Polémique sur la hausse de la CFE : "Nous ne sommes pas des ennemis de l'entreprise"

Publié le 16/03/2015 - 16:45
Mis à jour le 17/03/2015 - 11:05

Jean-Louis Fousseret et Gabriel Baulieu, président et 1er vice-président du Grand Besançon déclarent ne pas comprendre la réaction du monde économique suite à la proposition qui doit être votée jeudi en conseil communautaire d'augmenter le taux de la CFE (cotisation foncière des entreprises) de 25,69 à 25,76 %. Soit, selon les élus, une augmentation en 2015 de 0,35 à 4,55 € en fonction du chiffre d'affaires des entreprises. Cette variation du taux de la CFE devrait rapporter 50.000 € de recettes supplémentaire cette année à la communauté d'agglomération. 

20150316FicalitGrandBesanon.jpg
20150316FicalitGrandBesanon.jpg

incompréhensions et explications

PUBLICITÉ

Gabriel Baulieu se dit « interloqué« . En charges des finances, le premier vice-président du Grand Besançon a tout d’abord tenu à expliqué que le budget primitif  2015, présenté ce 19 mars devant le conseil communautaire, a été établi dans un contexte extrêmement contraint sur fond de baisse des dotations « suite à 36 années de dégradation » des finances de l’État. « Aujourd’hui, on nous le fait payer ! » déplore-t-il. La diminution des dotations sera de l’ordre de 12 millions d’euros d’ici 2017 pour le Grand Besançon et estimée à 42 millions d’ici 2020.

Faire face au désengagement de l’État

Or selon Gabriel Beaulieu, le cout des désengagements de l’État est loin d’être couvert par la hausse de la fiscalité qui, selon lui, reste très modérée. « Pour faire face à ces pertes de recettes importantes, nous jouons sur trois leviers : la baisse des dépenses de fonctionnement (NDLR : ce que conteste les entreprises voir article ci-dessous), les réajustements des investissement qui vont passer de 21 à 15 millions d’euros ce qui ne sera pas sans impact sur la vie économique, et un troisième levier et de manière très modérée : celui de la fiscalité« . 

L’actualisation du taux de la CFE devrait donc passer de 25,69 à 25,76% et restera selon les élus inférieurs à celui pratiqué dans les agglomérations françaises de l’ordre de  27,10% en 2014. Une variation qui apportera « seulement » une recette supplémentaire de 50.000 € sur 2015.

Pour illustrer cette hausse, Jean-Louis Fousseret prend exemple sur les contribuables assujetties à la base minimum (71 % des entreprises – voir tableau ci-dessous). « La hausse pour une entreprise qui réalise un CA entre 10 et 32.600 € représente 70 centimes. Pour celles qui réalisent plus de 500.000 €, elle sera de 4,55 € » explique le président du Grand Besançon qui s’étonne de la réaction du monde économique. « Je n’aime pas ce climat. Nous ne sommes pas des ennemis de l’entreprise surtout lorsque l’on sait tous les efforts du Grand Besançon en matière de développement économique comme le développement des zones d’activités, etc.« 

Hasard ou non du calendrier, à deux pas du siège du Grand Besançon à la City, se tenait une autre conférence de presse à la CCI avec les principaux représentants du monde économique pour dénoncer cette hausse de la fiscalité…

Évolution des cotisations de CFE 2015 sur les contribuables assujettis à la base minimum 

 Évolution des cotisations de CFE 2015 sur les contribuables assujettis à la base minimum

 Comprendre

Jusqu’en 2009, la fiscalité du Grand Besançon était portée intégralement par les entreprises et ne percevait que la TP (taxe professionnelle). Suite à une réforme, de la fiscalité des collectivités, le panier fiscal est depuis 2011 (après une année de transition en 2010 avec une compensation « relais ») composé d’une part de fiscalité ménage (parts sur taxe d’habitation + taxe foncière) et une fiscalité professionnelle.

