Pose de prothèse de genou en ambulatoire : la clinique Saint Vincent précurseur en Franche-Comté

Publié le 12/02/2019 - 15:11
Mis à jour le 17/04/2019 - 11:09

Vidéo • La clinique Saint Vincent de Besançon est le seul établissement de Franche-Comté à proposer depuis 2017  la pose d’une prothèse de genou chirurgie ambulatoire avec un retour à domicile le jour même de l’opération. Auparavant, cette intervention nécessitait près de 10 jours d’hospitalisation. Comment est-ce possible ? Rencontre avec Valérie Fakhoury, la directrice de la clinique Saint Vincent et avec les chirurgiens orthopédiques d’un patient juste avant son opération.

À 70 ans, Louis souffre depuis 15 ans d'un dysfonctionnement de son genou. Lorsqu'on lui a proposé de se faire opérer en chirurgie ambulatoire, il n'a pas hésité : "On a beau être bien soigné à l'hôpital, on est quand même mieux chez soi même après une opération. On m'a tout expliqué, je ne suis pas stressé", explique Louis précisant qu'il a eu  une consultation avec une infirmière quelques semaines auparavant pour faire un point sur son parcours, son opération et sa future sortie de la clinique.

Afin que le retour chez lui puisse être possible, Louis doit avoir quelqu'un à ses côté après l'opération (sans qualification particulière en médecine) : "Si j'étais seul chez moi, j'aurai demandé à rester quelques jours en maison de rééducation", souligne-t-il en se disant rassurer de vivre à proximité d'un kinésithérapeute et d'une infirmière.

"Un patient plus vite autonome"

Tout juste sorti d'intervention le chirurgien orthopédique Lionel Doury confirme qu'il n'y a pas de danger à laisser sortir un patient le jour même et bien au contraire ! : "Il n'y a que des avantages à ce que le patient rentre chez lui plus rapidement. Il y aura moins de risques d'infections, car il part plus vite, il marchera davantage chez lui et sera donc plus vite autonome et sur le plan psychologique, cela lui enlèvera du stress supplémentaire", explique le chirurgien qui aimerait arriver à 75% d'opérations en chirurgie ambulatoire.

Remarque : Concernant les cas plus complexes, une prise hospitalisation est toujours possible (sur un ou deux jours).

À cette nouvelle approche de la chirurgie, s'ajoute désormais une plus faible utilisation de la morphine : "On tend à s'en passer et on réutilise d'autres médicaments. Cette nouvelle prise en charge en amont permet aussi de donner moins de calmants chimiques", indique l'anesthésiste Anne-Sophie Balon.

Une application pour suivre le patient "plus longtemps"

Après l'opération, le patient n'est bien sûr pas livré à lui même lorsqu'il rentre chez lui. Il est suivi grâce à l'application -"e-Fitback"- qui s'installe son téléphone personnel. Il doit ainsi répondre le lendemain de sa sortie à un questionnaire dressé par l'équipe médicale : "c'est une obligation de suivi. Avant, on passait uniquement un coup de téléphone au patient le lendemain de son retour à domicile. Avec cette application, on peut suivre le patient plus longtemps, jusqu'à un mois après son opération", souligne Isabelle Defontenay,  responsable santé des unités en chirurgie ambulatoire.

"Si les réponses que le patient donne atteignent un seuil d'alerte, nous rappellerons le patient ou nous lui demanderons de venir si nous jugeons que c'est nécessaire pour son suivi. Le patient n'est pas abandonné», explique Valérie Fakhoury, directrice de la Clinique Saint-Vincent.

