Ségur de la santé : vers une revalorisation minimum de 180 euros par mois pour les soignants

Publié le 09/07/2020 - 08:25
Mis à jour le 09/07/2020 - 08:25

Le projet d'accord, présenté par le gouvernement aux syndicats dans la nuit du mercredi 8 au jeudi 9 juillet 2020, prévoit une hausse des salaires en deux temps.

© Pixabay/Valelopardo ©
© Pixabay/Valelopardo ©

Le gouvernement a présenté dans le cadre du Ségur de la santé un projet d'accord prévoyant une hausse minimum de rémunération de 180 euros mensuel net pour l'ensemble du personnel hospitalier du secteur public, hors médecins, a appris jeudi 9 juillet l'Agence France-Presse de sources concordantes. Cet accord, présenté aux syndicats dans la nuit de mercredi à jeudi au terme d'une ultime négociation marathon, prévoit une hausse des salaires en deux temps, avec une première revalorisation de 90 euros net en septembre et une seconde de 90 euros net en mars. L'ensemble des salariés paramédicaux (infirmiers, aides-soignants) et non médicaux (techniciens, brancardiers, etc.) des hôpitaux et des Ehpad publics sont concernés par cette mesure, à l'exception des médecins hospitaliers, qui font l'objet de négociations séparées.

Le protocole d'accord, dont la version définitive doit être envoyée jeudi midi aux syndicats, prévoit également une refonte des grilles, c'est-à-dire des salaires prévus selon le déroulement des carrières, pour certains métiers soignants et médico-techniques, ont précisé ces sources à l'Agence France-Presse. Comme annoncé mardi, il comprend également un volet sur l'emploi, avec 15.000 embauches dans les établissements publics, dont la moitié correspondent à des créations de postes et l'autre moitié à des recrutements de personnel qui n'étaient jusque-là pas pourvus.

Un projet d'accord bloqué pour les médecins

Ce projet de protocole d'accord « conduit en l'état à une revalorisation significative des métiers hospitaliers », a réagi auprès de l'Agence France-Presse Zaynab Riet, déléguée générale de la Fédération hospitalière de France (FHF), évoquant « une occasion à saisir ». Les syndicats, qui réclamaient initialement une hausse mensuelle de 300 euros pour l'ensemble des personnels du secteur public, devront se prononcer dans les prochains jours sur cet accord, dont le montant global atteint 7,5 milliards d'euros.

Pour les médecins, aucun projet d'accord n'a, en revanche, été présenté à ce stade, les discussions menées mercredi avec les syndicats de praticiens hospitaliers étant restées bloquées faute d'avancée sur l'enveloppe promise par le gouvernement, selon les sources syndicales. La semaine dernière, Olivier Véran avait proposé une enveloppe de 600 millions d'euros pour leurs rémunérations, dont 400 millions pour les médecins et 200 millions pour les internes et étudiants. Les syndicats espéraient une rallonge pour financer de nouveaux échelons en fin de carrière et une hausse des indemnités de gardes et d'astreintes.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Un commentaire

Laisser un commentaire

Economie

Plus de 4 % d’inflation en 2021 des complémentaires santé : l’UFC Que choisir demande au gouvernement d’agir

Alors que ce début d’année est marqué par le déploiement du 100 % santé aux audioprothèses, l’UFC-Que Choisir dénonce dans un communiqué du 21 janvier 2021 une nouvelle forte hausse des tarifs des complémentaires santé en 2021, "difficile à justifier alors que la crise sanitaire leur a paradoxalement été favorable". Pour permettre aux consommateurs de tirer pleinement profit de la résiliation à tout moment, l’association demande au gouvernement d’agir "pour améliorer la comparabilité des offres, toujours défaillante."

Appel à projets : recyclage du foncier des friches en Bourgogne Franche-Comté

Avec un fonds friche doté de 300M€, le Plan de relance donne l’opportunité d’accompagner les territoires sur le recyclage foncier des espaces artificialisés. 7,4 M€ sont mobilisables en Bourgogne Franche-Comté, sur les deux années à venir, et donneront lieu à deux éditions d’appel à projets. Les dossiers de demande de subventions sont à déposer au plus tard le lundi 15 mars 2021 minuit.

Conjoncture du mois de décembre 2020 : « des prévisions prudentes »

La Banque de France vient d'éditer une note de conjoncture (enquête auprès des dirigeants d'entreprises sur leur niveau d’activité) pour le mois de décembre 2020. La production industrielle progresse en fin d'année. Les carnets s’étoffent mais demeurent insuffisants. Une baisse est attendue. Les services enregistrent une faible hausse d’activité, à l’exception de la restauration, lourdement affectée par le reconfinement. Les prévisions sont prudentes.

 

Endettement des entreprises : comment les aider ?

En Bourgogne Franche-Comté, près de 20 000 entreprises ont bénéficié d’un PGE (Prêt Garanti par l’Etat). Emprunt qu'il faudra bien rembourser. Alors que l’activité tourne encore au ralenti dans plusieurs secteurs, la Banque Populaire BFC tente d’aider au mieux ces entreprises et leurs prêts avec sa « BOX PGE »…
Web Tv 90
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.26
pluie modérée
le 22/01 à 0h00
Vent
5.55 m/s
Pression
998 hPa
Humidité
57 %

Sondage