Tourisme : "Plan de reconquête" pour vanter la destination France

Publié le 04/11/2021 - 09:50
Mis à jour le 04/11/2021 - 09:50

Rester la première destination touristique mondiale et attirer les investisseurs: c’est l’objectif du premier « sommet Destination France » qui réunit jeudi à Paris une cinquantaine de patrons français et internationaux du secteur accueillis par Emmanuel Macron

Alors qu'un "plan de reconquête du tourisme", voulu par Emmanuel Macron, doit être dévoilé en novembre, selon l'Elysée, ce sommet accueillera des investisseurs (Certares, KKR, Montefiore...), des croisiéristes (Carnival, Royal Caribbean Cruise...), des hôteliers (Accor, Radisson, Marriott...), des plateformes (Expedia, Virtuoso, Airbnb...) et divers acteurs tels que le Club Med, Blablacar, Air France, ADP, la Compagnies des Alpes....

Après le discours d'accueil du président de la République à l'Elysée, les invités prendront la direction de l'hôtel de la Marine, place de la Concorde, pour des tables rondes et échanges bilatéraux sous l'égide du secrétaire d'Etat au tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne.

Les tables rondes seront consacrées à l'attractivité de la France, aux investissements et à l'emploi, ainsi qu'aux enjeux de la transformation de l'offre touristique. Plusieurs start-up française seront conviées lors du cocktail de clôture.

Les participants feront aussi des annonces à l'instar du groupe hôtelier Accor, qui doit communiquer sur son partenariat officiel avec les Jeux de Paris 2024 ainsi que sur celui de sa filiale ResaEvents avec le comité d'organisation de la coupe du monde de Rugby France 2023.

De leur côté, les organisateurs devraient mettre en avant auprès des investisseurs les multiples atouts de l'Hexagone: sa culture, sa gastronomie, son accès facile pour ses voisins européens, sa forte clientèle locale, des "noms" qui parlent à l'international (Côte d'Azur, Bourgogne, Bordeaux...) mais aussi ses infrastructures de transport et de santé.

"Derniers arbitrages"

Avant la crise sanitaire, le secteur du tourisme représentait 16 milliards d'euros d'investissements par an. Avec la pandémie, les investissements sont tombés autour de 10 milliards, selon des chiffres d'Atout France.

Mais les discussions lors de ce sommet permettront aussi de "nourrir les derniers arbitrages" en cours pour dresser le plan de reconquête du tourisme, précise-t-on à l'Elysée.

En juin, le président de la République avait annoncé un plan de reconquête et d'investissement dans le tourisme à horizon de 5 ans.

Si le chef de l'État n'avait pas chiffré ce plan lors de son annonce, il avait lancé quelques pistes telles que la formation, la valorisation du patrimoine (dont une stratégie "tourisme vert, tourisme patrimonial"), la montée en qualité des infrastructures ou encore des investissements dans le numérique.

Depuis, le gouvernement multiplie les consultations auprès des professionnels du secteur mais aussi des collectivités.

Récemment Alliance France Tourisme (AFT) qui regroupe les entreprises leaders (Accor, Belambra, Compagnie des Alpes, Pierre et Vacances, Homair, ADP...) a remis son rapport au secrétaire d'Etat au tourisme Jean-Baptiste Lemoyne. Une dizaine de propositions concrètes y sont détaillées sur les transports, les parcours thématiques, le soutien aux jeunes, les chèques vacances, la revalorisation des métiers ou encore la relation avec les Gafam.

Les grandes villes, agglomérations et métropoles ont aussi donné leur avis via l'association France Urbaine, rappelant la nécessité de soutenir le tourisme d'affaires et ses hébergements, d'aider les villes moyennes dont les équipements sont obsolètes ou encore de mieux encadrer des locations touristiques entre particuliers.

Durant la crise sanitaire, l'Etat a investi 38 milliards d'aides dans le secteur du tourisme qui représentait, avant la pandémie, 7,4% du PIB en 2019 et 9,5% des emplois. Cette même année, 90 millions de touristes étrangers étaient venus en France, confortant sa place de première destination touristique mondiale et générant 170 milliards d'euros de recette.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Tarifs des péages d’autoroute en hausse : " La mobilité se transforme en luxe " pour " 40 millions d’automobilistes "

L’augmentation moyenne du tarif des péages d’autoroute à hauteur de 4,75 % entrera en vigueur à compter de ce mercredi 1er février 2023. Selon l’association 40 millions d’automobilistes, c’est "une hausse inadmissible qui s’ajoute au prix délirant des carburants et transforme la mobilité en luxe."

Inquiétude des boulangers dans le Doubs : " Je ne laisserai pas un boulanger fermer " (Préfet du Doubs)

À l’occasion de la traditionnelle cérémonie de la galette à la préfecture du Doubs ce jeudi 26 janvier, le président de l’Union patronale des boulangers du Doubs, Damien Vauthier, a tenu un discours rappelant l’inquiétude de la profession face à la crise énergétique, mais aussi la hausse du prix des matières premières devant un préfet du Doubs déterminé à aider la profession.

Bourgogne Franche-Comté : 3 millions d’euros pour soutenir les boulangeries et les boucheries

CRISE ÉNERGÉTIQUE • En raison de crise énergétique qui sévit actuellement en France comme dans de nombreux pays européens, Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté a annoncé mercredi 25 janvier un coup de pouce pour soutenir les boulangeries-pâtisseries et les boucheries-charcuteries à hauteur de 3 millions d’euros.

Région Bourgogne Franche-Comté : un budget à 2 milliards d’euros pour 2023

La présidente de Région, Marie-Guite Dufay, a réuni les élus du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté en session plénière mercredi 25 et jeudi 26 janvier 2023. Principal dossier à l’ordre du jour de l’assemblée : le vote du budget régional 2023 d’un montant de 1,967 milliard d’euros (hors gestion active de la dette) dont plus de 1,6 milliard d’euros est dédié au financement des politiques publiques, soit plus de 81 % du budget régional.

La Banque Populaire Bourgogne-Franche-Comté réaffirme ses ambitions pour 2023

Dans un contexte économique peu engageant, la Banque Populaire de Bourgogne-Franche-Comté (BP BFC) a tenu une conférence de presse présidée par son directeur général Jean-Paul Julia, afin de dresser le bilan de l’année écoulée et de faire le point sur les ambitions portées par la banque en 2023. 

Bourgogne Franche-Comté : la filière automobile, un secteur encore perturbé en 2022

ÉTUDE INSEE • À la mi-2022, les 370 établissements de la filière automobile de Bourgogne-Franche-Comté employaient 38.530 salariés et 5.540 intérimaires. Malgré une reprise en 2021, cette filière reste perturbée en 2022 par le contexte économique et les mutations en cours du secteur. L’emploi salarié est en baisse sur un an, avec davantage de départs que d’embauches.

Prêt : un ajustement mensuel pour mieux " lisser " les relèvements du taux d’usure dès février

Les taux de l’usure sont, selon la loi, calculés à partir des données collectées sur les taux de crédit au cours du trimestre précédent, comme les 4/3 des taux moyens pratiqués. Ces dispositions permettent de protéger les emprunteurs de taux excessifs et de préserver ainsi un large accès au crédit. La Banque de France, à titre exceptionnel pendant la période de plus forte remontée des taux, propose un ajustement technique pour mieux "lisser" les relèvements du taux de l’usure à partir du 1er février 2023.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 1.54
couvert
le 30/01 à 21h00
Vent
1.76 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
94 %