Portrait de Nicolas Chaillet, le nouveau président de la Comue UBFC

Publié le 10/05/2016 - 16:33
Mis à jour le 18/04/2019 - 11:24

Pour faire connaissance avec ce nouveau protagoniste dans le paysage universitaire de Bourgogne Franche-Comté, nous avons rencontré Nicolas Chaillet, le nouveau président de la Comue UBFC dans son bureau rue de l'Observatoire à Besançon. Portrait…

nicolas-chaillet-0002_ufc_ludovicgodard.png
Nicolas Chaillet, le nouveau président de la COMUE UBFC ©UFC/Ludovic Godard
PUBLICITÉ

Carte d’identité

  • Nicolas Chaillet
  • Né le 22 octobre 1967, « comme George Brassens », précise-t-il.
  • À Charenton-le-Pont, dans le Val-de-Marne
  • Profession : enseignant-chercheur à l’Université de Franche-Comté et président de la Comue UBFC depuis le 25 avril 2016.
  • Marié, deux enfants
  • Vit dans une petite commune près de Besançon
  • Suivre l’actualité de l’UBFC sur Twitter 

Nicolas Chaillet est né à Charenton-le-Pont au sein d’une famille qui « bourlingue » souvent de ville en ville de France dans le cadre de la profession de gendarme de son père. « Je ne pourrais plus vous dire dans quelle ville je vivais lorsque j’étais en CE2 », nous confie M. Chaillet, « apriori, on aurait déménagé 12 fois pendant mon enfance », ajoute-t-il. Et malgré ces changements fréquents, Nicolas Chaillet précise qu’il est « franc-comtois des deux côtés » puisque ses deux parents sont nés en Haute-Saône.

Les années passent et il fait ses études supérieures à Strasbourg dans l’ingénierie physicienne.

En 1994, il passe sa thèse en robotique bipède à l’école Telecom Physique de Strasbourg. Et c’est en 1995 qu’il s’installe à Besançon « avec plaisir » où il occupe le poste de maître de conférences après avoir passé les concours. « J’y ai fait ma carrière d’enseignant-chercheur et vous voyez, j’ai tellement bougé quand j’étais petit que je n’ai jamais déménagé depuis », nous précise-t-il.

« Quand je suis arrivé ici, on m’a donné la mission de développer ce qu’on appelle la microrobotique, c’est-à-dire, le mariage heureux entre la robotique et la microtechnique où il s’agit de manipuler de très petits objets », nous raconte Nicolas Chaillet. « Je me suis donc attelé, avec des collègues au sein du laboratoire automatique de Besançon, à créer la microrobotique lorsqu’en France ça n’existait pas et qu’on en était à des balbutiements dans le monde ». Petit à petit, le laboratoire dans lequel travaille le jeune ingénieur devient un centre reconnu. Suite aux évolutions structurelles de regroupement de laboratoires, c’est en 2004 que le laboratoire automatique de Besançon rejoint Femto-ST sous la forme d’un nouveau département. « On a donc pu continuer à se développer sur ces questions de microrobotique », précise M. Chaillet. 

Une anecdote ?

En 1993, à l’âge de 26 ans, Nicolas Chaillet effectue son service militaire, repoussé déjà plusieurs fois. Le hic, c’est qu’il doit en même temps préparer sa thèse en robotique bipède ! « J’ai passé ma thèse trois semaines après avoir rendu mon paquetage, c’était un switch intéressant. J’étais un vieux troufion déjà, et je ne pouvais plus reculer, il fallait que j’y aille. J’ai donc essayé de cumuler la finalisation de ma thèse et le garde à vous. J’ai eu quand même la chance de faire mon service militaire à Strasbourg, ce qui a facilité les choses. » Aujourd’hui, Nicolas Chaillet s’en amuse tandis qu’à l’époque, « ça n’était pas marrant ».

Un nouveau quotidien pour une nouvelle fonction 

« C’est l’explosion » dans son agenda, nous confirme Nicolas Chaillet depuis sa nouvelle prise de fonction de président de la Comue UBFC. En exemple, il explique que « J’ai eu 10 coups de fil ce matin auxquels je n’ai pas pu répondre, alors que j’en aurais l’envie, le besoin, etc., mais c’est normal, c’est comme ça, il y a aussi la connaissance mutuelle avec l’équipe qui est très importante et les rendez-vous qui doivent être planifiés ».

Effrayant ? « Oui, c’est effrayant » nous répond-il, « en même temps, je sors de la direction d’un laboratoire de 800 personnes : il y a certaines choses que je connais quand même, sur ce domaine ». Il ajoute que « C’est plus frustrant qu’effrayant de ne pas pouvoir répondre aux gens, de vouloir faire les choses tout de suite, mais qui doivent être décalées, c’est plutôt ça. (…) Ça démarre fort, mais c’est normal !»

« L’ambition est de porter un projet collectif, et en même temps de se mettre dans une posture de service vis-à-vis de ce projet et vis-à-vis des établissements qui constituent l’UBFC, pour prouver la valeur ajoutée de ce dispositif », nous explique-t-il. 

