Trois ans de prison avec sursis pour le libérateur des cochons

Publié le 28/06/2013 - 17:26
Mis à jour le 16/04/2019 - 17:21

Le tribunal correctionnel de Besançon a rendu son verdict dans l’affaire de l’incendie de l'abattoir de Pontarlier, motivé par la volonté de son auteur de vouloir "libérer les cochons" et mettre l'abattoir "hors d'état de nuire". Ce défenseur de la cause animale a été condamné ce vendredi 28 juin 2013 à trois ans de prison avec sursis.

1211897864_cochon_002.jpg
1211897864_cochon_002.jpg

abattoir de Pontarlier

PUBLICITÉ

Le tribunal a suivi les réquisitions du procureur Margaret Parietti. La condamnation est assortie d’une mise à l’épreuve de trois ans, ainsi que d’une obligation de soins et de l’interdiction de fréquenter les débits de boisson.

Le 26 mai dernier, cet ouvrier frontalier de 23 ans a commis d’importantes dégradations et a mis le feu à l’abattoir de Pontarlier (Doubs), rendant impropre à la consommation neuf tonnes de carcasses de porcs. Blessé après avoir brisé une vitre, il a inscrit « ALF » sur un mur du bâtiment avec son propre sang en allusion au Front de libération des animaux (Animal Liberation Front, en anglais), mouvance de défense des animaux qui a selon lui inspiré son acte. Le jeune homme a également menacé un livreur de cochons avec un couteau, lui ordonnant de « libérer les cochons« .

A la barre du tribunal, il a indiqué avoir agi par « compassion pour les animaux qui souffrent dans tous les abattoirs de France et du monde entier« . « Je ne peux pas supporter cette souffrance. Je voulais mettre hors d’état de nuire l’abattoir« , a-t-il précisé. Il a néanmoins affirmé qu’il regrettait son geste. « J’ai compris qu’il y avait d’autres moyens d’agir comme participer à des manifestations, signer des pétitions ou faire partie d’associations« , a ajouté le jeune végétarien qui ne présente aucune anomalie mentale, d’après les experts.

Son avocat, Me Jérôme Pichoff, a promis qu’il ne recommencerait pas: « Il a réalisé que tout cela ne sert à rien et n’aide pas sa cause, voire peut la desservir« .

La veille des faits, il avait passé la soirée en discothèque avec des amis, consommant de l’alcool. Les forces de l’ordre avaient constaté une légère alcoolémie à son interpellation.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Meurtre à Fuans : déjà condamné, le suspect était en permission de sortie

Meurtre à Fuans : déjà condamné, le suspect était en permission de sortie

Un homme de 22 ans a été mis en examen et placé en détention provisoire lundi 26 août 2019 pour avoir mortellement frappé son demi-frère aîné âgé de 33 ans samedi matin à Fuans dans le Haut-Doubs. Il était en permission de sortie au moment des faits, purgeant une peine dans la Meuse après des actes de violence. 

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.25
ciel dégagé
le 20/09 à 9h00
Vent
7.12 m/s
Pression
1023.9 hPa
Humidité
46 %

Sondage