Revalorisation des salaires des policiers après une journée de protestation

Publié le 20/12/2018 - 08:02
Mis à jour le 20/12/2018 - 08:02

gyros bleu • A l'issue d'une journée de protestation des forces de l'ordre, le ministère de l'Intérieur a accepté mercredi 19 décembre 2018 en soirée de revaloriser les salaires des policiers qui réclamaient plus de moyens après leur mobilisation en masse face aux "gilets jaunes".

police gyros bleus gilets jaunes
© d poirier

Depuis le début de la semaine, le gouvernement cherche à désamorcer la fronde qui monte dans la police et avait promis de s’attaquer au « chantier »du paiement des millions d’heures supplémentaires en souffrance et de verser une prime exceptionnelle de 300 euros.

PUBLICITÉ

Sous pression mercredi après des fermetures « symboliques »de commissariat dans plusieurs villes, l’Intérieur est finalement allé plus loin en concluant un accord de revalorisation salariale à l’issue de négociations tendues avec les trois principaux syndicats de la profession.

« Cet accord (…) ouvre la voie à une amélioration et une modernisation des conditions de travail et de rémunération des policiers », ont affirmé dans un communiqué le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner et son secrétaire d’Etat Laurent Nuñez, précisant qu’une première revalorisation de 40 euros par mois interviendrait dès le 1er janvier.

« C’est ce qu’on voulait, on voulait une amélioration immédiate du pouvoir d’achat », s’est félicité le secrétaire général d’Unité-SGP Police, Yves Lefebvre, en sortant de plusieurs heures de tractations qui ont débuté mardi et se sont achevées tard mercredi soir. Selon le syndicat, l’augmentation des salaires sera ensuite graduelle et devrait aboutir au bout d’un an à une hausse en moyenne de 120 euros net par mois pour les gardiens de la paix et pouvant aller jusqu’à 150 euros pour les plus hauts gradés.

Le coût total pour les finances publiques n’a pas été communiqué alors que le gouvernement a déjà annoncé plusieurs milliards d’euros de mesures destinées à faire retomber la colère des « gilets jaunes ».

« Reconnaissance »

Conséquence de cette revalorisation, la prime exceptionnelle, durement critiquée par des policiers qui y voyaient une proposition « méprisante », voit son périmètre drastiquement réduit: elle ne sera versée qu’aux personnels techniques, scientifiques et administratifs et aux employés de préfecture mobilisés par la crise des « gilets jaunes »depuis le 17 novembre, a ajouté M. Lefebvre.

Le chantier des heures supplémentaires, qui porte sur quelque 275 millions d’euros, reste en revanche ouvert et sera « traité »à partir de janvier, a assuré le syndicaliste.

« C’est la reconnaissance de l’Etat, c’est la reconnaissance matérielle que nous avions exigée », s’est réjoui son homologue du syndicat Alliance, Jean-Claude Delage, évoquant une avancée « conséquente »à l’issue des négociations et rendant hommage à la mobilisation des policiers mercredi. Tout au long de la journée, la protestation des forces de l’ordre a pris la forme de fermetures « symboliques »de commissariats et d’une grève du zèle dans plusieurs villes. La grogne s’était également fait sentir mercredi matin aux aéroports parisiens de Roissy et d’Orly où des fonctionnaires de la Police aux frontières ont appliqué un contrôle scrupuleux des passeports en soutien à leurs collègues. De longues files d’attente se sont formées mais aucun vol n’a été retardé.

Confronté à sa première crise en interne depuis son arrivée il y a deux mois à Beauvau, Christophe Castaner s’était voulu rassurant mardi, affirmant que les policiers n’étaient pas des « gilets jaunes »et qu’ils ne bloqueraient pas les commissariats « parce qu’ils ont le sens du service public ».

Mais les syndicats ont récemment durci le ton contre le gouvernement après un mois éreintant où les forces de l’ordre ont dû gérer la mobilisation des « gilets jaunes »mais aussi une menace terroriste revenue brutalement sur le devant de l’actualité avec l’attentat de Strasbourg, qui a fait cinq morts.

