Selon Nordahl Lelandais, un SMS "aurait tout changé" le soir de la disparition de Maëlys

Publié le 04/02/2022 - 14:00
Mis à jour le 04/02/2022 - 14:00

Si sa compagne de l’époque avait répondu à un SMS nocturne, « ça aurait tout changé », a assuré vendredi Nordahl Lelandais, jugé aux assises à Grenoble pour le meurtre de la petite Maëlys en 2017 lors d’un mariage.
 

Nordahl Lelandais  ©DR ©
Nordahl Lelandais ©DR ©

"Si j'étais passé te voir, ça aurait tout changé, je serais parti du mariage et la petite serait encore là", affirme l'accusé de 38 ans, debout dans le box, en s'adressant à son ancienne compagne en pleurs à la barre.

  • -"Ca ne dépendait pas de vous ? Vous avez votre libre arbitre, M. Lelandais", insiste la présidente Valérie Blain.
  • -"Si ma copine m'avait répondu au message, je ne serais pas resté au mariage, je serais allé dormir chez elle", réplique-t-il.
  • -"Et il ne se serait rien passé ?"
  • -"Oui", répond-il.

Réagissant peu après à cet échange, l'avocat de la mère de Maëlys, Me Fabien Rajon, a jugé "indécent de faire culpabiliser cette malheureuse ex-compagne en lui disant que si elle avait répondu à son SMS, la petite Maëlys ne serait pas morte".

La cour avait auparavant auditionné une écoute téléphonique entre les deux amants, remontant à octobre 2017 alors que Nordahl Lelandais se trouvait déjà en prison, soupçonné du meurtre. Dans cette conversation, il avait nié tout lien avec la disparition de la fillette et avait imploré la jeune femme de ne pas "douter" de lui.

"Ils me rendent fou avec leurs histoires mais tu ne vas pas douter de moi. C'est aberrant, c'est fou, c'est un truc de malade", assurait l'ancien militaire. "J'aurais préféré passer la soirée avec toi en plus, il n'y avait rien d'exceptionnel dans ce mariage. Si j'avais su...".

Il avait reconnu dans cette conversation avoir "parlé" à Maëlys, qui avait vu la photo de ses chiens sur son téléphone au cours de la soirée. "Mais il y en a d'autres qui ont parlé à la fille", évacuait-il.

Maëlys De Araujo, huit ans, avait disparu lors de ce mariage fin août 2017 dans la salle des fêtes de Pont-de-Beauvoisin (Isère). Rapidement suspecté, Nordahl Lelandais a nié pendant plusieurs mois avant d'avouer, en février 2018, avoir "involontairement" tué la fillette en lui portant des coups.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.23
nuageux
le 20/04 à 3h00
Vent
1.07 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
95 %