Réforme du lycée : plusieurs organisations syndicales boycottent le Comité Technique Académique

Publié le 03/12/2018 - 10:15
Mis à jour le 03/12/2018 - 10:15

Les organisations syndicales FSU, SGEN-CFDT, FO ont décidé de boycotter le Comité Technique Académique (CTA) de ce 3 décembre 2018 consacré à la carte des spécialités et des options dans le cadre de la réforme du lycée. Voici leurs raisons…  

Les raisons du boycott données par les organisations syndicales :

  • "La mise en place de la réforme se fait au détriment de l'intérêt des élèves : de nombreux enseignements de spécialité, cœur de la formation dès la classe de première, ne seront pas proposés partout, contraignant les élèves soit à renoncer à leurs projets, soit à changer d'établissement - s'il y a des places vacantes ailleurs ! Cela posera de graves problèmes au niveau de l'orientation post-bac. Par exemple, un lycéen de Champagnole ne pourra pas étudier la médecine, car son lycée ne proposera pas les SVT ; le dernier lycée du bâtiment de l'académie, à Mouchard, perd sa filière architecture et construction ! Le rectorat évite de dévoiler l'ampleur des suppressions dans la voie technologique et a seulement annoncé qu'il travaillerait sur une base de divisions de STMG et STI à 35 élèves, ce qui constituerait une dégradation inadmissible pour les enseignants comme pour les élèves, dont beaucoup sont en difficultés. La disparition quasi totale de certaines options (EPS, latin, grec) est également programmée.
  • Une telle politique renforcera encore les inégalités sociales qui menacent le pacte républicain, accentuant le clivage entre les petits établissements ruraux à l'offre d'enseignement appauvrie et les grands établissements urbains, exacerbant la concurrence entre lycées.
  • D'ores et déjà, la communauté éducative se mobilise dans les établissements les plus frappés (Champagnole, Salins, Gray…). Il est à craindre que la publication des moyens (non) accordés à notre académie n'achève de mettre le feu aux poudres en janvier".

(Communiqué des organisations syndicales)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Education

Confinement et rentrée scolaire : « Nous sommes dans le flou total »

Dans un communiqué de ce jeudi 29 octobre, le syndicat Snuipp-FSU du Doubs réagit suite à l'annonce d'un nouveau confinement à partir de ce soir minuit tout en gardant les établissements scolaires ouverts. Même s'il est nécessaire que les élèves se rendent en classe, le syndicat demande à ce que "le maintien de l’ouverture des écoles soit accompagné d’un protocole réellement adapté à la situation sanitaire actuelle et des moyens nécessaires à sa mise en oeuvre".

La Présidente de Région « pour » l’ouverture des écoles mais inquiète pour l’avenir des entreprises…

Marie-Guite Dufay, la présidente de la région Bourgogne Franche-Comté a souhaité réagir  face aux mesures prises par le gouvernement ce mercredi 29 octobre 2020. Si elle salue la décision de maintenir ouvertes les écoles, elle s'inquiète toutefois de l'avenir des TPE...

Prévention des violences et sensibilisation des enfants sur les temps périscolaires et extra-scolaires : appel à projets

Dans le cadre du plan de lutte contre les violences faites aux enfants, lancé en novembre 2019 par Adrien Taquet, secrétaire d’État chargé de l’Enfance et des Familles, les ministères des Solidarités et de la Santé et de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports lancent un appel à projet portant sur la prévention des violences et la sensibilisation des enfants sur les temps périscolaires et extra-scolaires. La date limite d’envoi des projets est fixée au 15 janvier 2021.

Hommage à Samuel Paty au lycée Pergaud de Besancon : « Assassiner un professeur touche le coeur même de notre république, notre démocratie, notre laïcité… »

Enseignants, personnels, élèves, parents. Plus de 250 personnes de l'ensemble de la communauté éducative se sont réunies ce mercredi 21 octobre 2020 dans la cour du lycée Pergaud à Besançon pour rendre hommage au professeur d'histoire-géographie tué vendredi dernier près de son collège à Conflans-Sainte-Honorine.

Enseignant décapité à Conflans : « Nous avons décidé qu’il fallait faire système autour de l’école » (A. Vignot)

Anne Vignot, la maire de Besançon, accompagné de Abdel Ghezali, 1er adjoint, ont souhaité faire part de leur tristesse ce 19 octobre 2020 suite à l'assassinat de Samuel Paty, enseignant à Conflans. Ils ont notamment évoqué plusieurs dispositifs sur lesquels ils travaillent comme des "assises de l'histoire des religions"...

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.27
couvert
le 30/10 à 0h00
Vent
1.99 m/s
Pression
1026 hPa
Humidité
96 %

Sondage