La clinique Saint-Vincent poursuit le développement de l'application pour permettre aux patients de l'installer en amont de l'opération afin de scanner leurs papiers, demander un kinésithérapeute en particulier…

Info +

Quelques chiffres concernant la clinique Saint Vincent :

  • Plus de 80 opérations de pose de prothèse du genou (sur 600) en ambulatoire sur l'année 2018
  • 250 lits et places
  • 17 salles d'intervention
  • 430 salariés, 80 médecins libéraux, 20 kinésithérapeutes libéraux
  • 38 800 séjours/séances/soin externes dont plus de 24 000 interventions (en 2018) 63,8 % des prises en charge réalisées en ambulatoire (en 2018).
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Opération “portes closes” : de nombreuses pharmacies fermées et une manifestation le 30 mai à Besançon

Un préavis de grève a été déposé par la Fédération syndicale des pharmacies de France (FSPF) et l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) jeudi 30 mai 2024, invitant les officines à participer une opération "portes closes". À Besançon, une manifestation est prévue place de la Révolution.

Une nouvelle communauté professionnelle territoriale de santé pour le Nord-Franche-Comté

Les professionnels du territoire, la direction territoriale de l’agence régionale de santé (ARS), la caisse primaire d’Assurance maladie du Doubs et la Mutualité sociale agricole de Franche-Comté ont signé officiellement ce mardi 28 mai 2024 le projet de la communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) Avenir Santé. Le Nord-Franche-Comté est "désormais intégralement couvert par ces nouveaux modèles d’organisation des soins" précise l’ARS dans son communiqué.

“Le Tube à Essais” : qu’y a-t-il derrière ce nouveau projet du Hacking Health Besançon ?

En septembre 2024, Hacking Health Besançon lancera sa société coopérative d’intérêt collectif (SCIC), baptisée "Le Tube à Essais". C’est dans le bâtiment Bioinnovation de Temis Santé que ce projet prendra vie, déjà soutenu par de nombreux partenaires, du domaine public comme la Région Bourgogne – Franche-Comté ou du privé.

Journée internationale d’action pour la santé des femmes : quels services existent-ils au CHU de Besançon ?

Cinq mois avant l’ouverture de son hôpital de jour santé de la femme, le CHU de Besançon veut démontrer à nouveau son engagement en la matière. Célébrée depuis 1987, la journée internationale d'action pour la santé des femmes le 28 mai 2024 donne l’occasion d’un tour d’horizon des outils et dispositifs qui existent pour les accompagner, quel que soit leur parcours de vie, à Besançon.

Les laits végétaux passés au crible par Valentine Caput, diététicienne bisontine

L'OEIL DE LA DIÈT' • Ils ont le vent en poupe depuis quelque temps, d'abord cantonnés dans les rayons des magasins bios, les voilà qui inondent ceux de nos supermarchés ! Jus d'amandes, de châtaignes, de riz, d'avoine, de coco, seul le lait de soja a eu le droit de maintenir son appellation "lait", quant aux autres ils ont été relégués à leur juste place : des jus. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, nous aide à les décrypter.

Le CHU de Besançon inaugure un nouveau dispositif aux urgences pédiatriques

Le mardi 14 mai 2024, le CHU de Besançon a inauguré un nouveau dispositif permettant d’animer sa salle d’attente des urgences pédiatriques. Fruit de sa collaboration avec le festival D’autres Formes, le CHU a dévoilé l’oeuvre baptisée Asclépios qui dénote quelque peu avec les traditionnels murs blancs de l’hôpital mais surtout qui s’anime sous les yeux des petits patients dès qu’on la survole avec un téléphone portable. 

Déserts médicaux : des mesures “fragmentaires” et pas assez ciblées, selon la Cour des comptes

Les politiques menées pour réduire les inégalités d'accès aux soins en France sont trop "fragmentaires", "insuffisamment ciblées" et pas "évaluables", déplore ce mois de mai 2024 la Cour des  comptes dans un rapport, proposant plusieurs mesures dont une régulation plus stricte de l'installation des médecins.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

La Convergence des services publics lance une pétition contre les inégalités de santé

La Convergence nationale des services publics lance la pétition ''En finir avec tous les restes à charge'' face aux récentes réformes de la sécurité sociale. Une proposition soutenue et relayée par la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et le Comité de vigilance 70.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.67
légère pluie
le 30/05 à 9h00
Vent
4.08 m/s
Pression
1010 hPa
Humidité
99 %