Présidentielle: Retailleau (LR) pose de nouveaux jalons

Publié le 06/11/2020 - 14:45
Mis à jour le 06/11/2020 - 12:26

Le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau, potentiel candidat de droite pour 2022, a posé de nouveaux jalons vers la présidentielle dans une lettre à ses sympathisants où il promet de « remettre la France en ordre ».

Bruno Retailleau © Jean Baptiste DOAT CC3
Bruno Retailleau © Jean Baptiste DOAT CC3

"Jamais je n'ai confondu mes désirs personnels avec le destin collectif. Jamais je ne me suis rêvé en président de la République. Voilà ma force", affirme M. Retailleau dans cette lettre publiée vendredi sur le site de son mouvement Force républicaine.

"Si je veux défendre mes idées dans un moment où la France est frappée par de multiples crises, ce n'est ni pour déplorer ni pour témoigner", ajoute-t-il.

M. Retailleau, qui caresse l'idée d'une candidature même s'il ne s'est pas encore clairement déclaré, s'en prend durement au chef de l'Etat en s'inquiétant des "réveils dangereux auxquels nous ont condamnés les rêveries jupitériennes" et de "ce défilé ininterrompu des colères françaises depuis l'élection d'Emmanuel Macron".

"Le désordre est partout", que ce soit "dans nos rues ensauvagées, nos quartiers islamisés" ou "dans l'Etat", ajoute-t-il. Mais ce proche de François Fillon critique aussi la droite, qui "n'a pas toujours été à la hauteur" et "a trop souvent désespéré les lecteurs". "J'ai vu ma famille politique renoncer comme je la vois parfois hésiter à assumer ses convictions, au risque de jeter dans les bras des démagogues un électorat désabusé", affirme-t-il.

"Si, pour ma part, je n'ai jamais quitté mon parti, j'en connais aussi ses limites comme j'en subis aujourd'hui ses faiblesses", souligne M. Retailleau, alors que sont aussi évoqués pour représenter la droite en 2022 les ex-LR Valérie Pécresse et Xavier Bertrand, en qui beaucoup chez LR placent leurs espoirs depuis le retrait de François Baroin.

Retailleau avait vivement agacé en interne lorsqu'il avait critiqué en octobre la "droite d'en haut" qu'incarnerait selon lui une direction décidant seule dans son coin du candidat pour 2022. "On n'est jamais fort quand on étouffe le débat", avertit-il.

Reconnaissant parfois s'être "senti plus proche d'un Jean-Pierre Chevènement sur la souveraineté ou d'une Zineb El Razoui sur la laïcité", il dit vouloir "rassembler les bonnes volontés, pourvu qu'elles soient patriotes et républicaines". "Nous pouvons remettre la France en ordre", estime M. Retailleau, qui plaide pour soumettre au référendum "les grandes réformes sur l'Etat, l'immigration ou les retraites".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Les Républicains : l’exclusion d’Eric Ciotti, invalidée par le tribunal judiciaire de Paris

La justice a suspendu l’exclusion d’Eric Ciotti, président de LR, a-t-on appris vendredi 14 juin. Pour rappel, le bureau politique de son parti s’était réuni le 12 juin pour l’évincer après ses déclarations sur son alliance avec l’extrême droite dans le cadre des élections législatives.

Législatives 2024 : cette fois, le Mouvement Franche-Comté appelle à ne pas voter pour LFI

Après avoir appelé les Francs-Comtois à ne pas voter aux prochaines législatives pour l’extrême droite, le RN, parti ”national-centraliste” en ce qu’il souhaite détruire l’Europe et supprimer les régions, le Mouvement Franche-Comté leur demande, ce vendredi 14 juin, ne pas voter pour les candidats de La France insoumise, parti co-fondateur du Nouveau Front populaire.

Législatives 2024 : à Besançon comme en France, les lieux de musiques actuelles appellent à faire barrage à l’extrême droite

Dans un communiqué de la Fédération des lieux de musiques actuelles (Fedelima) diffusé vendredi 14 juin 2024, le monde des arts et de la culture appellent à se mobiliser aux élections législatives pour ”faire barrage à l’extrême droite”. Un texte relayé notamment par La Rodia et Le Bastion à Besançon.

Accord signé au Nouveau Front populaire : Dominique Voynet, candidate dans le Doubs

Les Écologistes, le Parti socialiste, la France insoumise et le Parti communiste ont trouvé et signé jeudi 13 juin au soir un accord pour la création d'un "Nouveau Front populaire", après l'annonce de la dissolution de l'Assemblée nationale le 9 juin dernier. Dominique Voynet (EELV), ancienne ministre et secrétaire régionale d'Europe Écologie-Les Verts en Bourgogne-Franche-Comté est candidate dans la deuxième circonscription du Doubs, supplée par Anthony Poulin, adjoint à la maire de Besançon.

Législatives 2024 : Éric Alauzet se retire et laisse la place à Benoît Vuillemin

Selon un communiqué du 13 juin 2024, le député de la deuxième circonscription du Doubs du parti Renaissance, Éric Alauzet, a décidé de se retirer de la campagne pour l’élection législatives anticipée des 30 juin et 7 juillet. Il confirme la candidature de Benoît Vuillemin, maire de Saône et vice-président de Grand Besançon Métropole.

Législatives 2024 : un collectif mobilisé contre l’extrême droite à Besançon

À l'initiative de la Ligue des droits de l'Homme, une cinquantaine d'associations, d'ONG et d'organisations syndicales se sont réunies lundi 11 juin 2024 et ont décidé de former un collectif suite aux résultats des élections européennes. Pour rappel, une mobilisation contre l’extrême droite est prévue samedi 15 juin 2024 à 15h00 place de la Révolution à Besançon.

Législatives 2024 : comment voter par procuration ?

Le 9 juin 2024, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblée Nationale, appelant ainsi les Français à retourner aux urnes les 30 juin et 7 prochains. En vue de ces élections législatives, et en ce début de saison estivale, le ministère de l’Intérieur et des Outre-mer renouvelle le dispositif de procuration dématérialisée, mis en place pour la première fois pour les élections Européennes 2024. Précisions.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 19.2
nuageux
le 15/06 à 18h00
Vent
2.96 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
57 %