Portrait chinois

  • Quelle est la première chose que vous faites le matin en vous levant ? « Je prends ma douche ». 
  • Votre ou vos livres de chevet ? « J’aime beaucoup Voyage au bout de la nuit » de Louis Ferdinand Céline, « La bête humaine » d’Émile Zola et j’adore Don Quichotte de Miguel de Cervantes. Mais mes livres de chevet sont plutôt des rapports et autres documents professionnels ». 
  • Votre film préféré ? « Ça dépend dans quel registre : j’adore les Tontons Flingueurs ». 
  • Le film que vous aimez le moins ? « Des navets dont j’ai oublié le nom. »
  • Votre plat préféré ? « J’aime beaucoup le poisson cru, les sashimis. Mais j’aime tout goûter, même quand ça bouge encore dans mon assiette ».
  • Votre boisson préférée ? « Je n’ai pas de préférence, je suis très éclectique ».
  • Votre péché mignon ? « Le chocolat ».
  • Votre couleur préférée ? « Le bleu ».
  • Un peintre préféré ? « Gustave Courbet pour ce qu’il représente, la vraie vie ».
  • Si vous alliez sur une île déserte, quel seul objet prendriez-vous ? « Un roman ». 
  • Si la réincarnation existait, en quoi ou qui voudriez-vous vous réincarner ? « J’aime beaucoup les bovins alors je dirais en vache ». 
  • Quel événement historique vous a le plus marqué ? « La chute du mur de Berlin ». 
  • Quelle est votre principale qualité ? « Travailler en équipe ». 
  • Votre principal défaut ? « Je ne suis pas très rangeur et je n’ai aucun sens de l’orientation ».
  • Pratiquez-vous un sport ? « Je n’ai plus beaucoup le temps, mais j’aime skier, jouer au tennis, faire du vélo ». 
  • Votre pays préféré ? « J’aime beaucoup le Japon ». 
  • Votre animal préféré ? « La vache ». 
  • Votre citation préférée ? « Nous n’héritons pas de la terre de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants. D’Antoine de Saint-Exupéry ».
  • Plutôt tram, bus, voiture ou vélo ? « La voiture et le train ». 
  • Votre lieu préféré à Besançon ? « Les bords du Doubs du côté de la Gare d’eau et la Citadelle où j’y suis allé avec mes enfants 1 milliard de fois ». 
  • En Franche-Comté ? « Un petit village qui s’appelle Verchamp en Haute-Saône ».
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

L’Université Bourgogne Franche-Comté finance 32 projets pédagogiques dans la région

L’Université Bourgogne Franche-Comté finance 32 projets pédagogiques dans la région

L'Université Bourgogne Franche-Comté (UBFC) va allouer près de 300 000 € aux équipes pédagogiques pour contribuer à la réussite des étudiants de 1e cycle de l’enseignement supérieur, à la rentrée 2019. Afin de créer une dynamique de réseau, les acteurs du projet RITM-BFC se réuniront le 27 juin 2019 à Dole (au lycée Nodier).

C’est parti pour le Bac avec la philo : la morale, Montaigne et des profs qui protestent devant les lycées

C’est parti pour le Bac avec la philo : la morale, Montaigne et des profs qui protestent devant les lycées

sujets et corrigés • L'oeuvre d'art, la morale, le travail, les Essais de Montaigne ou un texte de Freud... Les 554.000 candidats des bacs généraux et technologiques ont planché ce lundi 17 juin 2019 sur l'épreuve de philosophie, qui semble se dérouler normalement malgré un appel à la grève de la surveillance. Les 190.000 candidats au bac professionnel passent eux l'épreuve de français.

Un dispositif spécial mis en place par la SNCF pour le baccalauréat 

Un dispositif spécial mis en place par la SNCF pour le baccalauréat 

Du 17 au 24 juin 2019, une série d'examens se déroulera en France. À la demande du Conseil Régional la SNCF TER Bourgogne-Franche-Comté met en place le dispositif d'alerte "SNCF Special Exams". Une vigilance "accrue" sera portée sur la ponctualité de ces trains et en cas de retard une alerte sera envoyée aux académies.

Des élèves d’Ornans présentent à Emmanuel Macron leurs productions sur Courbet

Des élèves d’Ornans présentent à Emmanuel Macron leurs productions sur Courbet

Après son discours et la visite de l'exposition "Yan Pei Ming face à Courbet", Emmanuel Macron a pris le temps de rencontrer une quinzaine d'élèves de l'école primaire Courbet et du collège Pierre Vernier d'Ornans qui ont pu lui présenter leurs travaux réalisés dans le cadre du bicentenaire de la naissance de Courbet.

Une classe du lycée Pergaud, premier prix du concours « Histoires en court »

Une classe du lycée Pergaud, premier prix du concours « Histoires en court »

Les élèves de 1èreES3 du Lycée Louis Pergaud à Besançon ont reçu la première place du concours régional « Histoire(s) en court » ce mercredi 5 juin 2019, pour leur court-métrage sur une figure régionale issue de l’immigration. Ils étaient en compétition avec une vingtaine d'autres établissements de toute la Bourgogne Franche-Comté.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 18.1
couvert
le 20/06 à 9h00
Vent
2.59 m/s
Pression
1015.18 hPa
Humidité
85 %

Sondage