Alerte Témoin

Polyclinique de Franche-Comté : la CFDT se mobilise

Publié le 27/02/2014 - 10:17
Mis à jour le 27/02/2014 - 10:18

La CFDT se mobilise ce jeudi 27 février devant le siège social du groupe Hospitalia-Mutualité à Besançon qui gère deux cliniques (la Polyclinique de Franche-Comté et la Polyclinique de Dole) ainsi qu'une activité d’hospitalisation à domicile sur toute la région. Cette entreprise comprend environ 700 salariés et plus de 100 médecins mais depuis un an, la fréquentation de la polyclinique de Franche-Comté a beaucoup baissé, notamment pour les accouchements. La tension monte entre le syndicat et l'administration…

url.jpg
Photo d'illustration - ©http://es.fotopedia.com/wiki/Cirug%C3%ADa#!/items/cn6fj7v4hbdu9-Q61hdx8FaZI

10% d'accouchements en moins 2013 soit moins de 2.000 sur un an. Un accouchement coûtant près de 3.000 euros, le groupe a perdu environ 600.000 euros en 2013. Pourquoi ? La raison serait en partie expliquée par l'ouverture des nouveaux locaux de la maternité à l'hôpital Jean Minjoz.

"Une situation globale inquiétante, des tensions internes fortes"

La situation budgétaire et sociale de ces établissements esemble très difficile : selon la CFDT, une menace planerait sur la pérennité du service d’hospitalisation à domicile (HAD) maternité et déficit important annoncé par l’employeur à la Polyclinique de Franche-Comté.

A l'assemblée générale d'Hospitalia-Mutualité, le 11 février 2014, la déléguée syndicale centrale CFDT, Françoise Rollet, s’est vue "imposer une opposition catégorique à la prise de parole, par le président". La CFDT dénonce ces comportements "incessants d’entraves et de disqualification, alors que ces employeurs mutualistes de surcroît, annoncent des valeurs d’éthique à longueur de discours".

La CFDT regrette que cet employeur de l’économie sociale et solidaire se positionne dans la gestion des ressources humaines sur des pratiques "très éloignées de son discours".

"Un fonctionnement démocratique à Hospitalia - Mutualité qui questionne"

La CFDT dénonce également un dialogue social, en conseil d’administration, qui se résumerait "à tolérer deux représentants du personnel bien briffés sur le secret des informations, à qui on refuse la voix consultative pourtant prévue dans les statuts et surtout à qui le président impose régulièrement de manière autocratique le silence".

Selon le syndicat, le président refuserait de manière systématique de donner des documents préparatoires aux représentants du personnel : "En séance, aucun document n’est fourni sur table. De plus, les comptes rendus ne sont fournis qu’après avoir été approuvés lors d’une séance plénière. Les remarques et les questions des représentants du personnel ne figurent pas sur les procès verbaux".

Les salariés, leurs élus et la CFDT montent au créneau

Une délégation portera un courrier à l'attention du président et de tous les administrateurs pour faire rendre publique la déclaration liminaire qui a été empêchée lors de l'AG : "Ce sera l'occasion de faire connaître les pressions qui sont exercées sur le personnel et la dégradation des conditions de travail au sein des entreprises d' Hospitalia – Mutualité".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

220 professionnels du CHU formés au « retournement sur le ventre » pour les détresses respiratoires aigües

L’un des éléments importants de la stratégie thérapeutique pour les patients Covid-19 souffrant de détresse respiratoire aiguë est la pratique du décubitus ventral, la technique de "retournement sur le ventre". Ainsi, 220 professionnels volontaires suivent une formation accélérée du "Team décubitus ventral", habituellement réservée au service de réanimation.

Quand un fabricant de literie se met à produire des masques…

Pénurie de masques • Le Groupe Maliterie,  et notamment son usine de Voray-sur-l'Ognon en Haute-Saône, a répondu à l'appel du ministère pour fabriquer entre 500 et 1.000 masques de protection par jour à partir du 15 avril 2020. Les masques seront commercialisés en priorité dans le Doubs et en Haute-Saône.

Coviplasm : un essai clinique avec du plasma de patients guéris

À partir du mardi 7 avril 2020, un test va démarrer en Ile-de-France, dans le Grand-Est et en Bourgogne-Franche-Comté auprès d'environ 200 patients guéris. L'essai clinique consiste à transfuser du plasma sanguin de personnes guéries du Covid-19 vers des "patients en phase aiguë de la maladie". Le Pr Pierre Tiberghien de Besançon (EFS Bourgogne-Franche-Comté) mènera cette étude avec le Pr Karine Lacombe.

Une plateforme régionale pour mettre en lien les fabricants de matériel médical et les hôpitaux

stopcovid19.fr •

L’Agence Régionale de Santé Bourgogne-Franche-Comté et les services de l’État ont lancé  une plate-forme régionale contributive en ligne permettant d’identifier la disponibilité de matériel médical nécessaire à la prise en charge des personnes atteintes du COVID19.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.94
partiellement nuageux
le 09/04 à 18h00
Vent
2.02 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
60 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune