Pourquoi les ministres, y compris Alain Joyandet, volent-ils en jet privé ?

Publié le 20/01/2010 - 08:13
Mis à jour le 20/01/2010 - 08:13

« Le patriotisme économique, oui ! Mais pas pour mon jet privé... », titre un article publié sur le site Médiapart qui fait notamment allusion au déplacement d’Alain Joyandet en Haïti effectué avec une compagnie étrangère et qui aurait coûté 160 000€.

 ©
©
« Depuis plusieurs mois, les exemples se multiplient de membres du gouvernement qui, non contents de snober Air France, jettent leur dévolu sur des compagnies privées étrangères pour effectuer leurs déplacements ministériels en avion, alors qu’il existe une offre importante de sociétés françaises sur ce type de marché. L’affaire fait sérieusement tousser dans le transport aérien hexagonal. Les patrons de sociétés françaises ne décolèrent pas face à ces «mauvaises manières» de l’Etat », écrit Mediapart en citant Michel Dreyfus, propriétaire d’une compagnie aérienne dans la région lyonnaise qui rappelle que « les sociétés étrangères ne sont pas soumises à la stricte réglementation de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC), échappent au régime fiscal national et profitent, pour certaines d’entre elles, d’un droit du travail plus avantageux pour leurs salariés. Résultat : elles sont en mesure de proposer des tarifs beaucoup plus attractifs ».
 
Pour le déplacement à Port-au-Prince du secrétaire d’Etat à la Coopération, Alain Joyandet, le ministère des Affaires étrangères a choisi une compagnie basée à Eindhoven (Pays-Bas), alors que plusieurs compagnies françaises avaient été démarchées, explique Mediapart.
 
« Le sous-ministre est finalement parti jeudi 14 janvier au soir de Paris pour se rendre en Haïti, après avoir fait escale vers 22 heures à Luxeuil à bord d’un Falcon 900 de 14 places. L’engin est immatriculé PH.LCG appartient à la compagnie hollandaise Solid’Air. Le jet a transporté M. Joyandet, trois conseillers, un officier de sécurité et quatre journalistes. Retour dimanche 17.
 
Un voyage comme celui-là coûte dans les 160.000 euros, d’après les estimations fournies à Mediapart par des spécialistes du transport aérien privé.
 
Interrogé pour comprendre la raison de ce choix plutôt qu’un autre, le cabinet de M. Joyandet nous a répondu : «La DGAC était en grève ce jour-là et nous avons fait affaire avec Jet Solutions (une compagnie d’affrètement, NDLR). C’est tout ce que l’on peut vous dire », décrit Mediapart.
 
D’autres exemples avec d’autres ministres (Kouchner, Mitterrand, Estrosi…) illustrant ces dérives sont cités dans l’article de Mediapart qui rappelle aussi au passage que l’ETEC (unité de l’armée qui assure les déplacements présidentiel et gouvernementaux) compte une dizaine d’avions.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Régionales : la France Insoumise demande à Marie-Guite Dufay de lever ses « ambiguïtés » face à Macron

Séverine Véziès et Arnaud Guvenatam, chefs de file de la France insoumise en Bourgogne Franche-Comté pour les prochaines élections régionales demande à l'actuelle présidente de Région, si elle se représentait, d'exclure tout accord avec LREM tout en appelant "l’ensemble des forces de gauche et de l’écologie à un choix choix politique cohérent en rupture avec les politiques macronistes".

Jacob Delafon : la Région « à disposition » pour accompagner tout projet de reprise

Mardi, le groupe français Kramer a retiré mardi l'unique offre de reprise de l'usine Jacob Delafon dans le Jura. Alors que le gouvernement s'efforce de "renouer les liens du dialogue" entre le groupe américain Kohler et français Kramer, la présidente de Région espère encore trouver une issue favorable.

RN 57 Micropolis – Beure : les élus PS et Républicains de Besançon avancent les mêmes arguments… « écolos » !

Pour ! • C'est le débat politique du moment. Pour ou contre la réalisation de la 2 x 2 voies entre Micropolis et Beure ? Si pour les écologistes du Grand Besançon ou le parti Génération.s, des alternatives doivent être abordées, les élus socialistes au sein de la majorité de la maire EELV de Besançon, n'hésitent pas à soutenir le projet d'aménagement tout comme les élus LR de l'opposition.

Marie-Guite Dufay interpelle Emmanuel Macron sur les enjeux agricoles et industriels de Bourgogne Franche-Comté.

Après la visite d'Emmanuel Macron d'une ferme à Étaules au nord de Dijon ce mardi 23 février 2021, la présidente de région Marie Guite Dufay (PS) exhorte le président de la République à "agir enfin" sur les enjeux de la Bourgogne Franche-Comté notamment sur les dossiers de Général Electric et Jacob Delafon.

RN 57 : Jacques Grosperrin demande à Anne Vignot d’avoir « le courage de ne pas abandonner le projet »

Micropolis - Beure • Alors que EELV et Génération.s s'opposent au doublement des voies sur le trait d'union entre le boulevard et Beure, le sénateur du Doubs Jacques Grosperrin (LR) s'empare  à son tour du débat et exhorte la maire EEELV de Besançon à ne pas remette en cause le projet routier.

Macron à la rencontre d'agriculteurs mardi en l'absence de leur salon

Circuits courts • Le président de la République se rendra ce mardi 23 février 2021 dans une exploitation à Étaules, un village situé à une quinzaine de kilomètres au nord de Dijon. Il sera accompagné par Julien Denormandie. Il s'entretiendra  avec des acteurs de la filière agricole pour démontrer "son intérêt" à ce secteur en l'absence du salon de l'agriculture, annulé cette année à cause de la crise du Covid-19, a annoncé lundi l'Elysée.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 3.79
ciel dégagé
le 01/03 à 0h00
Vent
1 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
78 %

Sondage