Alerte Témoin

Pendant les fêtes, pensez à donner votre sang

Publié le 27/12/2012 - 11:32
Mis à jour le 27/12/2012 - 11:36

Si les stocks de produits sanguins sont pour le moment confortables en région, ils devraient diminuer dès les premières semaines de janvier.

don_du_sang_011.jpg
Le député PS de l'Isère Olivier Véran a remis son rapport sur la filière du sang à la Ministre de la santé © archives carvy

Appel aux dons

L'Etablissement français du sang (EFS) le sait. Chaque année, à la période des fêtes de fin d'année, les dons sont moins importants. Et ce, en raison des épidémies, des départs en vacances et des intempéries qui n'incitent pas à se déplacer dans les centres de prélévements, entre autres raisons.

"Nous sommes aujourd'hui à 16 jours de stocks. L'objectif est fixé d'ordinaire à 12 ou 14 jours de stocks", explique Christophe Barisien, responsable du service de prélévement à l'EFS de Besançon. Pas d'inquiétude pour l'heure donc. L'EFS invite cependant à rester mobilisé dans les semaines à venir.

Moins de dons en janvier

"Nous savons que durant les deux premières semaines de janvier, nous allons voir diminuer nos stocks. C'est la même chose chaque année", souligne Christophe Barisien. Ceux-ci devraient passer à plus ou moins 10 jours de capacité.

Un appel a donc été lancé à la mi-décembre pour inciter à faire des dons. Des collectes spécifiques sont organisées un peu partout dans la région à l'occasion des fêtes et les centres de prélévement restent ouverts.

Où donner son sang ?

"On peut se présenter au site de l'EFS, à Besançon (ndlr : à proximité du CHU Minjoz) tous les jours de 8h à 17h et le samedi de 8h à 12h", rapelle le responsable du service de prélévement.

Les donneurs sont également invités à se rendre sur le site du Don du sang, pour trouver les différents endroits de collectes. Dans le Grand Besançon, des collectes seront notamment organisées dans les semaines à venir :

  • à Saône, le 7 janvier, de 16h à 19h30 à l'Espace du Marais.
  • à Besançon, le 10 janvier, de 10h à 14h et de 15h30 à 19h30 à la salle Proudhon au Kursaal.
  • à Pelousey, le 16 janvier, de 16h30 à 20h à la Maison de la Noue.
  • à Pouilley-les-Vignes, le 28 janvier, de 16h30 à 19h30 à la salle des fêtes.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Où se baigner en toute sécurité en Bourgogne Franche-Comté ?

carte de baignade • L'Agence Régionale de la Santé de Bourgogne-Franche-Comté appelle les habitants de la région à la plus grande prudence en privilégiant les points de baignade surveillées pour se rafraichir durant les fortes chaleurs. Voici la liste de près de 80 points de baignade naturelle classées en fonction de la qualité de l'eau. 

Été et risque de noyade : les conseils pour votre baignade

Le ministère des Sports a lancé un appel à la vigilance pour sensibiliser les baigneurs aux risques de noyades et d'hydrocution. Les noyades accidentelles sont responsables chaque année d’environ 1.000 décès et constituent la première cause de mortalité par accident de la vie courante chez les moins de 25 ans.Voici tous les conseils utiles et pratiques pour éviter les accidents de baignades.   

Que faire en cas de piqûre de guêpe ?

C'est la saison des guêpes  ! Cet été 2020, avec de très faibles précipitations, est propice à leur développement. De plus, la chaleur facilite la survie des insectes, première nourriture des guêpes. Alors quand il y a piqûre ? Que faire ?  Une piqûre de guêpe  doit être soignée. Pour les personnes allergiques, il faut réagir très vite, car une vulgaire piqûre peut être mortelle. Voici les conseils.

Canicule : interdiction de se baigner dans les lacs et les rivières

Rappel • Joël Mathurin, le préfet du Doubs et les sapeurs-pompiers appellent à la plus grande prudence suite aux récentes noyades survenues dans le département. Pour rappel, il est interdit de se baigner dans les lacs et rivières du Doubs "hors zones de baignades référencées et autorisées." Les pompiers invitent la population à respecter les consignes "pour éviter des drames".

L’agriculture intensive augmente les risques de pandémie (étude)

L'exploitation des terres pour l'agriculture intensive, qui rapproche des humains les animaux sauvages dont l'habitat est dérangé, rend plus probable la survenue de pandémies telles que celle du Covid-19, selon une étude publiée mercredi. Selon cette étude publiée dans la revue Nature, les maladies dont sont porteurs les animaux sauvages ont plus de risque d'être transmises aux humains en raison de l'évolution de l'usage des terres.

Médecin urgentiste du Jura mort du Covid-19 : son épouse a porté plainte

Médecin urgentiste à l'hôpital de Lons-le-Saunier, Éric Loupiac, 60 ans, est décédé le 23 avril 2020 du  Covid-19 après plus d'un mois passé en réanimation à Marseille. Il était alors le 10e médecin à mourir du Coronavirus en France. Son épouse, Claire Loupiac avait annoncé début mai vouloir porter l'affaire devant la justice. Une plainte a été déposée ce mardi 4 août 2020. 
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     17.21
    peu nuageux
    le 09/08 à 3h00
    Vent
    1.03 m/s
    Pression
    1017 hPa
    Humidité
    80 %

    Sondage