En marge des syndicats, un mouvement baptisé « gyros bleus »et relayé sur les réseaux sociaux a, lui, agité le souvenir du mouvement de fronde inédit qui a surgi à l’automne 2016 après l’attaque au cocktail molotov contre des fonctionnaires à Viry-Chatillon (Essonne). Ce collectif avait prévu de se rassembler jeudi soir à Paris.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

gilets jaunes

Visite de Christophe Castaner à Besançon : des Gilets Jaunes mis à l’écart s’insurgent

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, s'est rendu ce 13 mars 2019 à Besançon dans le cadre du programme des quartiers de reconquête républicaine (QRR) avec l'inauguration du commissariat de secteur de Planoise. N'ayant pas pu approcher le ministre, un groupe de Gilets Jaunes se dit "réprimé".

Manifestation des Gilets Jaunes : les commerçants impactés peuvent demander des baisses d’impôts

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, a reçu ce 7 mars 2019 les élus de l’association France Urbaine et de l’Association des maires de France (AMF). Il leur a présenté le plan d’action du Gouvernement annoncé le 13 février dernier en soutien aux collectivités locales et aux commerçants impactés par le mouvement des Gilets Jaunes. La perte des ventes pourra être déduite fiscalement (au niveau des impôts).

Le syndicat Force Ouvrière s’insurge contre la « pression » subie par Frédéric Vuillaume, son secrétaire général

Le syndicat Force Ouvrière du conseil régional Franche-Comté Bourgogne tient à apporter son soutien ce 5 mars 2019 à Frédéric Vuillaume, Gilet jaune et secrétaire général du syndicat FO. Ce dernier a été à plusieurs reprises mis en garde à vue et devrait être prochainement entendu par le tribunal correctionnel suite aux manifestations des Gilets jaunes à Besançon.

600 manifestants « toujours là » pour l’acte XVI des Gilets Jaunes à Besançon

Environ 600 gilets jaunes se sont rassemblés place de la Révolution à Besançon ce samedi 2 mars pour le seizième acte des Gilets jaunes. Le rassemblement s'est terminé à proximité de la préfecture du Doubs où quelques heurts ont éclaté. Sept individus venus en découdre avec les forces de l'ordre ont été interpellés.

Acte 16 des « Gilets Jaunes » : entre mobilisation aux stations-service de Pontarlier, manifestation à Besançon et Grand Débat

Les "Gilets jaunes" manifestent samedi 2 mars 2018 en France pour un acte 16 présenté comme un prélude à un "gros mois" de mobilisation le 9 et surtout le 16 mars afin de marquer la fin du Grand débat et les quatre mois du mouvement social. A Pontarlier, les gilets jaunes vont se mobiliser aux abords des stations-service de 11h à 16h. A Besançon une nouvelle marche est organisée à 14h au départ de la place de la révolution alors que des débats sont organisés par le conseil citoyen du quartier Besançon Planoise et par l'association pour le droit de mourir dans la dignité.

Perquisition au domicile du Gilet Jaune Frédéric Vuillaume

Mise à jour à 19h05 • Alors qu'il était venu au commissariat accompagné d'une trentaine de Gilet Jaune ce mercredi, Frédéric Vuillaume était sorti de garde à vue vers midi. Les policiers ont procédé à une perquisition à son domicile ce jeudi 28 février 2019 à 6h30. A nouveau placé en garde à vue, il a été libéré ce jeudi. Une vingtaine de manifestants s'est regroupée devant le commissariat de Besançon afin de le soutenir. Il pourrait être à nouveau convoqué en vue "d'une présentation au tribunal", nous précise-t-on.

Gilets Jaunes : « Le ras-le-bol fiscal doit être entendu » (Pierre Moscovici)

Le mouvement social des Gilets Jaunes, qui a rassemblé 46.600 manifestants en France samedi pour son acte 15, traduit notamment un "ras-le-bol fiscal qui doit être entendu", a estimé dimanche le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici, dans une émission d'Europe 1, CNews et Les Echos.

