Présidentielle : Christiane Taubira renonce

Publié le 02/03/2022 - 13:20
Mis à jour le 07/04/2022 - 17:30

L’ancienne garde des Sceaux ne participera pas à l’élection présidentielle. Dans une allocution, mercredi 2 mars, l’ex-garde des Sceaux a annoncé ne pas avoir réussi à rassembler les parrainages nécessaires. Elle en a profité pour dénoncer les partis, qui « n’ont plus que leur capacité de nuisance« .

 ©
©

"Il est évident que nous ne réussirons pas à avoir les parrainages", a déclaré l'ex-ministre de 70 ans, qui avait annoncé sa candidature le 15 janvier et était arrivée en tête de l'initiative citoyenne de la primaire populaire 15 jours plus tard, bien décidée à tenter de faire l'union à gauche, mais sans y parvenir.

Tombée autour de 2 % d'intentions de vote dans les sondages, elle n'avait recueilli mardi que 181 signatures d'élus, à trois jours de la date limite des dépôts des parrainages.

Le système des parrainages "vit ses dernières heures"

Christiane Taubira a indiqué qu'elle exprimerait dans les prochaines semaines son vote du premier tour, et a assuré : "Nous allons poursuivre le combat, nous allons continuer à nous battre." "Nous ne sommes pas dans un régime de séparation de pouvoirs", a-t-elle estimé, regrettant que sa candidature ancrée dans une initiative citoyenne ait été empêchée par un "dispositif administratif", celui des parrainages, qui "vit ses dernières heures".

Christiane Taubira a fustigé les partis "qui n'en finissent pas d'agoniser", "boudés par leurs militants", "délaissés par leur électorat" et qui "n'ont plus que leur capacité de nuisance". Lors de son dernier meeting, dimanche dernier à Rennes, l'ex-candidate à la présidentielle de 2002 avait reconnu "un petit problème de parrainages" et lundi son équipe de campagne avait annoncé que son agenda serait entièrement consacré cette semaine "à la collecte des parrainages".

Le PS accusé d'avoir "fait pression"

Une tentative qui a échoué, malgré les efforts du collectif de citoyens Taubira pour 2022, ses principaux soutiens, qui ont multiplié les actions pour convaincre des élus. Son entourage accuse notamment Anne Hidalgo et le Parti socialiste d'avoir "fait pression" pour l'empêcher d'obtenir ses signatures, ce qu'a démenti le PS.

Les proches de l'ex-garde des Sceaux de François Hollande mettent aussi en cause le Parti radical de gauche (PRG), qui s'est retiré de la campagne le 14 février, évaporant son réseau de 170 promesses de signatures et son soutien financier.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Présidentielle 2022

Présidentielle 2022 : les chiffres de la participation à 17h en Bourgogne Franche-Comté

A 17h00, la participation est de 63,52 % en Bourgogne Franche-Comté et de 63,23 % au niveau national. Dans la région la participation en fin de journée est en recul de plus de trois points points par rapport au 2e tour du 7 mai 2017. Le détail des chiffres par département. Les bureaux de vote sont ouverts jusqu’à 19h00.

Politique

Huit ans après la fusion, le Mouvement Franche-Comté lance une nouvelle pétition pour séparer la Bourgogne de la Franche-Comté

Le Mouvement Franche-Comté, présidé par Jean-Philippe Allenbach, a lancé ce dimanche 15 janvier, une nouvelle pétition pour la séparation de la Bourgogne et de la Franche-Comté, soit huit ans, quasi jour pour jour, après la fusion des régions.

Menaces sur le développement ferroviaire du centre Franche-Comté : des élus alertent l’État et la Région

DOSSIER • Plusieurs élus du pôle métropolitain Centre Franche-Comté et de six agglomérations de Franche-Comté ont signé une déclaration commune publiée le 4 janvier 2023 pour le développement ferroviaire dans la région. Objectif : alerter sur les menaces qui pèsent aujourd’hui sur plusieurs lignes de train sur le territoire.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 1.29
couvert
le 31/01 à 0h00
Vent
0.32 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
95 %