Retraites : l'heure du vote sur les motions de censure, sur fond de vives tensions

Publié le 20/03/2023 - 08:20
Mis à jour le 20/03/2023 - 08:33

À quitte ou double : les deux motions de censure contre le gouvernement d'Elisabeth Borne vont être mises au vote lundi de l'Assemblée nationale, et la réforme des retraites pourrait être adoptée définitivement, malgré la colère dans le pays qui ne faiblit pas.

 © capture Assemblée nationale
© capture Assemblée nationale

Le déclenchement jeudi de l'arme constitutionnelle du 49.3 par la Première ministre pour faire passer sans vote la réforme n'a fait que redoubler la contestation, qui dépasse souvent le sujet du recul de l'âge de la retraite de 62 à 64 ans. Depuis jeudi, des rassemblements organisés ou spontanés se déroulent sur tout le territoire, dans le calme ou avec des débordements.

Le président a rappelé les "mois de concertations politique et sociale" et les "plus de 170 heures de débat qui ont abouti sur le vote d'un texte de compromis" entre sénateurs et députés en commission mixte.

Le numéro un de la CGT Philippe Martinez estime lui que "c'est de la responsabilité" d'Emmanuel Macron "si la colère est à ces niveaux-là". L'intersyndicale a appelé à une neuvième journée de mobilisation, ce jeudi, tandis que la grève s'est durcie dans les raffineries et que les éboueurs poursuivent leur mouvement à Paris, Rennes ou Nantes.

Seuil de 287 voix

Du côté du Palais Bourbon, c'est à partir de 16h que la température risque de monter à nouveau. Les deux motions visant à renverser le gouvernement, l'une transpartisane du groupe Liot et l'autre du RN, en réplique au 49.3, seront mises successivement au vote en fin de journée.

Cosignée par des députés de la Nupes, la motion Liot (Libertés, Indépendants Outre-mer et Territoires) a davantage de chances d'être votée par des élus de droite défavorables à la réforme des retraites. Mais la barre de la majorité absolue de 287 voix paraît difficile à atteindre.

Il faudrait qu'une trentaine de LR, soit la moitié du groupe d'Olivier Marleix, joignent leurs suffrages à ceux de la gauche, du RN et de Liot. Or le parti de droite a soutenu la réforme et ne veut pas "rajouter du chaos au chaos" en faisant tomber le gouvernement. Une poignée de députés LR ont cependant indiqué qu'ils voteraient la motion Liot voire les deux motions. Aurélien Pradié, en pointe parmi les frondeurs du parti, se décidera lundi.

"Cette réforme est nécessaire", a martelé jeudi à la tribune Elisabeth Borne, en première ligne pour porter le projet de campagne du président. Sous les huées et une Marseillaise entonnée par les Insoumis, elle a déclenché, faute d'une majorité certaine, son onzième 49.3, le plus difficile après la série sur les budgets. Il y aura bien "un vote", entre "ceux qui sont pour ou ceux qui sont contre la réforme", avait-elle assuré ensuite, alors que les députés n'auront finalement jamais voté l'ensemble du texte.

"Ce sera un moment de vérité" et de "clarté", a insisté durant le week-end la majorité présidentielle. Et le ministre de l'Economie Bruno Le Maire de tacler "un attelage clownesque" entre "Mathilde Panot (LFI), Marine Le Pen (RN) et Charles de Courson (Liot), alliés" pour "constituer une majorité alternative".

Fin de parcours ?

Le rejet probable des motions vaudra adoption définitive de la réforme, avant sa promulgation par le chef de l'Etat dans quelques semaines a priori.

Les pressions sur les députés macronistes ou LR se sont multipliées, avec de nombreuses permanences parlementaires cibles de tags et d'inscriptions vengeresses, et celle d'Eric Ciotti à Nice caillassée dans la nuit de samedi à dimanche, et taguée avec l'inscription "La motion ou le pavé".

Même si les motions sont rejetées, la gauche n'a pas dit son dernier mot : un référendum d'initiative partagée est dans les tuyaux, et des recours au Conseil constitutionnel se préparent. Pour le dirigeant de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon, "tant que la réforme à 64 ans est proposée, il faut continuer" la mobilisation.

Le camp présidentiel est lui pressé de tourner la page. "Quoi qu'il arrive, après lundi on passera à autre chose", selon la cheffe de file des députés Renaissance Aurore Bergé.

Une intervention d'Emmanuel Macron pourrait avoir lieu dans les prochains jours.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Retraites : une lettre de la CGT adressée à Éric Alauzet avant l’Assemblée du 8 juin 2023

Après une manifestation qui s’est tenue le 24 mai 2023 devant la permanence du député du Doubs, la CGT Retraités Multipro de Besançon a adressé une lettre ouverte à Eric Alauzet en prévision de la proposition de loi d’abrogation de la réforme des retraites débattue à l’Assemblée nationale le 8 juin 2023.

Zoo de la Citadelle de Besançon : " Ensemble Bisontins ! " demande la création d’une commission spéciale

Suite à une série d'anomalies relevées en 2021 relatives au parc zoologique de la Citadelle, le groupe "Ensemble Bisontins !" souhaite la mise en place d’une commission spéciale au sein du Conseil municipal. Pour rappel, la Ville de Besançon a jusqu'au 16 septembre 2024 pour finir de se mettre en conformité.

Feux de forêt : les sapeurs pompiers du Doubs se préparent…

À l'occasion du lancement de la saison estivale de lutte contre les feux de forêt, ce samedi 13 mai 2023, les sapeurs-pompiers ainsi ont procédé à un exercice à taille réelle sur les communes de Thoraize et de Boussières. Le Préfet Jean-François Colombet était de la partie pour présenter les différentes mesures pour lutter contre cette nouvelle menace... 

Passeports et cartes d’identité : 8 communes du Doubs s’engagent à réduire les délais d’attente

Réduire le délai d'attente à 30 jours. C'est l'engagement pris par les communes de Besançon, Ecole-Valentin, Saône, Marchaux, Valentigney, Valdahon et l’Isle-sur-le-Doubs, ce jeudi 5 mai 2023 en signant les "contrats urgences titres" à la préfecture du Doubs. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 15.98
ciel dégagé
le 30/05 à 0h00
Vent
2.39 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
69 %