SFR fait payer cinq euros de plus à ses abonnés : un Montbéliardais porte plainte

Publié le 03/08/2017 - 18:24
Mis à jour le 03/08/2017 - 18:30

En cette fin de juillet 2017, SFR a envoyé un courrier à ses abonnés leur annonçant l'augmentation de leur facture mensuelle de trois à cinq euros pour un bouquet TV… mais sans les consulter. Cette absence de consentement est assimilée par beaucoup de ses destinataires comme de la "vente forcée" dont l'un, originaire de Montbéliard, a décidé de porter plainte

sfr.jpg
©Sfr
PUBLICITÉ

« Qui ne dit point consent. » C’est en tout cas la politique commerciale que la société SFR a mis en œuvre durant ce mois de juillet 2017. Elle a en effet abonné ses utilisateurs à des chaînes télévisées sans les solliciter. Pire, c’est à l’utilisateur de se manifester pour ne pas se faire prélever l’argent ; s’il n’agit pas, l’abonnement est automatiquement considéré comme autorisé.

Cette situation a rendu furieux Daniel Pignard, ingénieur de Peugeot retraité, qui a porté plainte ce lundi 31 juillet 2017 auprès du Procureur de la République de Montbéliard via un courrier postal. Il désigne cette tentative commerciale comme une « arnaque destinée à vendre des choses que l’on ne veut pas acheter. » D’après lui,  il s’agit « de pure vente forcée de la part de la société SFR ».

Et lorsqu’on informe l’intéressé sur le fait qu’il peut désactiver l’abonnement en effectuant une manipulation informatique, il soutient que « c’est trop compliqué, je n’aurai pas recours à ça, par principe ». Sa plainte prend alors une tournure symbolique. « Ça m’est égal de récupérer mes cinq euros ou d’être dédommagé ; ce que je veux, c’est que ces sociétés arrêtent de nous imposer des achats non-consentis » tempête-t-il.

Les associations de consommateurs voient rouge

L’association de consommateurs « Que choisir » n’aura pas tardé non plus à réagir. Dès le 25 juillet, elle a publié un article expliquant le stratagème, tout en se révoltant de la difficulté pour se désabonner. Selon elle, « la procédure de résiliation est loin d’être évidente, de nombreux témoins assurent n’avoir jamais réussi à résilier cette option. » Plus alertant encore pour l’association, la même astuce existe sur les abonnements mobiles, mais cette fois « sans possibilité de résiliation », la hausse du prix devenant irréversible.

« Que choisir » a tout de même une solution, bien que très radicale, à ce problème : changer d’opérateur. Selon l’association, cette opération peut s’effectuer « sans frais, conformément à l’article L. 224-33 du code de la consommation, qui donne quatre mois pour résilier sa ligne à partir de l’entrée en vigueur de l’augmentation tarifaire. »

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

« Vin Mille arômes » : une application bisontine distinguée au championnat national des mini-entreprises

« Vin Mille arômes » : une application bisontine distinguée au championnat national des mini-entreprises

Cinq mini-entreprises de Bourgogne Franche-Comté ont participé du 3 au 5 juillet 2019 à Lille au championnat national des mini-entreprises organisé par l'association "entreprendre pour apprendre". "Vin Mille Arômes", mini-entreprise de l’ECM de Besançon qui a créé une application d'accord mets-vins, a remporté le prix "champion national du numérique"

Fermeture des magasins Tati : ceux Besançon et Dole sont concernés

Fermeture des magasins Tati : ceux Besançon et Dole sont concernés

Le site historique du boulevard Barbès à Paris sera bientôt le seul Tati en France, son propriétaire depuis deux ans ayant décidé de fondre l'enseigne dans sa quasi-totalité au sein de Gifi, avec au passage la fermeture de 13 autres magasins Tati en difficulté. Ceux de Besançon et Dole sont donc concernés.

Pas de vacances pour le chantier du pôle Viotte

Pas de vacances pour le chantier du pôle Viotte

Le pôle tertiaire Viotte à Besançon prend toute son ampleur durant cet été 2019 sur le secteur Sud de l'éco quartier. Les bâtiments A1 à A 5 qui accueilleront 800 agents des services de l'État ont pris de la hauteur le long des voies ferrées et le bâtiment B de la région (200 agents) est en cours d'élévation en parallèle de la rue de la Viotte. À mi-parcours, visite du chantier avec Bernard Bletton, directeur général de la Sédia Bourgogne Franche-Comté et de Territoire 25.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.56
ciel dégagé
le 20/07 à 0h00
Vent
1.61 m/s
Pression
1014.85 hPa
Humidité
90 %

Sondage