Quand les mathématiques s’exposent dans un musée…

Publié le 20/05/2014 - 14:30
Mis à jour le 20/05/2014 - 14:32

Depuis le mois d’octobre, de drôles d’objets sont alignés sur un pan de mur de la salle du cabinet de curiosités du musée du Temps à Besançon. En fils de soie et laiton ou en plâtre, ceux-ci sont, à l’origine, des équations mathématiques en relief et sont présentés au public dans le cadre d’un partenariat entre l’Université de Franche-Comté et la Ville de Besançon.

PUBLICITÉ
A les regarder de plus près, on comprend aisément pourquoi le photographe américain Man Ray, artiste dada puis surréaliste, en a photographiés en 1936 en se jouant des effets de lumière. Actuellement exposés au musée du Temps à Besançon, ces drôles d’objets aux formes rondes ou anguleuses qui accrochent la lumière semblent tout droit sortis de la main d’un sculpteur. Pourtant, à l’origine, rien à voir avec de l’art. C’est de mathématiques dont il s’agit.
 

Des formules mathématiques en 3D

« Ces objets ont été édités entre 1877 et 1886« , précise Jacques Bahi, président de l’Université de Franche-Comté, à propos de ces pièces qui sont en fait la restitution en trois dimensions de formules mathématiques, résultats de recherches faites par des étudiants de l’époque pour leurs thèses de doctorat. 
 
A Besançon, la collection d’une quarantaine de pièces en fils de soie, tendus sur un cadre de laiton, ou en plâtre fut constituée à la fin du XIXe siècle pour illustrer l’enseignement théorique dispensé par les titulaires des deux chaires de mathématiques. En ce début du XXIe siècle, elles sommeillaient sur les étagères du Laboratoire de mathématiques, paraissant oubliées de tous. Jusqu’à ce que l’Université de Franche-Comté décide de faire des copies de certains de ces « modèles mathématiques » afin de les donner à ses hôtes de marque et sollicite à cette fin la Ville qui dispose d’un atelier de moulages.
 

Partenariat Ville et Université

Si les copies ont été réalisées, le partenariat entre la Ville de Besançon et l’Université de Franche-Comté est allé au-delà. Les pièces de la collection font l’objet d’une petite exposition au musée du Temps depuis le 30 octobre 2013 et jusqu’au 21 septembre 2014, tandis qu’un ouvrage-catalogue vient d’être publié. Outre des photos de chacune par Marc Le Mené et des textes du philosophe et écrivain Georges Sebbag et de Laurent Devèze, directeur de l’Institut supérieur des Beaux-Arts de Besançon Franche-Comté, on y trouve une étude très poussée de Stefan Neuwirth, maître de conférence au Laboratoire de mathématiques de Besançon. 
 

Une équation mathématique redécouverte

« Les mathématiciens ont détourné le regard de ces objets, il a fallu le regard des artistes, des historiens de l’art pour s’y réintéresser. Il fallait leur redonner le sens qu’ils avaient au moment où ils ont été créés et qu’ils avaient perdu car ils n’intéressaient plus personne », rappelle ce chercheur qui a réalisé un véritable travail de fourmi. Il s’est penché sur ces « modèles mathématiques », traquant les collections existantes dans d’autres universités dans le monde entier, afin d’identifier scientifiquement chaque pièce en recherchant son équation mathématique. Et, dans cette quête, il a même retrouvé une équation qui avait été perdue. 
 
Cependant, Stefan Neuwirth reste quelque peu sur sa faim à propos de la manière dont ces objets ont servi dans l’enseignement des sciences au XIXe siècle. « Toutes les recherches en archives n’ont rien donné à ce sujet et il n’y a pas de témoignages sur la façon dont ils ont été utilisés dans un discours pédagogique. Ca n’a peut-être pas servi tant que ça« , s’interroge-t-il. 
 
  • Le livre-catalogue « Objets mathématiques », musée du Temps et Université de Franche-Comté, éditions SilvanaEditoriale, mars 2014, 96 pages, est en vente au prix de 15 euros à la boutique du musée du Temps à Besançon (96 Grande-Rue). 
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Un quatrième « Portrait de Juliette », la sœur préférée de Gustave Courbet, dévoilé au musée Courbet avec le lancement d’une souscription 

L'association "les nouveaux mécènes de Courbet" lance ce 14 février 2019  une souscription pour l'achat d'un tableau petit format représentant Juliette, la sœur préférée de Gustave Courbet. L'objectif est de réunir les fonds nécessaires à cette acquisition qui s'élève à 250.000 €.

Le ministre de la Culture reçoit Jean-Louis Fousseret

Le maire a rencontré jeudi 14 février 2019 dans la matinée Franck Riester à Paris pour aborder les dossiers culturels de Besançon. Jean-Louis Fousseret a appris que la future exposition "Une des provinces du Rococo, la Chine rêvée" de François Boucher (Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon - 8 novembre 2019 au 27 février 2020)  a reçu le label "exposition d’intérêt national".

Le 25e festival des cinémas d’Asie de Vesoul sacre « Jinpa » du tibétain Pema Tseden

La 25e édition du Festival international des cinémas d'Asie (FICA) de Vesoul (est) a décerné mardi soir son Cyclo d'Or au film "Jinpa" du réalisateur tibétain Pema Tseden, ont annoncé les organisateurs. Cette 25e édition s'est déroulée du 5 au 12 février 2019 et a réuni 32.700 spectateurs. Rendez-vous l'année prochaine pour le 26ème FICA de Vesoul qui se déroulera du 11 au 18 février 2020.

Bicentenaire de Courbet : l’enfant du pays au cœur d’un programme riche dans le Doubs dès le 15 février 2019 !

Publi-info • Artiste majeur du XIXe siècle, présent aujourd’hui dans les plus grands musées du monde, Gustave Courbet n’a cessé de peindre son pays natal et les siens. Le Doubs rend hommage en 2019 à cet enfant du pays pour fêter son deux-centième anniversaire avec des expositions, un colloque international, un concert et des rencontres et découvertes sur les traces de l'artiste à partir du 15 février 2019…

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.73
ciel dégagé
le 19/02 à 3h00
Vent
4.41 m/s
Pression
997.9 hPa
Humidité
79 %

Sondage