Après la réforme de la TP, la fiscalité professionnelle (32,4 M€ au BP 2015) perçue par le Grand Besançon se divise de la manière suivant

  • La CET : CFE (cotisation foncière des entreprises) + CVAE (pour les CA de plus de 152.000€)
  • La Tascom (établissements commerciaux avec surface de vente supérieure à 400m2)
  • L’Ifer sur un petit nombre d’équipements : stations-radio, transports d’hydrocarbures, transformateurs électriques)

Pour les services du Grand Besançon, la fiscalité actuelle est avantageuse pour les entreprises et, à valeur 2015, leur octroie un gain de 18,9 millions d’euros si l’on se base sur l’ancien référentiel de la Taxe professionnelle d’avant 2009.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Coût de la vie étudiante : 805 € par mois à Besançon selon l’Unef

Coût de la vie étudiante : 805 € par mois à Besançon selon l’Unef

Pour la 15ème année consécutive, l’UNEF publie son classement des villes selon le coût de la vie pour les étudiants. Augmentation des loyers, restauration universitaire plus onéreuse, "explosion" des frais pour les étudiants étrangers: étudier en France coûtera plus cher l'année prochaine, a calculé le syndicat étudiant Unef. Sur 42 villes analysée, Besançon arrive en 34e position. Dijon, en 28e position est une ville plus chère pour les étudiants selon la même étude.

LEO & Associés recrute à Besançon, Saint-Vit, Maîche et Pontarlier !

LEO & Associés recrute à Besançon, Saint-Vit, Maîche et Pontarlier !

OFFRES D'EMPLOI • Envie de rejoindre un environnement qui bouge ? Intégrez une équipe de 50 collaborateurs au sein d’une entreprise tant grandissante que stimulante et découvrez de nouvelles possibilités avec LEO & Associés ! Plusieurs postes sont à pourvoir : Commercial clientèle Particuliers et/ou Professionnels, Chargé de clientèle Entreprise, Gestionnaire sinistres spécialisé ou non (flottes, construction), Gestionnaire administratif assurance et Assistant(e) polyvalent(e) d’accueil.

Barbecue américain Traeger : « faire de la cuisine élaborée au barbecue »

Barbecue américain Traeger : « faire de la cuisine élaborée au barbecue »

Pour celles et ceux qui ont peur de ne pas réussir leurs saucisses, brochettes ou autres viandes, "il n'y a plus de soucis à avoir avec le barbecue Traeger", selon Aurélien Philippe, vendeur en électroménager au magasin Boulanger à Besançon qui précise que "cela ne peut pas brûler, car on ne met pas directement les aliments en contact avec la chaleur".

Du bio et du frais à la case de Sophie

Du bio et du frais à la case de Sophie

Depuis le mois de mai 2019, un nouveau salon de thé a ouvert ses portes au marché couvert Beaux-Arts au centre-ville de Besançon. La case de Sophie propose crêpes, galettes, tartes, salades et autres produits frais et issus de l’agriculture biologique.

Soyez prêts à la rentrée avec IKEA Dijon exceptionnellement ouvert le 15 août

Soyez prêts à la rentrée avec IKEA Dijon exceptionnellement ouvert le 15 août

publi-info • Fin août approche. C’est le moment où jamais de vous demander si vous êtes prêts pour la rentrée, qu’il s’agisse d’aménager la chambre du dernier qui rentre au CP ou d’aider la plus grande qui prend un appartement. Alors, pour être certain de ne rien oublier, IKEA Dijon vous ouvre exceptionnellement ses portes le 15 août 2019, de 10 à 19 heures.

Sécheresse : la série noire continue pour les agriculteurs

Sécheresse : la série noire continue pour les agriculteurs

Après l’année noire de 2018, les agriculteurs de Franche-Comté subissent une nouvelle fois les aléas météo. L’année 2019 a été marquée par le froid de mai et la canicule de juin. Un nouveau coup de massue pour les exploitants, qui pourraient ne pas résister à une troisième année consécutive dans ces conditions.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.76
partiellement nuageux
le 21/08 à 0h00
Vent
2.03 m/s
Pression
1028.17 hPa
Humidité
94 %

Sondage