Présidentielle : Christiane Taubira officiellement candidate

Publié le 15/01/2022 - 11:43
Mis à jour le 07/04/2022 - 17:31

Christiane Taubira avait assuré qu’elle clarifierait sa position à la mi-janvier.  C’est chose faite. L’ancienne garde des sceaux sous François Hollande a donc  officialisé sa candidature depuis Lyon avec l’objectif de « rassembler la gauche ».

L’ancienne garde des Sceaux a officialisé sa candidature à la présidentielle avec comme mission de rassembler une gauche divisée. "L’espoir est là", a-t-elle lancé, avant de critiquer durement l’action d’Emmanuel Macron.

L’ex-garde des Sceaux de François Hollande, connue notamment pour la loi reconnaissant l’esclavage comme un crime contre l’humanité et son combat pour l’ouverture du mariage aux couples homosexuels, met ainsi un terme à l’attente qu’elle avait suscitée chez une partie des électeurs de gauche le 17 décembre, lorsqu’elle a annoncé "envisager" d’être candidate, face à "l’impasse" d’une gauche fragmentée.

Regardez la déclaration de Christiane Taubira depuis Lyon

Une candidature redoutée ?

À moins de trois mois de la présidentielle, peut-elle réussir à faire l’union qui a jusque-là échoué, alors que certains socialistes la regardent encore comme ayant contribué par sa candidature à l’éviction de Lionel Jospin au premier tour de la présidentielle de 2002 ? Elle n’avait alors recueilli que 2,32 % des suffrages. Pour elle, les "convergences" idéologiques à gauche "sont suffisantes pour nous permettre de gouverner ensemble cinq ans". Mais son entrée dans l’arène il y a un mois n’a pas suscité pour l’instant de percée dans les intentions de vote, malgré la ferveur populaire dont elle bénéficie sur le terrain.

Et sa candidature "ajoute de la confusion à la division", selon ses détracteurs, alors que cinq autres candidats sont déjà en lice, sans réussir à s’imposer : l’Insoumis Jean-Luc Mélenchon, l’écologiste Yannick Jadot, la socialiste Anne Hidalgo, le communiste Fabien Roussel et le chantre de la "Remontada" de la France Arnaud Montebourg, proche de l’abandon. Christiane Taubira a promis de se soumettre à l’initiative citoyenne de la primaire populaire, une "investiture" par des électeurs de gauche – déjà 120 000 inscrits pour voter –, quel que soit le résultat.

Même si ses soutiens font mine de croire que rien n’est gagné, elle part favorite de cette consultation, d’autant que les autres candidats de gauche dont les noms seront aussi proposés à ce scrutin ont tous refusé de s’y soumettre.

Des "réalisateurs connus" à ses côtés

Même Anne Hidalgo, en grande difficulté dans les sondages, qui plaidait pour une primaire à gauche, a finalement renoncé, constatant le refus de ses concurrents, et notamment de Yannick Jadot, d’accepter cette démarche.

L’ex-frondeur PS Christian Paul, qui fait campagne à ses côtés, fait, lui, "le pari" qu’au mois de février, "si le potentiel d’enthousiasme se traduit en intention de vote" dans les sondages, "plusieurs candidats tireront les conséquences du résultat de la primaire".

Déjà confortée par le soutien des plus de 80 comités qui portent son nom et créés bien avant qu’elle ne se lance dans la bataille, Christiane Taubira voit arriver "tous les jours des personnes qui se manifestent pour participer", dont "des réalisateurs connus", explique une proche. Elle n’a "pas d’inquiétude" non plus sur les parrainages, assure son entourage. "Un certain nombre d’élus de gauche, au-delà du PRG, soutiennent sa démarche", dit-on.

La candidate guyanaise a déjà réussi à convaincre la présidente PS de la région Bourgogne-Franche-Comté, Marie-Guite Dufay.

Et le maire PS de Marseille, Benoît Payan, a annoncé qu’il soutiendrait le vainqueur de la primaire populaire. Mais "il n’y a pas de duel" ni de "compte à régler" avec la candidate socialiste Anne Hidalgo, assurent les proches de Mme Taubira. Christiane Taubira, invitée du 20 heures de France 2, présentera plus tard son programme, qui contiendra "des surprises et des idées neuves", mais "sans être un catalogue La Redoute ou Ikea de 1 000 propositions".

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Présidentielle 2022

Présidentielle 2022 : les chiffres de la participation à 17h en Bourgogne Franche-Comté

A 17h00, la participation est de 63,52 % en Bourgogne Franche-Comté et de 63,23 % au niveau national. Dans la région la participation en fin de journée est en recul de plus de trois points points par rapport au 2e tour du 7 mai 2017. Le détail des chiffres par département. Les bureaux de vote sont ouverts jusqu’à 19h00.

Politique

Le Sénat adopte un plan de lutte contre le frelon asiatique qui met fin à 20 ans d’inaction publique 

Le Sénat a adopté à l'unanimité, le 11 avril 2024, un plan de lutte contre le frelon asiatique qui met fin au désengagement de l’État en la matière et qui met à mal la filière apicole et les pollinisateurs sauvages. ”Une victoire importante et une avancée majeure, vingt ans après la détection de cette espèce sur le territoire national”, pour Jean-François Longeot, sénateur du Doubs. 

Haut Conseil des finances publiques : le gouvernement n’a “pas les moyens” de réaliser des baisses d’impôts sèches

Pierre Moscovici, président du Haut Conseil des finances publiques (HCFP), a estimé mercredi 17 avril 2024 que le gouvernement "n'avait pas les moyens" au vu de l'état de ses finances publiques, de faire des "baisses d'impôts sèches", contrairement aux promesses de l'exécutif.

Élections européennes du 9 juin 2024 : modalités pour s’inscrire et voter

Le 9 juin 2024, les Français en âge de voter et les ressortissants d’un État-membre de l’Union européenne résidant en France seront appelés à voter pour l’élection des représentants de la France au Parlement européen. Comment s'inscrire sur les listes électorales et voter ?

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

+ Plainte du MRAP • Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

”Violeurs étrangers dehors” : les élus du RN brandissent des pancartes en conseil régional de Bourgogne Franche-Comté

En soutien au collectif Némésis dont l’une des militantes avait brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors” lors du Carnaval de Besançon le 7 avril, chacun des élus du Rassemblement national ont, à leur tour, affiché cette même pancarte lors de l’assemblée plénière au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté ce jeudi 11 avril.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.51
légère pluie
le 18/04 à 15h00
Vent
2.79 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
76 %