SFR fait payer cinq euros de plus à ses abonnés : un Montbéliardais porte plainte

Publié le 03/08/2017 - 18:24
Mis à jour le 03/08/2017 - 18:30

En cette fin de juillet 2017, SFR a envoyé un courrier à ses abonnés leur annonçant l’augmentation de leur facture mensuelle de trois à cinq euros pour un bouquet TV… mais sans les consulter. Cette absence de consentement est assimilée par beaucoup de ses destinataires comme de la « vente forcée » dont l’un, originaire de Montbéliard, a décidé de porter plainte

 ©
©

"Qui ne dit point consent." C'est en tout cas la politique commerciale que la société SFR a mis en œuvre durant ce mois de juillet 2017. Elle a en effet abonné ses utilisateurs à des chaînes télévisées sans les solliciter. Pire, c'est à l'utilisateur de se manifester pour ne pas se faire prélever l'argent ; s'il n'agit pas, l'abonnement est automatiquement considéré comme autorisé.

Cette situation a rendu furieux Daniel Pignard, ingénieur de Peugeot retraité, qui a porté plainte ce lundi 31 juillet 2017 auprès du Procureur de la République de Montbéliard via un courrier postal. Il désigne cette tentative commerciale comme une "arnaque destinée à vendre des choses que l'on ne veut pas acheter." D'après lui,  il s'agit "de pure vente forcée de la part de la société SFR".

Et lorsqu'on informe l'intéressé sur le fait qu'il peut désactiver l'abonnement en effectuant une manipulation informatique, il soutient que "c'est trop compliqué, je n'aurai pas recours à ça, par principe". Sa plainte prend alors une tournure symbolique. "Ça m'est égal de récupérer mes cinq euros ou d'être dédommagé ; ce que je veux, c'est que ces sociétés arrêtent de nous imposer des achats non-consentis" tempête-t-il.

Les associations de consommateurs voient rouge

L'association de consommateurs "Que choisir" n'aura pas tardé non plus à réagir. Dès le 25 juillet, elle a publié un article expliquant le stratagème, tout en se révoltant de la difficulté pour se désabonner. Selon elle, "la procédure de résiliation est loin d'être évidente, de nombreux témoins assurent n'avoir jamais réussi à résilier cette option." Plus alertant encore pour l'association, la même astuce existe sur les abonnements mobiles, mais cette fois "sans possibilité de résiliation", la hausse du prix devenant irréversible.

"Que choisir" a tout de même une solution, bien que très radicale, à ce problème : changer d'opérateur. Selon l'association, cette opération peut s'effectuer "sans frais, conformément à l’article L. 224-33 du code de la consommation, qui donne quatre mois pour résilier sa ligne à partir de l'entrée en vigueur de l’augmentation tarifaire."

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

“Chambre d’hôtes référence” : six hôtes du Doubs récompensés

Le 4 juin 2024, certaines chambres d’hôtes du département du Doubs se sont vu remettre la qualification "Chambre d’hôtes référence". Cette action nationale a été déployée depuis 2023 par Doubs Tourisme dans le département permettant à l’époque de qualifier deux premières chambres d’hôtes.

Le sport au service de l’emploi pour recruter autrement à Montbéliard

Après le succès des précédentes éditions qui se sont déroulées sur plusieurs villes de la région, le Comité Olympique Paris 2024, l'Agence Nationale du Sport, la Fédération Française d’Athlétisme et France Travail, ont proposé l’opération "Du stade vers l’emploi" (DSVE) dans sa version "Athlétisme" ce jeudi 13 juin 2024 à Montbéliard. 

Base de loisirs d’Osselle : qui sont les deux chefs bisontins à la tête du nouveau restaurant ?

Suite à un appel d’offres lancé par Grand Besançon Métropole en février dernier pour trouver les gérants du snack et du restaurant de la base de loisirs d’Osselle, le projet de deux chefs bisontins, déjà bien connus, a été retenu. Celui d’Adrien Rognon, gérant de la Pizzeria Piano et de Sylvain Piguet, gérant de LÔ à Besançon.

En colère, les commerçants mènent une action rue de Vesoul à Besançon

C’en est trop pour les commerçants de rue de Vesoul à Besançon... Ils ont décidé de mener une action pour se faire entendre mardi 4 juin 2024 en couvrant symboliquement le panneau lumineux indiquant la fermeture de la route. Une communication qu’ils déplorent depuis l’effondrement de la rue survenu le 25 février dernier. Ils dénoncent également un manque de concertation "au détriment de la santé financière des entreprises". Le tout sans "qu’aucune aide" ne leur ait encore été accordée…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.17
légère pluie
le 15/06 à 6h00
Vent
4.93 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
92 %