Saône-et-Loire: la justice ordonne au préfet de loger huit familles de migrants

Publié le 04/10/2017 - 07:32
Mis à jour le 04/10/2017 - 07:32

Le tribunal administratif de Dijon a ordonné au préfet de Saône-et-Loire de trouver sous 48 heures une solution d'hébergement 
pour huit familles de migrants originaires des Balkans qui campaient jusqu'ici sur un parking de Mâcon. 

PUBLICITÉ

La décision de justice concerne 11 adultes et 14 enfants, auxquels le préfet devra « indiquer (…) un lieu susceptible de les accueillir« , selon le jugement, daté de ce lundi 2 octobre 2017 et auquel l’AFP a eu accès. La justice administrative impose aussi à la préfecture « d’enregistrer les demandes d’asile » de ces familles dans un délai de dix jours ouvrés et de « garantir l’accès » à des toilettes et des douches aux occupants du parking. 

« Nous devrions voir mercredi soir » les premiers effets de cette décision, s’est félicité Bernard Nouyrigat, un représentant de la section de Mâcon de la Ligue des Droits de l’Homme, qui précise que les premiers migrants sont arrivés pendant l’été. Entre 30 et 60 personnes campent désormais sur le parking Monnier, non loin du centre-ville. 

Le préfet de Saône-et-Loire avait notamment fait valoir, selon l’ordonnance du tribunal, que « les dispositifs d’hébergement d’urgence de la Saône-et-Loire sont saturés » et que « la hausse des arrivées de demandeurs d’asile a entraîné un allongement du délai de traitement des enregistrements des demandes d’asile ». 

La préfecture n’avait pas encore indiqué mardi soir si elle comptait faire appel de cette décision, confirmant simplement la réception du jugement. 

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Jonathann Daval a admis qu’il avait « procédé à la crémation partielle du corps » d’Alexia

Jonathann Daval a admis qu’il avait « procédé à la crémation partielle du corps » d’Alexia

Lundi 17 juin 2019, Jonathann Daval a livré des aveux complets lors d'une reconstitution qui s'est déroulée pendant sept  heures à Gray en Haute-Saône, reconnaissant avoir lui-même "procédé à la crémation du corps" de sa femme Alexia et lui avoir porté des coups violents, a déclaré le procureur de Besançon Etienne Manteaux.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 21.83
ciel dégagé
le 27/06 à 0h00
Vent
1.29 m/s
Pression
1022.45 hPa
Humidité
93 %

Sondage