Suspension du plan social à GE Belfort : le tribunal se déclare incompétent

Publié le 02/07/2019 - 16:54
Mis à jour le 03/07/2019 - 15:50

Le tribunal de grande instance de Belfort, saisi en référé par les syndicats de General Electric pour suspendre le plan qui prévoit près d'un millier de suppressions de postes, s'est déclaré ce mardi 2 juillet 2019 incompétent, jugeant que le dossier relevait de l'administration, a-t-on appris de source judiciaire.

general electric power belfort
© GE Power
PUBLICITÉ

Le tribunal, qui a rendu son délibéré en début d’après-midi, a estimé que « le juge judiciaire n’était pas compétent » et que « la demande que nous formulions », à savoir la suspension du plan social, relevait de la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte) ou du tribunal administratif, a indiqué à l’AFP Me Diego Parvex, l’un des avocats de l’intersyndicale CFE-CGC, Sud et CGT.

« Nous réfléchissons à un appel » auprès de la cour d’appel de Besançon, a-t-il ajouté. « Nous sommes toujours dans la logique de considérer que la Direccte est dotée d’un certain nombre de prérogatives mais que ce que nous demandons, on ne l’a jamais vu tranché par une Direccte » et que le juge judiciaire est bel et bien compétent, a-t-il poursuivi.

 

Malgré cette décision qui lui est défavorable, le moral de l’intersyndicale n’est « pas entamé, ils n’ont rien à perdre », a-t-il ajouté.  « Nous espérons que nos instances représentatives du personnel vont tirer les conclusions de cette décision de justice pour initier les discussions et la négociation sur le projet de réorganisation », a réagi la direction de GE Belfort.

Le TGI a donné raison aux avocats de GE, qui avait plaidé lors de l’audience jeudi dernier l’incompétence du tribunal, au profit de la Direccte, compétente depuis la loi de « sécurisation de l’emploi » de juin 2013 pour les plans de sauvegarde de l’emploi. Les avocats de l’intersyndicale avaient saisi le juge des référés, estimant qu’il pouvait suspendre le plan social annoncé le 28 mai par GE, au motif que l’entreprise n’avait pas cherché de pistes de diversification avant de le lancer.

L’entreprise envisage de supprimer 1.050 postes en France, dont 800 à Belfort dans l’entité turbines à gaz, qui faisait partie de la branche énergie d’Alstom et où 1.900 personnes travaillent. Au total, GE emploie 4.300 salariés à Belfort.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.9
ciel dégagé
le 14/10 à 0h00
Vent
3.4 m/s
Pression
1016.09 hPa
Humidité
80 %

Sondage