Rentrée sous tension à l'université de Bourgogne : 200 personnes dans les rues de Dijon

Publié le 07/10/2016 - 08:20
Mis à jour le 07/10/2016 - 08:54

Environ 200 personnes, selon la police, ont manifesté jeudi à Dijon contre les orientations budgétaires du président de l'Université de Bourgogne, Alain Bonnin, qui a récemment porté plainte après la perturbation du dernier conseil d'administration.

 ©
©

Rassemblés en début d'après-midi ce jeudi 7 octobre 2016 devant la salle où se tenait la cérémonie solennelle de rentrée de l'université, les manifestants protestaient contre le projet de suppression de 30.000 heures de cours.

L'université de Bourgogne accueille depuis la rentrée 600 étudiants supplémentaires, "ce qui représente 3,8 millions d'euros", tandis que "des efforts sont faits depuis de nombreuses années", a déclaré le directeur de cabinet du président, Sylvain Comparot. "Le président Alain Bonnin présente pour la première fois un budget en déséquilibre à -2,5 millions d'euros", a ajouté M. Comparot, ajoutant que cette situation devait entraîner des "mesures difficiles" concernant "tous les services".

"Des choix budgétaires difficiles"

Le 29 septembre, le conseil d'administration avait été interrompu après l'intrusion de manifestants. Dans un communiqué, le président de l'université avait relaté avoir, "malgré leur violence verbale comme physique inqualifiables, engagé un dialogue avec eux pendant près de trois heures". Il avait admis "des choix budgétaires difficiles". "Situation que l'on partage avec nombre d'universités en France, dont les dotations sont notoirement insuffisantes", avait-il poursuivi.

M. Bonnin avait alors annoncé un "dépôt de plainte pour les violences subies, notamment auprès d'agents de l'université, et pour les dégradations matérielles constatées". Le syndicat étudiant UNI (droite) avait condamné les "violences inacceptables envers le président et les bâtiments de l'université", tout en fustigeant le "manque de courage et d'ambition" dans la gestion de M. Bonnin. Selon le syndicat, "aujourd'hui toutes les formations sont menacées par le manque de moyens".

Pour résorber le déficit, l'UNI avait appelé à "laisser la possibilité aux entreprises et aux particuliers de financer les universités" et à "aller plus loin" dans le débat sur la sélection. L'Unef n'a pas pu être joint dans l'immédiat. Le prochain conseil d'administration de l'université est prévu le 19 octobre 2016.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Education

Parcoursup’ : il est encore temps de passer à la vitesse supérieure avec l’Institution Notre-Dame Saint-Jean

Salles innovantes, outils numériques, posture de l’étudiant, l’Institution Notre-Dame Saint-Jean vous propose son projet. Acteur incontournable de l’Enseignement Supérieur à Besançon, l’Institution accueille 450 étudiants dans des formations de BAC+1 à BAC+3. Celles-ci sont proposées sous statut scolaire mais aussi par la voie de l’apprentissage ou dans le cadre de la Formation Professionnelle ou Continue.  

Mobilisation inédite au collège de Pouilley-les-Vignes

Même si l'établissement a lui aussi son lot de "cas contacts", ce n'est pas en raison de la Covid-19 que la grande majorité des cours ont été annulés au collège de Pouilley-les-Vignes ce jeudi 4 mars 2021. Soutenu par les représentants des parents d'élèves, le personnel était en grève pour dénoncer une baisse de moyens constante depuis 2018 : des classes surchargées... au point de refuser des élèves du secteur.

Variant sud-africain : une troisième classe fermée au collège des Clairs Soleils à Besançon

Une classe de 6e et une de 5e sont fermées depuis vendredi 26 février 2021 au collège Clairs-Soleils à Besançon jusqu'à vendredi suite à des cas contacts signalés. On apprend désormais qu'une classe de 4e est fermée depuis ce jeudi 4 mars 2021 et jusqu'à mercredi en raison d'un élève testé positif au variant sud-africain.

Parents d’élèves « en colère » et grève des enseignants ce lundi à l’école de Geneuille

Carte scolaire • La fermeture d'une classe et le passage de deux à trois niveaux par classe envisagés par l'inspection académique du Doubs pour la rentrée ne passent pas à Geneuille. Les parents d'élèves se sont mobilisés à 16h30 vendredi dernier pour faire part de leur incompréhension. Ce lundi 1er mars 2021, le personnel enseignant et périscolaire était appelé à faire grève. Les parents d'élèves ont pique-niqué devant l'inspection académique dans l'attente des résultats des concertations...

Les tests salivaires à l’école réalisés par des « personnels de santé », assure Blanquer

Les tests salivaires déployés à l'école pour lutter contre la propagation de l'épidémie de Covid-19 seront réalisés par des "personnels de santé" et non par des enseignants, a assuré lundi le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer lors d'un déplacement dans une école de Lavoncourt en Haute-Saône.

Tests salivaires dans les écoles du Doubs : l’inspection académique compte sur la responsabilité des parents

Lors d'une conférence de presse jeudi 25 février 2021, le préfet du Doubs Joël Mathurin et le directeur de l''inspection académique de l'Education nationales (Dasen) du Doubs Patrice Durand ont annoncé le déploiement des tests salivaires dans les écoles pour détecter les cas positifs à la Covid-19 et les variants dès lundi 1er mars. Les enfants doivent avoir l'autorisation écrite de leur parent pour pouvoir se faire tester.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 5.4
partiellement nuageux
le 07/03 à 9h00
Vent
0.73 m/s
Pression
1024 hPa
Humidité
85 %

Sondage