Siemens propose à Alstom d'échanger ses trains ICE contre l'activité énergie

Publié le 29/04/2014 - 12:10
Mis à jour le 29/04/2014 - 12:10

Coup de théâtre pendant le week-end du 27-28 avril : le groupe industriel allemand Siemens a proposé à Alstom de reprendre son activité énergie convoitée par l’américain General Electric contre une somme en numéraire, à laquelle s’ajouterait une partie de son activité transports et une garantie pour les emplois en France. Si l’Allemand propose ses trains à grande vitesse ICE, il devra sans doute mettre dans la balance les métros et les tramways.

 ©
©

"Nous sommes convaincus que cette proposition est une opportunité unique de créer deux forts champions européens visant un leadership mondial dans les domaines de l'énergie et des transports", écrit le patron de Siemens Joe Kaeser à Patrick Kron, son homologue d'Alstom, dans un courrier daté du samedi 27 avril 2014, dans un courrier qu'a pu consulter l'AFP.

Dans le détail, Siemens propose de racheter contre du cash les activités énergie thermique d'Alstom, énergies renouvelables, et solutions de transmission d'électricité ("grid"), un ensemble évalué à "environ 10 à 11 milliards d'euros".

Siemens céderait ses ICE à Alstom, pas ses métros ni ses tramways ?

En outre, l'industriel allemand se dit "préparé" à céder à Alstom une partie de son activité transports, à savoir la construction des trains à grande vitesse ICE et celle de locomotives. Dans la proposition de l'industriel allemand, les métros et les tramways ne feraient pas partie de la transaction. Mais Siemens devra sans doute mettre aussi cette activité dans la balance car le transport urbain est porteur.

Contacté par l'AFP, un porte-parole de Siemens n'a pas voulu commenter ou confirmer les informations de cette lettre. Il a seulement renvoyé au communiqué du groupe, dans lequel il a dimanche 28 au matin, annoncé avoir fait part à Alstom "de sa disposition à échanger sur les questions stratégiques soulevées par une coopération future", se refusant à divulguer davantage de détails.

Prenant en compte les préoccupations exprimées par le gouvernement français à l'annonce d'un éventuel rachat par l'américain General Electric de l'activité énergie d'Alstom, le patron de Siemens assure que cette transaction, pour laquelle il assure avoir les moyens financiers, "pourrait avoir lieu sans conséquence sociale pour les deux groupes". "Nous nous engageons à ne procéder à aucun licenciement en France pour une période d'au moins trois ans et prévoyons plutôt d'étendre l'activité", assure Joe Kaeser dans sa lettre.

Concernant également l'activité nucléaire d'Alstom, sensible pour la France, Siemens se dit prêt à "discuter avec le groupe et ses actionnaires de solutions appropriées pour ses actifs nucléaires, qui pourraient passer par une cotation distincte".

En matière de localisation des sièges, Siemens propose que soient basées en France les directions des activités nucléaires et vapeur, et de transférer de l'Allemagne vers la France "des parts importantes du siège de l'activité de transmission" d'électricité.
A l'issue d'un conseil d'administration extraordinaire dimanche, Alstom a indiqué dans la soirée poursuivre "sa réflexion stratégique" jusqu'à mercredi 30 avril.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Plateforme Easydis à Besançon “nous n’avons pas annoncé la fermeture du site”

Suite à un article paru chez nos confrères de France Bleu Besançon, ce mercredi 24 avril 2024 expliquant que la plateforme logistique d’Easydis à Besançon allait fermer ses portes en septembre prochain (sauf si l'entreprise trouve repreneur), nous avons contacté une porte-parole du Groupe Casino. Cette dernière nous a affirmé "qu’à aucun moment" il n’avait été décidé et dit aux salariés que le site allait fermer…

Casino JOA Besançon : plus de 721.000 € remportés en moins d’un mois

Le mois d’avril a apparemment porté chance à quelques joueurs du casino Joa de Besançon. L’établissement informe qu’entre le 1er et le 21 avril 2024, 721.275 € de jackpots ont été payés aux clients ayant eu la main chanceuse sur les machines à sous ou jeux électroniques (roulette anglaise électronique ou black jack électronique). 

La Bourgogne-Franche-Comté, première “région microtechnique” de France, présente au SIAMS de Moutier

Du 16 au 19 avril 2024, à l’occasion du Salon de la chaîne de production des microtechniques (SIAMS), grand rendez-vous de la filière de l’industrie des microtechniques, la Bourgogne-Franche-Comté était présente avec un pavillon régional dédié, en collaboration avec la CCI BFC.

Numérique : la Région Bourgogne Franche se mobilise pour tous les territoires

PUBLI-INFO • Le numérique fait partie intégrante de nos vies. La technologie bouleverse les modèles économiques, les pratiques de consommation, l’accès à l’information et à la culture, les modes de travail et d’apprentissage et les relations sociales. Pour la Région, la numérisation de l’économie, de la société et des territoires est porteuse d’opportunités : nouveaux services, développement économique, emplois, dynamique rurale, préservation de l’environnement…

Robot, job dating, écologie… Quoi de neuf dans les écoles ESTM Pigier ?

QUOI DE 9 ? • Ouvertes sur le monde et les nouvelles technologie, attentives au bien-être de ses étudiant(e)s, soucieuses de l’environnement et intraitables sur le niveau de ses formations, les écoles ESTM Pigier à Besançon s’engagent à tous les niveaux pour proposer des cursus de qualité dans un univers studieux et innovant. Les inscriptions pour la rentrée 2024 sont ouvertes !

Le Mouvement Franche-Comté veut “stopper” la Pive

Dans un communiqué du 20 avril 2024 intitulé "Stop Pive !", le Mouvement Franche-Comté, représenté par son président Jean-Philippe Allenbach, qualifie le rapport moral et financier 2023 de l’association La Pive (monnaie locale) de "désastreux" et souhaite l’arrêt des subventions publiques qui lui sont allouées.

Commerce historique à Besançon… Eve Boutique fête ses 55 ans !

Il fait partie des magasins emblématiques du centre-ville de Besançon, il est la référence historique en matière de lingerie féminine, il a vu trois générations de femmes tout au long de son histoire familiale… Le magasin Eve Boutique fête ses 55 ans en ce mois d’avril 2024. Pour autant, il n’a pas pris une ride.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 2.33
couvert
le 25/04 à 6h00
Vent
1.82 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
93 %