Saisonniers agricoles : l’Assemblée revoit encore le dispositif d’exonérations

Publié le 28/11/2018 - 08:00
Mis à jour le 28/11/2018 - 08:05

L'Assemblée nationale à voté mardi soir (27 novembre 2018) une nouvelle version du dispositif concernant les exonérations de cotisations pour l'emploi de travailleurs saisonniers, après de longs débats sur ce sujet qui suscite des inquiétudes chez les agriculteurs.

PUBLICITÉ

Les députés ont adopté un amendement du rapporteur Olivier Véran (LREM), revenant à la version qu’ils avaient approuvée en première lecture du projet de budget de la sécurité sociale pour 2019, prévoyant une « sortie progressive » du dispositif TO/DE (travailleurs occasionnels, demandeurs d’emplois). Mais d’extrême justesse, par 61 voix contre 60, ils y ont ajouté lors de cet examen en nouvelle lecture des sous-amendements portés par des députés de divers bords.

  • Adoptés contre l’avis du gouvernement, ils prévoient le maintien d’une exonération totale jusqu’à 1,20 Smic à compter de 2019, là où l’Assemblée avait prévu en première lecture 1,15 Smic pour 2019 et 1,10 Smic en 2020.

Des élus d’opposition, LR en tête, étaient auparavant longuement revenus à la charge pour défendre le TO/DE, dénonçant à l’instar de Marie-Christine Dalloz une « perte de 39 millions d’euros pour l’agriculture » ou exhortant à ne pas rajouter « des gilets verts aux gilets jaunes » (Thibault Bazin). « Encore un petit effort M. le bourreau avant que l’agriculture française disparaisse », avait aussi lancé Philippe Gosselin (LR).

« Il y a une position d’équilibre et de compromis qui a été trouvée en première lecture« , leur avait répondu le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume, lançant aux élus qu' »on ne peut pas avoir le beurre, l’argent du beurre et en plus le sourire du gouvernement« . L’adoption des sous-amendements, saluée sur Twitter comme une « grande victoire » par Joël Aviragnet (PS), a provoqué des éclats de voix de satisfaction dans l’hémicycle.

Le projet de budget 2019 de la sécurité sociale dans la version initiale du gouvernement prévoyait de supprimer le TO/DE, au profit d’allègements généraux de cotisations sur les bas salaires. Arguant des difficultés des producteurs de fruits et légumes, les députés avaient voté en première lecture une « sortie progressive ». Le Sénat, avait lui rétabli mi-novembre les exonérations à leur niveau actuel soit jusqu’à 1,25 Smic.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Le prix de l’eau va-t-il augmenter dans ma commune et pourquoi ?

Thème : l'eau #2 • Du 1er janvier 2019 au 31 décembre 2017, le prix de l'eau et de l'assainissement vont fluctuer dans le Grand Besançon selon les communes. Une harmonisation  pour arriver progressivement en 2028 et pour tous les habitants de l'agglomération à un prix  de 3,30 € TTC (hors inflation). Quel est le prix de l'eau dans les 73 communes du Grand Besançon. Va-t-il augmenter dans votre commune ? Pourquoi ?  Réponses.

Marie-Guite Dufay souhaite implanter la production de « batteries électriques » dans la région

Marie Guite Dufay, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, souhaite avec 50 signataires (élus, industriels, chercheurs et constructeur) accueillir la première usine de batterie "made in France". Pour cela, la présidente a exposé ses arguments ce 18 mars 2019 dans une lettre destinée au chef de l'État.

Festival de la Paille : une étude pour savoir ce que veulent les festivaliers…

Festivaliers, qui êtes-vous ? • Au cours de l'édition 2018 du Festival de la Paille, le "Collectif organisation" a fait appel GECE, institut d'étude, de sondage et d'enquête afin de sonder ses festivaliers. Cette enquête a été réalisée auprès de 6 900 festivaliers "dans le but de réaffirmer un projet solide, partagé et solidaire et définir de nouvelles orientations", nous indique-t-on.

Loi PACTE : la grogne des commissaires aux comptes en Bourgogne-Franche-Comté

tribune • Dans une tribune publiée dans le journal du palais, Franck Paul et Philippe Dandon, respectivement présidents de la compagnie régionale des commissaires aux comptes de Besançon et de Dijon (CRCC) demandent au gouvernement de revoir sa copie concernant notamment le relèvement brutal des seuils d’audit légal inclus dans la Loi Pacte sur les commissaires aux comptes. Ils parlent d'un risque majeur pour l'économie française et estiment que 10.000 emplois sont menacés dans leur profession.  

Bourgogne-Franche-Comté : la production industrielle en hausse au mois de janvier

Les derniers chiffres de la Banque de France concernant la conjoncture économique en Bourgogne Franche-Comté pour le mois de janvier 2019 viennent de paraître. La production industrielle et l’activité dans les services s’inscrivent en hausse en janvier. Les perspectives pour le mois de février, plus modestes, demeurent positives.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -1.57
ciel dégagé
le 20/03 à 0h00
Vent
2.51 m/s
Pression
1031.85 hPa
Humidité
81 %

Sondage