemble et l'ouverture sur une vie normale".

L'étude montre-t-elle paupérisation du travail ?

"On voit une augmentation du taux de chômage non indemnisé. Nous sommes à 3,1 ans de temps pendant lequel on est dans cette catégorie. Cette partie est inactive et il est difficile de revenir sur le marché du travail".

Sur ce point, l'étude montre que contrairement à la France en générale, la Bourgogne-Franche-Comté a connu une baisse de nombre d'emplois salariés de 0,7 %. Le Territoire de Belfort est le plus touché par le chômage avec 9,1% (le Jura est le moins impacté avec 6,3%).

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

La Bourgogne Franche-Comté se mobilise pour son tourisme

Confinement • Qui dit confinement dit #restezChezVous. Le tourisme est un des premiers secteurs à pâtir de la crise sanitaire. Consciente de cette problématique, la région Bourgogne Franche-Comté a décidé de décliner un plan de soutien en trois axes : aide financière immédiate, information des professionnels et préparation d'un plan de relance.

Crise économique du coronavirus : BGE Franche-Comté s’engage auprès des Travailleurs indépendants

Dans le contexte sanitaire actuel et au vu des conséquences sur les petites entreprises suite au confinement entamé depuis le 17 mars 2020, le réseau BGE en lien avec Le Ministère du Travail a missionné les BGE sur les territoires pour qu’elles apportent aide et conseils aux travailleurs indépendants les plus fragiles.

Agriculture et Covid-19 : « il faut bâtir des filières locales équitables »

Suite à l’arrêt d’une grande partie de la restauration collective et commerciale hors domicile et l’interdiction d’un grand nombre de marchés, une forte augmentation des volumes des denrées alimentaires vendues par la grande distribution aux ménages a été constatée. La confédération paysanne s'inquiète.

Les techniciens d’Enedis mobilisés durant le confinement : déjà plus de 1.000 interventions

Comme lors de la mobilisation pour les aléas climatiques, les équipes d'Enedis (ex ERDF),  en charge du réseau et de la distribution d'électricité, sont sur le terrain. Sur les territoires Alsace et Franche-Comté, 350 salariés sont mobilisés dans le cadre du service essentiel, 24h/24 et sept jours sur sept.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.51
nuageux
le 04/04 à 9h00
Vent
2.66 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
52 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune