SFR fait payer cinq euros de plus à ses abonnés : un Montbéliardais porte plainte

Publié le 03/08/2017 - 18:24
Mis à jour le 03/08/2017 - 18:30

En cette fin de juillet 2017, SFR a envoyé un courrier à ses abonnés leur annonçant l'augmentation de leur facture mensuelle de trois à cinq euros pour un bouquet TV… mais sans les consulter. Cette absence de consentement est assimilée par beaucoup de ses destinataires comme de la "vente forcée" dont l'un, originaire de Montbéliard, a décidé de porter plainte

 ©
©

"Qui ne dit point consent." C'est en tout cas la politique commerciale que la société SFR a mis en œuvre durant ce mois de juillet 2017. Elle a en effet abonné ses utilisateurs à des chaînes télévisées sans les solliciter. Pire, c'est à l'utilisateur de se manifester pour ne pas se faire prélever l'argent ; s'il n'agit pas, l'abonnement est automatiquement considéré comme autorisé.

Cette situation a rendu furieux Daniel Pignard, ingénieur de Peugeot retraité, qui a porté plainte ce lundi 31 juillet 2017 auprès du Procureur de la République de Montbéliard via un courrier postal. Il désigne cette tentative commerciale comme une "arnaque destinée à vendre des choses que l'on ne veut pas acheter." D'après lui,  il s'agit "de pure vente forcée de la part de la société SFR".

Et lorsqu'on informe l'intéressé sur le fait qu'il peut désactiver l'abonnement en effectuant une manipulation informatique, il soutient que "c'est trop compliqué, je n'aurai pas recours à ça, par principe". Sa plainte prend alors une tournure symbolique. "Ça m'est égal de récupérer mes cinq euros ou d'être dédommagé ; ce que je veux, c'est que ces sociétés arrêtent de nous imposer des achats non-consentis" tempête-t-il.

Les associations de consommateurs voient rouge

L'association de consommateurs "Que choisir" n'aura pas tardé non plus à réagir. Dès le 25 juillet, elle a publié un article expliquant le stratagème, tout en se révoltant de la difficulté pour se désabonner. Selon elle, "la procédure de résiliation est loin d'être évidente, de nombreux témoins assurent n'avoir jamais réussi à résilier cette option." Plus alertant encore pour l'association, la même astuce existe sur les abonnements mobiles, mais cette fois "sans possibilité de résiliation", la hausse du prix devenant irréversible.

"Que choisir" a tout de même une solution, bien que très radicale, à ce problème : changer d'opérateur. Selon l'association, cette opération peut s'effectuer "sans frais, conformément à l’article L. 224-33 du code de la consommation, qui donne quatre mois pour résilier sa ligne à partir de l'entrée en vigueur de l’augmentation tarifaire."

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Bourgogne Franche-Comté : plus de 580 millions d’euros d’aides régionales votés en commission permanente

Réunis en commission permanente, vendredi 28 janvier à Besançon, les élus régionaux ont voté 580,4 millions d’euros d’aides régionales. Une partie de ces crédits concerne le Plan d’accélération de l’investissement régional (PAIR) mis en place par la Région pour faire face à la crise sociale et économique provoquée par l’épidémie de Covid-19.

Anne Vignot choisit les banques vertes : « une discrimination » pour le Mouvement Franche-Comté

Le 20 janvier dernier, la maire de Besançon Anne Vignot a annoncé que la Ville de Besançon allait emprunter auprès des banques engagées dans la réduction de leur empreinte climatique pour financer ses projets en faveur de la transition écologique. Pour Jean-Philippe Allenbach, président du Mouvement Franche-Comté, parle "boycott" des autres banques et de "discrimination" dans un communiqué du 26 janvier.

Aménagement paysager du Cercle immense : la Saline royale lance une campagne de financement participatif

A l'occasion des 40 ans de son inscription au patrimoine mondial de l'Unesco, la Saline royale d'Arc-et-Senans lance dès le 1er février 2022 sa première campagne de financement participatif pour le nouvel aménagement paysager de son Cercle immense qui sera inauguré le 4 juin prochain.

Bourgogne-Franche-Comté : le chômage au plus bas depuis 10 ans

Au lendemain de la publication des derniers chiffres du chômage en France, le préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté Fabien Sudry, se réjouit de noter que les données du quatrième trimestre 2021 des demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi "confirment une forte baisse du chômage depuis un an et portent le niveau des demandeurs d’emploi au plus bas depuis 10 ans sur la région Bourgogne-Franche-Comté."

Le chômage a baissé de 6 % en Bourgogne-Franche-Comté au 4e trimestre 2021

Au quatrième trimestre 2021, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A,  et donc tenus de rechercher un emploi et sans activité, a diminué de 6 %, soit 6.830 chômeurs en moins. En France la baisse est de 6,2%.  Sur une année, la baisse s'établit à -13,2% au niveau régional. En France, la baisse est de 12,6 %. Le nombre de chômeurs atteint fin 2021 son plus bas niveau depuis le troisième trimestre 2012.

Fermeture du pont de la République aux voitures : réaction de l’UCB…

Le 7 janvier dernier, la maire de Besançon annonçait la fermeture programmée du pont de la République à partir du printemps prochain. Surprise de ne pas avoir été informée au préalable, l'Union des commerçants de Besançon, présidée par Serge Couësmes, nous en parle…
Offre d'emploi

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -0.61
couvert
le 29/01 à 0h00
Vent
1.09 m/s
Pression
1037 hPa
Humidité
100 %

Sondage