Dans la catégorie

#19Mars : plus de 1.000 manifestants à Besançon

Direct • Les syndicats attendent entre 700 et 2.000 manifestants ce mardi 19 mars 2019 pour la journée nationale d'action.  Ils sont près d'un millier dans les rues de Besançon, 850 selon les autorités. "Augmentation des salaires, des pensions et des minima sociaux, égalité hommes femmes, un véritable droit à l’éducation et à la formation, renforcement de la protection sociale » et du système solidaire de retraite par répartition, réponse aux enjeux climatiques et environnementaux, tout en développant des emplois de qualité" font partie des revendications.

19 mars : les manifestations et les perturbations en Franche-Comté

Besançon, Dole, Belfort, Vesoul, Lons-le-Saunier, Saint-Claude, Montbéliard : sept rassemblements sont organisés en Franche-Comté pour la journée d'action à l'appel de FO, la CGT, Solidaires et les organisations Unef (étudiants) et UNL (lycéens) mais sans la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC. Voici la liste des manifestations et des perturbations.

Grève et journée d’action du 19 mars : quelles sont les revendications ?

FO, la CGT, Solidaires et les organisations de jeunesse Unef (étudiants) et UNL (lycéens) appellent mardi 19 mars 2019 à une journée d'action et de grèves afin d'"amplifier le mouvement social". Un mouvement approuvé par 73 % des Français selon le baromètre des services publics Odoxa pour la Banque française Mutualiste, l'Obs, France Inter et la presse régionale, publié ce mardi.

Journée de grève mardi 19 mars à Besançon : perturbation des Bus&Tram et manifestation à 11 heures

Les syndicats CGT, FO et Solidaires, ainsi que les organisations de jeunesse UNEF et UNL, appellent l'ensemble des Français à se manifester lors de la journée de grève générale et nationale ce mardi 19 mars 2019. A Besançon, une mobilisation est prévue à 11h00 devant la Chambre de Commerce et d'Industrie. Le réseau Ginko sera, lui, aussi perturbé.

Acte 18 – Les Gilets Jaunes à nouveau dans la rue à Besançon ce samedi

Mise à jour • Une nouvelle mobilisation s'est déroulée ce 16 mars 2019 à Besançon dans le cadre de l'acte 18 des Gilets Jaunes. À Paris de violents heurts ont éclaté ce samedi. A Besançon, la Préfecture du Doubs estime les manifestants à 500. A 18h20, plusieurs Giles Jaunes manifestaient encore devant la Gare Viotte. Ils ne sont finalement pas rendus à Planoise. Aucune interpellation n'a été effectuée.

Mobilisation pour le climat ce vendredi à Besançon : les étudiant(e)s dispensés de cours par le président de l’université de Franche-Comté

L'Association Solidaire de défense des Étudiants (ASDE du syndicat SUD Soldaires Etudiant.es ) appelle à la mobilisation ce 15 mars 2019 à 10h00 Place de la Révolution à Besançon. Un arrêté a été pris par Jacques Bahi, président de l'université, afin de "dispenser d'obligation d'assiduité" les étudiants dans le cadre de la manifestation. Des marches pour le climat sont attendues dans toute la France ce vendredi et samedi.

Un rassemblement prévu samedi 9 mars contre les LBD et les grenades défensives à Besançon

Après la pétition lancée par le professeur Laurent Thines, neurochirurgien à Besançon, c'est au tour du collectif des Blues blanches (composé principalement de soignants du CHRU de Besançon) de s'insurger contre l'usage des lanceurs de balles de défense (LBD) ainsi que les grenades défensives. Le collectif organise ce samedi 9 mars 2019 à 14h00, une "cérémonie sonore et visuelle" place de la Révolution à Besançon.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -2.42
ciel dégagé
le 20/03 à 6h00
Vent
2.27 m/s
Pression
1032.97 hPa
Humidité
88 %

Sondage